Un nouveau monde…

nouveau-monde-kerbaLa ville fume, tousse et crache. Il faut faire quelque chose ! Partir à l’aventure pour dénicher le bon remède, sauver quelques graines de la folie des hommes et qui sait, grâce à elles, faire refleurir la terre entière?

Le large format de l’album est très agréable et la mise en page est aérée. Les illustrations sont très évocatrices, et chaque lecteur pourra y déceler quelque chose de différent qu’il interprétera à sa manière. La poésie du texte m’a beaucoup touchée; la ville y est présentée comme une entité vibrante, presque amicale, à qui on prête des qualités humaines. Et parmi tout cela, l’urgence d’agir et ce mot jeté à répétition sur les pages de l’album: « Vite! ». Vite, il faut agir.

Le personnage principal, un garçon blanc, quitte sa ville pour se rendre dans un endroit non nommé, mais dont on devine qu’il s’agit d’un pays chaud, probablement les Antilles. Par ce voyage, il illustre la fracture technologique, numérique et industrielle qui sépare le nord du sud. Un homme blanc qui débarque dans un pays peuplé par des personnes racisées et qui finit par tout chambouler, ça s’est bien sûr déjà vu dans l’Histoire de l’humanité. Les enfants comprendront-ils ce que cela implique…? Néanmoins, cet album soulève une question d’actualité: « Quel est le coût de la mondialisation? » Pertinent.

Auteur(s) : Muriel Kerba
Maison d’édition: Gautier-Languereau
Année de publication: 2006
ISBN: 9782013913102
Lectorat cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: Coton Blues, un album percutant signé Régine Joséphine.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

The Boondocks: Parce que je sais que tu ne lis pas le journal

boondocksCréée sur Internet en 1996, puis reprise dans un magazine étudiant, la série BOONDOCKS (littéralement: « quartier ennuyeux ») a mis moins de cinq ans pour conquérir les lecteurs de plus de 250 magazines et quotidiens américains. Les personnages d’Aaron McGruder consacrent l’irruption de la culture hip-hop dans le monde de la BD. Aucun sujet n’est passé sous silence: racisme, préjugés des noirs à l’égard des blancs, violence, drogue, lutte contre le terrorisme, fausses idées des blancs à l’encontre des noirs, problèmes d’éducation… Évitant toute complaisance, Aaron McGruder fait sauter tous les garde-fous de la bien-pensante!

Mon avis

Je fais une petite exception pour cette BD, qui s’adresse surtout aux adultes, mais qui peut être lue dès l’âge de 13 ans, car je voulais absolument la présenter sur ce blog. Riley, 8 ans, est rebelle et admire l’univers des gangs de rue et de la culture gangsta rap. Son grand frère, Huey, s’intéresse plutôt au Black Power, à la lutte contre le racisme et à la justice sociale. Les deux garçons quittent leur ville natale de Chicago pour déménager à Woodcrest, une banlieue ennuyante et blanche parce que leur grand-père, avec qui ils vivent, souhaite une vie tranquille pour sa retraite.

Boondocks1_3

La BD se présente comme une série de strips, à l’origine publié dans un journal. Le ton est parfois hilarant, souvent irrévérencieux. Riley et Huey, malgré leur jeune âge, parlent de tout, même si leurs opinions peuvent offenser. Cette version publiée chez Dargaud permet aux francophones de connaître la série, dont il existe une série télé non traduite en français (voir vidéo ci-bas). Les personnages sont des archétypes des différentes manières dont l’identité afro-américaine se présente; dans chaque personnage on peut reconnaître une personne que l’on connaît. Le grand-père, qui a vécu plusieurs évènements clés du mouvement des droits civiques; Thomas Dubois, le voisin coincé ayant professionnellement réussi dont le comportement rappelle celui d’un homme blanc de la haute société; Jazzmine, une naïve enfant métisse qui tente désespérément de nier son identité noire; et oncle Ruckus, un afro-américain qui idolâtre la culture esclavagiste (pour ne nommer que ceux là).

The Boondocks a le mérite de dire tout haut ce que bien des gens n’osent pas dire même tout bas. Aaron McGruder donne une voix sans complexe à la communauté afro-américaine et ne tente pas de plaire à la majorité. Pour cela, je lui lève mon chapeau.

Auteur(s) / illustrateur(s) : McGruder, Aaron
Maison d’édition: Éditions Dargaud
Année de publication: 2003
ISBN: 2871294542
Public cible: 13 ans et plus

Aaron McGruder est un auteur afro-américain.

aaron-mcgruder

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Jason et la tortue des bois

jason tortue des bois« Dans la maison de Jason, il y avait sa maman et lui. […] Et puis, un jour, sa maman eut une amie. Elle s’appelait Anna. Elle avait la peau blanche, elle était jolie. Elle venait souvent à la maison et Jason la trouvait gentille. Elle avait toujours quelque chose pour lui: un livre, un jouet. Une fois, elle lui apporta même une tortue en peluche que Jason appela Lola. »

Ce petit livre du type premiers romans aborde avec sensibilité la relation parent-enfant boulversé par la venu d’un nouveau conjoint. Jason n’a jamais connu son père. Lorsque sa mère se fait une nouvelle petite amie, il se sent menacé par celle-ci, non pas parce que c’est une femme, mais parce qu’il craint de perdre sa mère. L’enfant qui se sent menacé par la venue d’un nouveau membre de la famille est un phénomène courant, peu importe l’orientation sexuelle des parents. Le livre ne remet d’ailleurs jamais en question la relation amoureuse entre les deux femmes et se concentre uniquement sur le changement dans la dynamique familiale. L’enfant dont le parent s’est remarié se reconnaîtra sans doute dans cette histoire qui fini bien. L’enfant qui a deux mères ou deux pères reconnaîtra un modèle familial qui est le sien, ce qui est assez rare en littérature jeunesse. L’enfant d’origine africaine ou caribéenne retrouvera dans ce roman un personnage qui lui ressemble. De plus, l’homosexualité dans les communautés noires est souvent invisible, reniée ou représentée de manière négative; je suis d’autant plus contente d’être tombée tout à fait par hasard sur ce livre dans la section romans pour enfants de ma bibliothèque municipale. Que de bons points pour ce livre jeunesse très bien écrit! Les illustrations m’ont beaucoup plu. Bien que le terme de l’homosexualité ne soit jamais mentionné, les illustrations laissent entrevoir une réelle intimité et proximité entre la mère de Jason et Anna qui se manifeste doucement de pages en pages: des rires, des mains tenues, des bras entre-lacés. À découvrir!

Coup de coeur!

Un livre jeunesse pour souligne la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Jason et la tortue des bois
Bouton acheter petitAuteur(s) / illustrateur(s) : Françoise de Luca
Édition: Soulières Éditeur, 2011
ISBN: 9782896071289
Prix: 8,95$
7 à 11 ans
Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Billie du Bayou: Le banjo de Will, un roman pour enfant à lire dès l’âge de 7 ans. 

billie du bayou banjo

 

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook