Le carnaval de Malaika

le carnaval de malaikaMalaika est heureuse de retrouver sa mère, même si cela signifie qu’elle doit déménager au Canada où tout est différent. Il y fait froid, les gens ont un fort accent et le Carnaval de Québec ne ressemble en rien à celui que Malaika aimait tant aux Caraïbes! L’adaptation à son nouvel environnement et à sa nouvelle famille risque d’être difficile…

Ce sont d’abord les illustrations qui m’ont charmée dans cet album à couverture souple. Faites de collages, elles sont dynamiques et vibrantes. La qualité de la mise en page est conforme à ce que nous a habitué les éditions Scholastic, et je n’ai pas été déçue !

Le récit est touchant, difficile parfois, et échappe à une interprétation unique. Bien qu’on devine que Malaika vient des Caraïbes, son pays d’origine est gardé secret. On ignore comment sa mère et son nouveau conjoint se sont rencontrés ni depuis combien de temps dure leur relation. Leur mariage arrive comme un cheveu sur la soupe et nous laisse perplexe, comme le perçoit Malaika de son regard d’enfant: Qui es cet homme ? Pouquoi partir ? Pourquoi une nouvelle famille ? Pourquoi un nouveau pays ? Tous ces non-dits ouvrent la porte aux interprétations et aux discussions avec les lecteurs. Cela rend également facile l’identification au personnage. En effet, même un enfant dont les parents sont séparés et qui doit vivre dans une famille reconstituée pourrait se reconnaître en Malaika même s’il ne partage pas l’expérience de l’immigration.

le carnaval de malaika 2

Le point de vue de la narratrice, tout à fait original, fait également en sorte que les personnages blancs soient perçus comme étrangers. Malaika ne connaît pas le Canada, et encore moins le Québec. Et, si elle parle français, l’accent québécois lui pose parfois quelques problèmes de compréhension ! Le Carnaval, elle connait, bien sûr, mais celui de la ville de Québec n’a rien à voir avec celui de son pays. Malgré tout, Malaika surmonte les difficultés et parvient à s’adapter à son nouvel environnement. Le dénouement est positif. Un très bel album !

Nadia L. Hohn est une auteure canadienne. 

14492512_964216223724600_8612812729601854976_n(2)

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nadia L. Hohn & Irene Luxbacher
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9781443164962
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: D’un monde à l’autre ou encore Yozakura, fille du cerisier, deux albums jeunesse sur le thème de l’adoption.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Le costume de Malaika

Le costume de Malaika 2C’est le temps du carnaval. Le premier depuis le départ de la maman de Malaika pour le Canada. Celle-ci est partie dans l’espoir d’y trouver un bon emploi pour pourvoir aux besoins de sa famille. Elle avait promis qu’elle enverrait à Malaika de l’argent pour acheter un costume pour la fête, mais l’argent n’est pas arrivé. Malaika pourra-t-elle tout de même participer au défilé?

La mère de Malaika est au Canada pour y travailler. Malaika est un peu embêtée par cette situation et se demande pourquoi cela prend autant de temps pour recevoir de l’argent de sa mère car elle en a besoin pour faire son costume. Elle est aussi attristée de ne pas être près d’elle. Lorsqu’elle fait de la peine à sa grand-mère parce qu’elle a déchiré et n’a pas voulu porter le costume que cette dernière portait lorsqu’elle était petite, Malaika n’hésite pas à s’excuser. J’ai adoré le fait que ce soit Malaika qui nous raconte son histoire avec ses yeux d’enfant. Sa famille habite dans les Antilles, et l’illustratrice a fait un travail remarquable qui traduit bien la chaleur et les couleurs de cette région du globe. L’identité raciale de Malaika est normalisée; non seulement parce qu’elle vit aux Antilles, mais aussi parce que son histoire ne tourne pas autour de la couleur de sa peau et elle n’est pas présentée comme étant « exotique ». C’est plutôt une histoire de famille, de célébrations et de séparation qui utilise un événement familiers aux Antillais: le carnaval.

Le costume de Malaika

Les costumes des enfants sont magnifiques et font référence à des personnages typiquement antillais: Jab Molassie (personnage de mascarade et démon acrobate dont le nom vient des mots « diable » et « mélasse »), Moko Jumbie (échassier d’Afrique occidentale dont la taille était traditionnellement associée à la capacité de voir le diable), Pierrot (personnage de mascarade muni d’un pistolet ou d’un fouet, connu pour ses longs discours et joutes verbales). On retrouve dans le texte plusieurs autres éléments typiquement antillais également: le kaiso, le manioc, l’obeah, le rastafarisme et le soca. Bien qu’il puisse être lu à un enfant dès l’âge de 4 ans, je vous recommande d’exploiter ce livre auprès des enfants de 7 ans et plus et qui pourront lire l’histoire par eux-mêmes. J’ai vraiment adoré cet album que je vous recommande vivement !

Nadia L. Hohn est une auteure canadienne. 

14492512_964216223724600_8612812729601854976_n(2)

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) : Nadia L. Hohn & Irene Luxbacher
Maison d’édition : Éditions Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication : 2017
ISBN : 9781443155861
Public cible : À partir de 7 ans

Vous aimerez peut-être : Kwela, Kwela Jamela !, un livre jeunesse qui aborde le thème de la couture mettant en scène une petit fille qui elle aussi fait des bêtises.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Raconte Bouqui et Malice

raconte bouquiDans ce receuil de contes, l’auteure fait revivre avec bonheur, pour le jeune public, les aventures hautes en couleur des deux plus populaires héros de notre folklore: Bouqui et Malice. Nonk Bouqui et compère Malich y sont campés dans des situations et décors typiquement haïtiens, qui contribuent grandement à la vraisemblance des récits. Comprend notamment: Le griot de Bouqui, Le mariage de Ti Da, Au carnaval de Port-au-Prince et La konbite de Malice.

Les histoires de Bouki et Malice sont ici adaptées à un lectorat plus âgé que les versions précédemment présentées sur ce blog. Parfait pour les enfants ayant atteint un bon niveau de lecture, ces histoires raviront les plus jeunes. Je connais peu les éditions Éditha, mais il est raisonnable d’avancer que ce livre a été créé en pensant d’abord à un lectorat haïtien; alors que la quatrième de couverture souligne qu’il s’agit d’une publication « réellement bienvenue… à un moment où les contes populaires haïtiens tiennent de moins en moins de place dans la formation de l’imaginaire de nos jeunes ». Écrit en grande majorité en français, certains courts passages en créoles non traduits peuvent miner la compréhension des lecteurs ne comprennant pas le créole haïtien. De courtes histoires faciles à lire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Odette Roy Fombrun & Chevelin Pierre
Maison d’édition: Éditha, les éditions haïtiennes
Année de publication: Indéterminée
ISBN: 978993595885
Public cible: 7 à 12 ans

Odette Roy Fombrun est une auteure haïtienne.

????????????????????????????????????

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Ti-Jean des villes

jean villesDans le récit de l’ethnologue Ina Césaire, on voit le héros aller de ville en ville, parcourir le vaste monde en chantant et jouant de la flûte. Il traverse des villages sinistres qui connaissent la famine et le malheur. Le dernier qu’il atteint est aux mains d’un tyran qui écrase le peuple sous les impôts et le tient en esclavage. Ti-Jean accomplit des miracles partout où il passe, redonne de la vie et de la joie aux lieux qu’il fréquente. Grâce à sa bonté, sa générosité et son courage, Ti-Jean recevra les honneurs de la foule et trouvera, avec sa mère, une place dans le monde qui l’entoure. (c) Ricochet-Jeunes.

Voici un conte martiniquais sur la liberté, l’intelligence, la débrouillardise et la bonté. Le CD accompagnateur est divisé en deux plages: la première raconte l’histoire dans sa version française, telle qu’elle est écrite dans l’album. La deuxième la raconte en créole (martiniquais). Les deux versions sont embellies de musique et de bruitages donnant vie au récit. Une mise en page simple (illustration à droite et texte à gauche) et efficace. Jolies illustrations à la peinture tout en relief.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Ina Césaire & Isabelle Malmezat
Maison d’édition: Éditions Dapper
Année de publication: 2005
ISBN: 2915258112
Public cible: À partir de 7 ans

Vous aimerez peut-être: Ray Charles: La découverte des musiciens, un livre pour les jeunes accompagné d’un CD audio.

Ina Césaire est une auteure martiniquaise.

cesaire_ina

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook