Adi de Boutanga

Adi de BoutangaAdi fait partie du clan des Bororo, des éleveurs nomades du Cameroun. La petite fille a la chance de pouvoir aller à l’école et se plaît à apprendre à jongler avec les mots. Un jour, son oncle Amadou décide qu’elle est en âge de se marier. Son père s’oppose à cette décision et l’aide à fuir.

Cet album m’a captivé dès les premières pages où j’ai fait la connaissance d’une jeune fille a l’esprit vif qui m’a raconté son histoire comme à une amie. Elle se questionne, se projette dans l’avenir, se construit des rêves, comme tout enfant devrait être en mesure de le faire, sans se douter que ceux-ci seront détruits par un mariage précoce. Heureusement, elle parviendra à y échapper. La narration à la première personne se fait tout en douceur; on ne sent pas du tout la présence de l’auteur derrière les mots du personnage principal. La mise en page équilibrée donne à voir les magnifiques illustrations chatoyantes de Marc Daniau : des couleurs chaudes et une technique artistique maîtrisée participent à évoquer de façon stylisée l’environnement africain de l’album. En soi, le livre en tant qu’objet est d’ailleurs très beau: son large format de 248 millimètres par 347 millimètres et sa couverture rigide en fait un livre de qualité. On retrouve à la fin de l’album un dossier documentaire sur les Bamilékés et les Peuls vivant au Cameroun, ainsi qu’une présentation de Madame Ly et de la fondation Jean-Félicien Gacha qui offre du soutien à l’éducation dans l’ouest du Cameroun. Cet album pertinent et beau informe et émeut. À lire au plus vite !

Pistes d’exploitation en milieu scolaire:

  • Faites découvrir à vos élèves d’autres livres sur le Cameroun afin qu’ils s’informent sur la richesse de ce pays. Les élèves devront par la suite partager ce qu’ils ont appris. Pour vous aider, vous trouverez sur ce blogue une sélection de livres sur le Cameroun.
  • Explorez le style d’illustrations de Marc Daniau en comparant Adi de Boutanga avec d’autres des livres qu’ils a illustré. En cours d’art plastiques, faites faire à vos élèves un projet « à la manière de… » et n’utilisez que des couleurs chaudes tels que le rouge, l’orangé ou le brun.
  • Formez des groupes avec vos élèves et organisez une séance de débat sur l’institution du mariage, sur le féminisme, ou sur l’autodétermination des jeunes filles.
  • Amenez les élèves à créer des liens avec leur propre vie: ont-ils déjà eu a faire quelque chose qu’ils ne voulaient pas ? Leurs parents souhaitent-ils pour eux des choses qu’ils ne souhaitent pas pour eux-même ? Ont-ils déjà voyagé dans un pays étranger où les coutumes sont différentes des leurs ?
  • En cours d’Éthique et culture religieuse, abordez avec vos élèves des sujets tels que la philanthropie, l’humanisme et le don de soi.

Je remercie les éditions Albin Michel de m’avoir offert ce livre. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alain Serge Dzotap est un auteur camerounais. 

alain serge dzotap

Auteur(s) / illustrateur(s) : Alain Serge Dzotap & Marc Daniau
Maison d’édition: Albin Michel JeunesseBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782226440761
Lectorat cible: 8 à 12 ans.
Vous aimerez peut-être: Du même auteur, il y a Tu sais que je t’aime très fort, un album magnifique sur l’amour d’une grand-mère pour son petit-fils. Du même illustrateur, il y a Ruby tête haute, un album poignant sur la vie de Ruby Bridges.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Un voyage sans retour

Un voyage sans retour Gaspard Njock« De Gaule », « Mitterrand », les gosses désœuvrés du quartier populaire de New Bell, à Douala, rêvent d’Europe. Malik, 17 ans, se laisse entraîner dans ce voyage à haut risque. Du Cameroun à Lampedusa, en passant par les côtes libyennes, les évènements dramatiques se succèdent. Jusqu’au jour où Malik est recueilli par une association humanitaire. mais lorsque la nostalgie du pays le gagne, Malik se demande s’il a fait le bon choix. Sera-t-il heureux en Europe, soudain devenu moins accueillante ?… Que sont devenus sa famille, ses amis avec qui il a tenté la traversée vers un Eldorado plus fantasmé que réel?

C’est à son arrivée en Europe que le personnage principal, Malik, ressasse ses souvenirs de sa vie à New Bell, au Cameroun. Les festivités, le travail des femmes, les chants de labeur, les couleurs du marché, les conversations des foules, les chorégraphies funéraires, le ciné-club du quartier, les vacances chez ses grands-parents. Ennuyé, la perspective d’un monde nouveau, avec des usages et des coutumes différents l’excite: Il fallait qu’il parte, même si son père ne le comprenais pas. Il découvrira plus tard que son départ a complètement chamboulé sa famille… Au milieu du récit, on fait référence à Mami Water lorsque Malik raconte comment son ami a été englouti par la mer des eaux. Une bande dessinée du quotidien qui nous aspire dans son univers et nous fait découvrir des personnages plus grands que nature. L’auteur s’est légèrement inspiré de son vécu. Il a réalisé de nombreuses recherches graphiques et photographiques dans son pas d’origine, le Cameroun. Les illustrations à l’aquarelle sont magnifiques. On retrouve un dossier photo documentaire à la fin du livre. Un docu-fiction à lire !

Un voyage sans retour gaspard njock

Gaspard Njock est un auteur et illustrateur camerounais.

Gaspard Njock

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gaspard Njock
Maison d’édition: Nouveau Monde éditionsBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782369425014
Public cible: Ados

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Mariétou Kissaitou

marietou-kissaitouAu Cameroun, dans le quartier de Douala où elle habite, Mariétou est surnommée Kissaitounapeurderien. Pour se rendre à l’école elle court entre les taxis-brousse et passe son temps à disparaître dans la foule lorsqu’elle se rend au marché avec sa mère. Pourtant, tout le monde ignore que Mariétou est terrifiée par la nuit.

Plusieurs enfants ont peur du noir, même s’ils aiment bien prétendre qu’ils n’ont peur de rien. Au travers la lecture partagée avec un adulte, il apprendront que leurs peurs sont normales, valides et partagées par d’autres. Une étape cruciale dans leur développement global! Pour partager un moment de lecture agréable avec vos enfants, je vous suggère Mariétou Kissaitou, un livre aux illustrations carrées et naïves dont le récit aborde le thème de la peur du noir. Format à l’italienne.

En savoir plus sur l’auteure camerounaise, Marie-Félicité Ébokéa

marie-felicite-ebokea

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Félicité Ébokéa & Clémentine Sourdais
Maison d’édition: Éditions du Sorbier
Année de publication: 2008
ISBN: 9782732039077
Public cible: 4 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Petit héro fait pipi comme les grands, un livre sur l’apprentissage à la propreté.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

À l’eau Mariétou!

eau mariétouYoupi ! Lundi, Mariétou va avec sa classe à la mer pour apprendre à nager. Elle parvient à convaincre son père de lui acheter le maillot de championne olympique de ses rêves, dans la boutique de Mama Bikini. Pourtant, une fois sur la plage, Mariétou est impressionnée : la mer est immense, les vagues sont grosses et font du bruit… Celle qu’on surnomme dans son quartier de Douala « Kissaitounapeurderien » aurait-elle peur de se jeter à l »eau?

Mariétou est une fille espiègle qui, c’est bien connu, n’a peur de rien. Elle avait si hâte d’aller à la plage se baigner, mais une fois là-bas, prend peur. Il est rare de voir un livre sur la vie du quotidien n’ayant que des personnages noirs. J’ai lu ce livre à une enfant de presque 6 ans. Elle a aimé les longues tresses d’un personnage figurant et les billes dans ses cheveux. Elle a dit qu’elle voulait avoir des cheveux comme ça! Elle s’est aussi intéressée à la sirène, elle ne savait pas que les sirènes pouvaient être méchantes. Dans l’histoire, Mamiwater, la sirène, chante pour entraîner au fond de l’eau les enfants qui s’éloignent trop de la rive. Nous avons quand même nuancé le propos en disant que certaines sirènes sont gentilles, comme Arielle (parce que Disney, on ne s’en sort pas…!). Le texte est très bien, même si j’ai dû changer quelques mots pour l’adapter au contexte québécois (par exemple, je lisais « éducateur » plutôt que « maître » pour faire référence au professeur d’école). Un excellent livre pour faire passer quelques règles de sécurité dans l’eau aux enfants. Nous avons « lu » le livre plusieurs fois, moi avec les mots de l’auteur et elle avec ses propres mots, en inventant une nouvelle histoire en se basant sur les images. Le format horizontal à l’italienne m’a plu. Très bien, ce livre!

En savoir plus sur l’auteure camerounaise, Marie-Félicité Ébokéa

marie-felicite-ebokea

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Félicité Ébokéa & Clémentine Sourdais
Maison d’édition: Éditions du Sorbier
Année de publication: 2010
ISBN: 9782732039718
Public cible: 4 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Dans L’amie, une petite fille s’aventure trop loin dans l’eau lors d’une journée à la plage. Dans Sirènes du monde, on découvre plusieurs histoires sur les sirènes.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Zékéyé fête Noël

zékéyé noëlLes esprits d’un petit village africain sont fâchés. Un drôle de bonhomme rouge est arrivé dans leur région et ils le prennent pour un rival. Heureusement, Zékéyé et le sorcier sont là pour aider celui qui n’est rien d’autre, en fait, que le Père Noël! À eux trois, ils vont trouver une façon très ingénieuse d’apaiser la colère des esprits.

Trop souvent, les personnages africains dans les livres pour enfants sont représentés à moitié nus, vivant dans un village près/dans la savane, ayant des croyances « étranges », voires « magiques » (les thèmes de la sorcellerie, des esprits et des génies reviennent souvent). Cette mise en commun arbitraire d’éléments stéréotypés réduit les personnages africains à l’exotisme. Et comme la vaste majorité des livres pour enfants mettant en scène des personnages noirs sont « africains » par défaut, cette représentation réductrice ignorant la diversité des peuples noirs fini par heurter les communautés de descendance afro-caribéenne.

J’ai trouvé le ton paternaliste; là encore, une personne blanche débarque pour illuminer un groupe de personnes noires de son savoir (dans ce cas-ci: sur les origines de la fête de Noël). Dans l’histoire, ceux qui connaissent l’histoire du 24 décembre sont blancs et ceux qui ne la connaissent pas – oh, sacrilège! – sont noirs. Du coup, je ne me suis pas du tout identifiée aux personnages de l’histoire. Noël, je connais, bien sûr, mais je ne suis pas blanche! Je suis noire, mais mon expérience du 24 décembre n’a rien à voir avec celle de Zékéyé et des membres de son village. J’ai horreur lorsque les albums jeunesse présentent Noirs et Blancs de manière si diamétralement opposée. En tant que personne noire occidentale, je ne m’y reconnais pas du tout. Et quel message envoie ce genre de représentation aux enfants, très sensibles au monde illustré et qui n’ont pas le recul pour se dire « bah, c’est juste une histoire parmi tant d’autres »?

Point positif: Même si on met de l’avant que Zékéyé est africain, on mentionne tout de même son origine Bamiléké (Cameroun). Au final, je suis assez ambivalente face à cet album. Lu seul, il ne pose pas vraiment problème. Malgré quelques faux pas, le livre est réussi. Zékéyé est un petit garçon vraiment sympathique, les illustrations sont attrayantes, le texte est dynamique et la mise en page agréable. Le problème surgit lorsque 1) trop de livres véhiculent les mêmes tropes et stéréotypes sur les africains et les noirs, 2) trop peu de livres donnent à voir la pluralité des identités noires (à ce sujet, voir les dangers de l’histoire unique de Chimamanda Ngozi Adichie). À vous de juger.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nathalie Dieterlé Bouton acheter petit
Maison d’édition: Éditions Hachette Jeunesse
Année de publication: 2003
ISBN: 9782012245143
Lectorat cible: 4 à 7 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook