Babel Corp. (tome 1) : Genesis 11

À bord du vaisseau Genesis 11, Emmett, issu d’un quartier pauvre, participe à un jeu de survie avec d’autres adolescents défavorisés. Au bout d’un voyage d’une année, seuls les huit meilleurs pourront débarquer sur une planète mystérieuse pour y récolter la noxolyte, une substance fossile puissante et dangereuse. À bord, les épreuves cruelles et truquées se multiplient.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un bon roman de science-fiction qui se déroule dans l’espace. Dans le genre, Babel Corp. est excellent! L’histoire va très vite: l’auteur ne perd pas de temps avec des détails. Dès le début, c’est un feu roulant d’action qui se déroule sous nos yeux de lecteurs. On rencontre rapidement les personnages qui nous accompagneront tout au long de l’aventure : des jeunes ados de partout dans le monde qui embarquent dans cette aventure spatiale pour améliorer leur sort ou celui de leurs proches. Bon, j’admets qu’au début, ça fait un peu liste d’épicerie (Un personnage noir? Check. Un personnage asiatique? Check. Un personnage arabe? Check. etc.), mais heureusement, l’auteur donne suffisamment d’espace à chacun des personnages d’exister au-delà d’être là pour faire croire à un désir maladroit d’inclure plus de diversité. Les personnages ne parlent pas tous la même langue et ils utilisent des traducteurs instantanés pour se comprendre. Ainsi, l’anglais n’est pas imposée comme langue de communication universelle dans le roman. J’ai trouvé ça chouette.

Le personnage principal est Emmett, un ado déterminé et généreux, qui embarque sur le Genesis 11 pour ramasser les fonds nécessaires pour soigner sa mère malade. Il fera tout pour tenter de gagner la compétition, mais restera un concurrent aimable et sympa. Il se liera d’amitié avec Kaya, une jeune japonaise mystérieuse pleine de sagesse. [SPOILERS] Cette dernière sera tuée par un ennemi extraterrestre au 2/3 du récit en une scène particulièrement bien menée. Je ne m’y attendais pas du tout! Mais je parie qu’elle reviendra d’une manière ou d’une autre dans les prochains tomes. J’ai comme un feeling qu’on a pas fini d’entendre parler d’elle… 😉 [FIN SPOILERS]

Franchement, Babel corp. est un excellent romans pour les ados et jeunes adultes. Points boni pour la page couverture qui est très belle. Hâte de lire la suite!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Babel Corp. : Genesis 11
AUTEUR(S) : Scott Reintgen 
ÉDITION: Milan jeunesse, 2020
ISBN: 9782745979667
PRIX: 29,95$
12 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être les deux prochains tomes de la série, Eden et Ascension. Essayez aussi L’enceinte 9, un excellent roman pour adolescents.

Mon livre préféré dans tout l’univers

Henri rentre un soir de l’école avec comme devoir de trouver son livre préféré. Ne sachant pas comment s’y prendre, il se rend à la bibliothèque et à la librairie. Il observe beaucoup de livres, de toutes les formes et de toutes les tailles, mais aucun d’entre eux ne lui donne envie d’en lire davantage. Son échec se transforme pourtant rapidement en triomphe : sa mère a gardé tous les livres qu’il avait écrits quand il était plus jeune. Henri a alors une excellente idée.

À la recherche d’un livre inspirant pour les lecteurs récalcitrants? Mon livre préféré dans tout l’univers est celui qu’il vous faut. On y rencontre Henri qui n’a jamais trouvé un livre qui le faisait vibrer. En fait, même s’il peut aimer les dinosaures, les livres de dinosaures lui donnent mal à la tête. Amener des livres pour lire sur le bord de la piscine lui donne davantage envie de les mettre à l’eau pour voir s’ils flotteront. Certains livres sont trop longs, d’autres trop ennuyants, d’autres encore contiennent des images qui n’ont rien à voir avec les « trucs cool [qu’il] aime, ou avec ce [qu’il] ressens… » La vérité, c’est qu’Henri a des difficultés en lecture. L’histoire qui nous est racontée est celle de l’auteur du livre, Malcolm Mitchell, qui affirme que la lecture a toujours été pour lui un défi de taille. Enfant, il ne savait pas bien lire, mais il se savait tout aussi intelligent que ses camarades de classe (et avec raison!). Heureusement, grâce à des bourses d’études, il a pu aller à l’université pour jouer du Football. Plus tard, il a rempoté le Super Bowl! Mais ses difficultés en lecture étaient toujours présentes. Il a persévéré et a réalisé que sa façon de lire ne définissait pas qui il était. Mon livre préféré dans tout l’univers s’inspire de son parcours de lecteur. Aujourd’hui, Malcolm Mitchell s’implique beaucoup dans des initiatives qui favorisent la littératie auprès des jeunes, notamment afro-américains.

Le texte de Mon livre préféré dans tout l’univers est inspirant. En tant que grande amoureuse de littérature et bibliothécaire jeunesse, il m’a touché en plein coeur! Chaque enfant a un parcours de lecture unique. Ce livre nous le rappelle avec beaucoup de bienveillance.

Coup de coeur!

Malcolm Mitchell est un footballeur et auteur américain.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Mon livre préféré dans tout l’univers
Auteur(s)
: Malcolm Mitchell & Michael Robertson
Édition : Scholastic, 2021
ISBN : 9781443192149
Prix : 11,99

5 à 8 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Roi de la maternelle, Tu ne manqueras jamais d’amour ou Le collectionneur de mots, trois albums jeunesse avec des personnages noirs aussi publiés aux éditions Scholastic.

L’arbre à palabres

Planté il a plus de huit cents ans, le vieux baobab raconte son histoire. Tout un village s’est bâti autour de lui et il est devenu l’arbre à palabres, au pied duquel les femmes et les hommes se retrouvent, rient, discutent et prennent les décisions importantes.

Symbole de la liberté de parole, il est le principal ennemi de sinistres personnages qui, un jour, décident d’attaquer le village pour le précipiter dans la nuit.

Amnesty Internal a collaboré avec les éditions Des ronds dans l’O pour la publication de cet album sur la liberté d’expression. Il vous faut absolument lire cet album qui, en ces temps où la liberté d’expression est particulièrement mise à mal, s’avère plus que nécessaire. Ce livre se caractérise par ses illustrations simples et efficaces et son texte poétique qu’on lit comme une dénonciation ou comme un cri du coeur.

Pour une exploitation en milieu scolaire, voici quelques pistes d’exploitation:

  • Que représente le vieil arbre?
  • Pourquoi le vieil arbre est-il la cible d’attaques?
  • Qui raconte cette histoire? Quel est le narrateur?
  • Dans le texte, on fait référence à « mansa Keita ». Mansa veut dire « maître » en yoruba. Effectue une recherche sur Soundjiata Keita, maître de l’empire du Mali.
  • Qu’est-ce que la tradition orale?
  • Qui sont les guerriers qui menacent d’abattre le vieil arbre? Que représentent-ils?
  • Connais-tu l’expression « Renaître de ses cendres? » Que signifie-t-elle?
  • Est-il moral d’imposer ces idées aux autres? Justifie ta réponse.
Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

L’ARBRE À PALABRES
AUTEUR(S): Remedium
ÉDITION: Des ronds dans l’O
ISBN: 9782374180823
PRIX: 27,95$
9 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être A comme Afrique, Le coq solitaire ou La symphonie africaine, trois livres jeunesse sur l’Afrique.

Berceuses métissées

Des berceuses recueillies autour du monde pour un voyage musical tout en douceur!

Ouvrez vos oreilles sur le monde avec cet album abondamment illustré et accompagné d’un CD audio à écouter. De france à Cuba, de Tunisie au Brésil, d’Inde en Haïti, d’Espagne en France, de la Guinée en amérique latine, ces berceuses métissées nous font parcourir le monde. Chaque double-page présente une chanson accompagnée des paroles et d’une traduction vers le français. Sur le CD audio, des enfants chantent en espagnol, en arabe, en français, en créole haïtien, en malinké, en portugais, en yoruba ou en français. J’ai aimé la qualité de la production musicale et la chaleur des illustrations aux couleurs chatoyantes.

La berceuse yoruba Yemaya, originaire de Cuba, raconte l’origine de la déesse de la mer, la source de la vie qui protège bébé lorsqu’il dort. Akadissa, chantée en malinké et originaire de Guinée raconte l’heureux événement de la naissance d’un bébé d’un village qui célèbre avec des griots, chanteurs et joueurs de kora. La berceuse Dodo Ti pitit manman met en garde bébé du crabe qui peut le manger s’il ne dort pas. On retrouve également les berceuses traditionnelles Dalaka, Oulah ya oulah, Dounia, et Bajo de un boton. Un délice pour les yeux et les oreilles.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

BERCEUSES MÉTISSÉES

AUTEUR(S) : Zaf Zapha, Caroline Chotard, Laura Guéry & Charlotte Cottereau 
ÉDITION: Lacaza musique, 2021
ISBN: 9791094193174
PRIX: 37,95$
0 à 5 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Mbéla et la kora magique ou Les plus belles berceuses jazz. Essayez aussi Vodou, un documentaire jeunesse pour en apprendre plus sur la déesse Yemaya (entre autres!).

Le camping-car de mon papy

Une petite fille remarque que son papy ne part plus à l’aventure comme il avait l’habitude de faire depuis la mort de Grand’pa, son compagnon. Déterminée à lui redonner le sourire et l’envie de voyager, elle a un plan pour remettre en état le camping-car qui dort dans le garage. Un album sur la tolérance, la perte et l’amour.

Quand on parle de diversité en littérature jeunesse et de représentation juste, Le camping-car de mon papy est un excellent cas de figure. Ce livre, c’est d’abord une histoire sur le souvenir, la famille, le deuil et l’amour. Juste ça. Après, on peut mentionner que l’amour perdu dont on parle en est un queer puisque le camping-car de l’histoire était celui d’un papy et de son amoureux avec qui il a beaucoup voyagé. En lisant le livre, on rencontre d’abord la jeune personnage principale qui s’amuse avec son papy et plus loin, ce dernier lui raconte l’histoire de son amour de jeunesse. Le tout est amené très naturellement et sans en faire un plaidoyer pour la cause LGBT+.

Puis, on ne se contente pas de dire que papy est homosexuel, car ce n’est pas la seule chose qui le définit. On s’attarde à ce qui fait de lui un individu unique et ce qui faisait de son amoureux un individu unique. On parle de bonheur et à quel point les deux hommes étaient heureux dans leur petite maison mobile et du sentiment de liberté qu’elle leur procurait. La petite fille donnera un peu d’amour au camping-car pour le remettre en état de marche et créera de nouveaux souvenirs avec son grand-père. Voilà donc une représentation d’une réalité homosexuelle de qualité! Et en plus, l’auteur Harry Woodgate est aussi queer. #OwnVoices! Bravo aux éditions Kimane pour avoir su rendre tangible cette belle histoire qui normalise les familles LGBT+.

Au niveau de la représentation raciale, la petite fille du papy est métissée et l’amoureux perdu de papy est un homme noir. La couleur de peau des personnages ne change rien au récit, mais donne à voir des personnes racisées dans leur quotidien, loin des luttes et discriminations auxquelles elles sont souvent réduites. Chapeau! Ne passez pas à côté de ce merveilleux album!

Coup de coeur!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Le camping-car de mon Papy
AUTEUR(S) : Harry Woodgate
ÉDITION: Kimane, 2021
ISBN: 9782368088388
PRIX: 21,95$
3 À 7 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Julian est une sirène, Derrière les yeux de Billy, deux albums avec un contenu LGBT+ sans que ce soit le sujet principal du livre. Essayez aussi Mes deux mamans à moi, un livre jeunesse sur l’homoparentalité.

Mbéla et la kora magique

La petite Mbéla n’est jamais contente et n’en fait qu’à sa tête. Elle veut apprendre à jouer de la kora mais le marchand l’avertit que cet instrument résonne selon le coeur de celui qui en joue. Mbéla doit mûrir et s’ouvrir aux autres pour parvenir à faire de la belle musique.

Cet album serait un excellent candidat pour une heure du conte en bibliothèque ou en classe du primaire. Son grand format laisse toute la place aux magnifiques illustrations de Lucile Placin. L’autrice camerounaise Ébokéa nous a habitué à des textes fluides et colorés et Mbéla et la kora magique ne fait pas exception. Un beau conte nous est raconté avec pour personnage principal une petite fille très exigente, une petite princesse qui pense que tout lui est dû et qu’elle n’a besoin de personne. Elle aura tôt fait de réaliser que la présence des autres et la gentillesse sont essentielles à une vie heureuse.

En fin d’album, on retrouve deux pages documentaires sur la korra: son origine de l’Afrique de l’Ouest, sa composition faite d’une calebasse recouverte d’une peau de chèvre, sa symbolique (la korra est considéré comme un instrument sacré qui donne vie au son des morts) et son histoire. On y apprend ainsi que la légende dit l’instrument aurait été réservé aux djinns lors de sa création au XIIIe siècle, mais que le fondateur du Mali, Soudiata Keïta aurait été charmé par sa musique et l’aurait adoptée. Il y a même un code QR pour écouter jouer la kora sur son cellulaire. Autrement, on peut écouter les chansons d’artistes contemporains comme le Malien Ballaké Sissoko, le Guinéen Mory Kanté, ou l’Anglo-Gambienne Sona Jobarteh.

Marie-Félicité Ébokéa est une autrice camerounaise.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Mbéla et la korra magique
AUTEUR(S) : Marie-Félicité Ebokéa & Lucile Placin 
ÉDITION: Albin Michel, 2021
ISBN: 9782226441188
PRIX: 22,95$
3 à 7 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être La voix d’or de l’Afrique et L’épopée de Soundiata Keïta, deux magnifiques albums en grand format. Empruntez également Contes et musiques d’Afrique à votre bibliothèque de quartier!

Mes coups seront mes mots

L’existence d’Amal, lycéen passionné d’art, est bouleversée le jour où une simple bagarre entre garçons le conduit en prison. Inspiré de l’histoire vraie de Y. Salaam. Prix Walter Dean Myers, catégorie teens, 2021.

Ce roman en vers libres est un véritable coup du coeur. L’autrice haïtienne Ibi Zoboi s’est inspirée de l’histoire vraie du Central Park Five qui a secouée les États-Unis entre 1989 et 2002: 5 adolescents noirs sont arrêtés après la violente aggression d’une jeune femme à New York qui restera plusieurs jours dans le coma et se réveillera avec de graves séquelles. Les médias ont rapidement affirmé que le crime avait été l’oeuvre d’un gang d’adolescents qui s’adonnaient à se qu’ils prétendaient être du « wilding ». En réalité, les médias ont mal interprétés ce que les jeunes de l’époque appelaient « willin’ out »: sortir, s’amuser entre amis. Ainsi, dans l’oeil des médias américains, ce terme est devenu synonyme de rôder, flâner, faire du grabuge, bref, un acte malveillant rapidement associé à la tristement célèbre affaire de la joggeuse de Central Park. Cette histoire vous semble familière? C’est que vous avez probablement vu ou entendu parler de la récente série Netflix When they See Us de la réalisatrice  Ava DuVernay qui reprend aussi cette affaire.

Bien que Mes coups seront mes mots ne raconte pas exactement l’histoire de Yussef Salaam, l’un des cinq adolescents faussement accusés du crime de la joggeuse de Central Park, le personnage d’Amal est inspiré de lui en tant qu’artiste et adolescent incarcéré, soutenu par sa famille, grand lecteur et passionné de dessin pour garder son esprit libre. Le roman est d’ailleurs imprégné de certains des poèmes que Yussef Alaam a écrits pendant son incarcération. Ce dernier a également contribué à l’écriture du livre.

Je vous recommande chaudement ce roman percutant pour la qualité de son écriture et pour la lumière qu’il jette sur le racisme systémique aux États-Unis pour le lectorat francophone. On y aborde des thématiques comme la ségrégation des quartiers blancs et noirs, le Prison Industrial Complex et le mouvement pour l’abolition des prisons considérées comme le nouveau système d’asservissement des Noirs après l’esclavage et dans lequel on dénonce les gains que le gouvernement fait grâce au système carcéral. On y parle aussi de l’adolescence et du passage à l’âge adulte, et surtout, on y parle d’espoir. D’ailleurs, Amal veut dire « espoir » en arabe. Ce roman est tout simplement incontournable. En guise d’extrait, voici le poème JUSTICE AVEUGLE II qu’on peut lire à la page 208-209:

Coup de coeur!

* Prix 2021 du Walter​ ​Dean​ ​Myers, qui célèbre l’héritage de cet auteur de fiction pour jeunes adultes, ainsi que la diversité en littérature jeunesse.

Ibi Zoboi est est une autrice américaine née en Haïti.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Mes coups seront mes mots
AUTEUR(S) : Ibi Zoboi , Yusef Salaam 
ÉDITION: Gallimard jeunesse, 2021
ISBN: 9782075154208
PRIX: 29,95$
13 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Signé poète X et Frères, deux romans pour adolescents écrits en vers libres. Essayez aussi My life Matters (plus tard réédité sous le titre de Tyler Johnson était là).

Canard et pingouin ne sont pas copains

Camille et Louise sont très copines. Mais leurs doudous, Canard et Pingouin, ne sont pas du tout copains !Petites disputes et grands moments de complicité, un album hilarant à partager entre amis et frères et soeurs !

Nous devons absolument parler de Camille et Louise et de leurs peluches préférées. Parce que Canard et Pingouin sont tout simplement les peluches les plus mignonnes qu’il vous sera donné de voir de votre vie. Rien de moins! De l’expression de leurs visages à la nature de leur relation, tout est attendrissant pour des yeux d’adultes. J’ai testé cet album en heure du conte et ça a été le succès instantanément auprès des petits lecteurs de ma bibliothèque. J’ai eu beaucoup de plaisir animer cette histoire!

Camille, blanche, et Louise, noire, sont très copaines. Mais pas leurs peluches! Ne se rendant pas du tout compte que l’animosité entre leurs peluches, Camille et Louise sont tout simplement en train de vivre leur meilleure vie pendant que Canard et Pingouin se jettent des regards mauvais. Ouf! Du suspense! De l’humour! De l’émotion! De la rivalité! Petites disputes et grands moments de complicité, un album hilarant à partager entre amis et frères et sœurs!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Canard et Pingouin ne sont pas copains
AUTEUR(S) : Julia Woolf 
ÉDITION: Gallimard jeunesse, 2019
ISBN: 9782075122276
PRIX: 26,95$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plus?
Vous aimerez peut-être Les amis, Pas moi, et L’autre Guili Lapin, trois albums jeunesse sur l’amitié et les doudous!

L’éléphante qui cherchait la pluie

Tani, la vieille éléphante d’Afrique, conduit le groupe pour trouver de l’eau, indispensable à la survie. Il n’a pas plu depuis longtemps. Avec sa grande expérience et sa sagesse, la matriarche mène la recherche, guide, maintient la cohésion durant le périple. Une découverte de la vie communautaire des éléphants et de leurs qualités.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’auteur marie-galantais Alex Godard après avoir lu un autre de ses albums jeunesse il y a quelques mois. J’ai été charmée par la qualité de L’éléphante qui cherchait la pluie qui étonnament m’a émue. À la lecture de cet album, on apprend beaucoup de choses sur les éléphants par le biais de cette petite famille de pachydermes à laquelle on s’attache. Le texte est précis et limpide, et assez consistant pour une lecture du soir sur plusieurs jours avec les 5-6 ans, ou encore pour une lecture autonome auprès des 7-11 ans. En suivant ce troupeau d’éléphant, on comprend mieux se qui rythme leur vie, les embûches et les joies, les dangers et les luttes pour la survie. Lorsque le troupeau « dévastent » les pâturages d’un clan Massaï, c’est le point de vue des éléphant qui nous est donné, et non celui des humains. Cela a pour effet de remettre en perspective la relation que nous entretenons avec la nature et les animaux sauvages.

Ce livre est aussi une invitation à réfléchir sur la valeur de la vie et la chaîne alimentaire : les vaches des Massaï mourront peut-être de faim puisque la harde d’éléphants, déjà très affamée, a engloutie l’herbe qui leur était destinée. Les Massaï n’auront pas de lait de leur vaches pour se nourrir… Bref, l’histoire nous amène au coeur de la savane africaine pour un voyage qu’il sera difficile d’oublier. Le livre se termine par un dossier pour mieux connaître l’éléphant d’Afrique dans lequel on parle de la société matriarcale des hardes d’éléphants, de l’utilité de la trompe et des défenses de cet animal majestueux, de son intelligence et de son rapport à la mort. Un livre magnifique aux illustrations superbes. Prenez le temps de lire dès que vous le pouvez!

Alex Godard est un auteur et illustrateur marie-galantais.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

L’éléphante qui cherchait la pluie
AUTEUR(S) : Michel Piquemal & Alex Godard 
ÉDITION: Albin Michel Jeunesse, 2019
ISBN: 9782226443434
PRIX: 21,95$
5 à 11 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Les trois poules de Sonia, un livre jeunesse dans lequel on aborde le sujet de la survie animale et de la chaîne alimentaire. Essayez aussi Maman-dlo, aussi écrit par Alex Godard, et Ma journée dans la savane: voyage en Tanzanie, pour rencontrer le peuple Massaï
.

Mes p’tites questions: La peau

Seize questions et leurs réponses pour apprendre comment la peau se répare, pourquoi est-ce qu’elle se ride en vieillissant ou encore pourquoi tout le monde n’a pas la même couleur de peau.

Je ne suis pas une grande fan de la collection Mes p’tites questions (et variantes) chez Milan. J’ai tout de même lu « La peau », sans trop d’attentes, si ce n’est l’appréhension d’être déçue, choquée ou exaspérée, comme cela arrive souvent lorsque je feuillette ces livres. Les illustrations donnent à voir des peaux de toutes les couleurs, même quand il n’est pas question de race. Par exemple, à la page « C’est fait en quoi, la peau? » on voit des pieds noirs. Bel effort, sauf que la plante des pieds a été illustrée brune plutôt que beige. Cela m’a frappé quand j’ai vu cette image. Contrairement aux personnes blanches, la plante des pieds des personnes noires n’est pas de la même couleur que le reste du corps. Plusieurs enfants noirs ont des complexes face à la couleur de leurs paumes et/ou sont victimes de moqueries de leurs camarades. Quelle occasion ratée de normaliser les paumes des personnes noires… Cette erreur qui peut semble bénigne a tout de même un impact important puisque le sujet du livre est justement celui de la peau!

Ce livre documentaire aborde aussi les sujets du métissage, de l’albinisme, de la biologie et du racisme. On y parle aussi de coups de soleil, de mélanine, d’égratignure, de rides, du sens du toucher, de transpiration, etc. Peut plaire. 

Mes p’tits pourquoi: La peau
AUTEUR(S)
: Audrey Guiller & Amélie Videlo
ÉDITION: Milan, 2021
ISBN: 9782408024321
PRIX: 14,95$
5 à 9 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être La lune et L’alimentation, deux livres jeunesse publiés chez le même éditeur. Essayez aussi Mon corps est génial! Ses échanges avec l’extérieur.