Le cercle de providence (tome 1): L’appel

Francis est un adolescent comme les autres qui vit dans la petite ville de Providence. Avec son ami Howard, ils trainent et multiplient les ennuis. Mais l’arrivée d’Atonia, une mystérieuse jeune fille, semble tout bousculer. Quel est donc ce monstre qui l’obsède ? En quoi est-ce lié aux cultes anciens que son grand-père a étudiés ? Francis plonge peu à peu, au cœur du mystère…

Une histoire librement inspirée de L’Appel de Cthuluh, le chef-d’œuvre de H. P. Lovecraft, cette bande dessinée a tout pour plaire. Avec un design de personnages réaliste et « cartoony » à la fois, et des environnements détaillés, chaque planche offre un équilibre certain. Et pouvons-nous parler de Attonia Wilcox en particulier? Cette fille est tellement badass! Super design pour ses cheveux (vous savez comme c’est important pour moi que les personnages noirs aient des coiffures qui correspondent à leur identité): Un genre de mohawk vert fluo, rasé sur les côté, avec un long lock à la nuque. À 16 ans, j’aurais voulu avoir la même coupe! 😀

Mention spéciale aussi pour le graphisme et la palette de couleurs choisie: tantôt plus fade lors des séquences de notre réalité ennuyeuse, tantôt fluo et glauque à la fois lorsque les forces démoniaques apparaissent. La créature maléfique, gigantesque et tentaculaire, moitié seiche et moitié humanoïde donne froid dans le dos. Frissons assurés! D’ailleurs, les auteurs donnent au récit une montée en tension maîtrisée et un rythme soutenu. L’histoire fait vivre beaucoup d’émotions, avec une mise en bouche déjà assez intense, une succession de péripéties limite stressantes et un dénouement qui appelle une suite.

Bref, je conseille vivement aux jeunes préados et ados qui carburent aux histoires fantastiques qui font frissonner! Une belle rencontre avec l’univers de H. P. Lovecraft pour le lectorat jeunesse. Hâte de lire la suite! C’est drôle, je suis à nouveau agréablement surprise par la nouvelle qualité des éditions Jungle: une plus grande variété de récits, des personnages forts et un choix de bédéistes talentueux. Eh ben, dites donc, les éditions Jungle est à surveiller ces temps-ci…

Le cercle de providence, 1: L’appel
AUTEUR(S): Sébastien Viozat & Anne-Catherine Ott
ÉDITION: Jungle, 2020
ISBN: 9782822229869
PRIX: 26,95$
14 ANS et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Les Chroniques d’Under York, Les Omniscients, ou encore Légendes Zurbaines, trois bandes dessinées fantastiques pour le lectorat jeunesse.

Les enfants d’ailleurs

A l’enterrement du père Gab, Noé, Théo et Maxime rencontrent Rebecca, petite-fille adoptive du défunt. Les trois garçons accompagnent la fillette qui veut visiter la maison de son aïeul, sans en parler à ses parents. Ils découvrent un lieu à l’abandon, où un vieux chat et un mainate ont été oubliés. Au coucher du soleil, l’oiseau se met à hurler, les prévenant d’un danger imminent.

Rebecca, Max, Noé et Théo ont découvert, dans la maison du père Gab, un passage vers un autre monde. Suite à une erreur de manipulation, les voilà tous les quatre coincés dans un pays étrange et peu accueillant.

Voilà une bande dessinée pour enfants pleine d’action et de mystère avec une petite touche d’épouvante. La maison du grand-père de Rebecca donnera lieu à quelques frissons au cours de la lecture, mais rien de bien méchant. Les dessins sont vifs et détaillés: l’auteurs parvient parfaitement à véhiculer la vitesse, l’énervement ou la peur en quelques coups de crayons. Son style m’a rappelé dans certaines cases les mangas par son utilisation de la simplification du visage pour créer un effet comique. Cette bande dessinée a tout pour plaire: c’est une aventure avec une pointe de magie, et le récit d’une belle amitié.

Dès le premier tome, on rencontre Rebecca, une petite fille noire qui s’ennuie à l’enterrement de son grand-père qu’elle n’a jamais connu. Son père lui permettra d’aller vagabonder le temps que la cérémonie se termine et c’est ainsi qu’elle fera la connaissance de ses nouveaux amis, trois garçons blancs du quartier. Dès cette première rencontre, la couleur de la peau de Rebecca sera sujet à conversation: l’un des garçons est étonné d’apprendre qu’elle est la petite-fille du défunt car elle est noire. Rebecca n’hésitera pas une seconde à répliquer: on imagine bien que ce n’est pas la première fois qu’on lui fait ce genre de remarques.

Rebecca est une fille courageuse (elle n’hésitera pas à aller dans la maison un peu glauque de son grand-père), drôle (elle s’amuse à jouer des tours à ses amis) et fonceuse (elle n’attend pas après les autres pour prendre une décision). Dans le premier tome, on comprend qu’elle est adoptée et que sa vie avant son adoption a été traumatisante pour elle, mais on ignore les détails. Il faudra attendre le tome 2 pour découvrir que Rebecca est née au Rwanda en 1992 et avait deux ans lorsque sa famille a été assassinée à coups de machette (elle en garde d’ailleurs une large cicatrice sur les côtes. Rebecca est donc un personnage très important dans l’histoire et c’est généralement elle qui mène le récit. Elle est aussi présente sur toutes les pages couvertures de cinq des 6 tomes de cette série qui malheureusement a été abandonnée avant la parution du 7e tome. Une excellente bande dessinée !

Je me permet de souligner un passage où l’un des protagonistes fume malgré son jeune âge et offre une cigarette à Rebecca. Cette dernière sera plutôt dégoûtée, mais le fumeur présentera le tabagisme comme quelque chose de pas si mauvais que ça.

Pour vous procurer le premier tome de cette série, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Les enfants d’ailleurs, 1: Le passage
AUTEUR(S) : Nykko & Banniste
r
ÉDITION: Dupuis, 2012
ISBN: 9782800155104
PRIX: 17,95$
7 ans et plus

J’adore être papa

J'adore être papaDes créatures mythiques s’amusent dans une contrée magique… jusqu’à ce que le Sasquatch se prenne le pied dans un tronc d’arbre, que la corne de la licorne passe à travers une table et que le bras-en-scie du robot rouille sous la pluie. Mais pas de panique ! Papa est là pour arranger tout ça, même quand un vilain pirate-alligator-volant menace de tout gâcher.

Ahahahah ! Cette histoire est HI-LA-RAN-TE ! On y rencontre des créatures mythiques qui nous racontent à quel point c’est génial d’être qui elles sont, mais aussi ce qui est embêtant quand on est ce qu’elles sont. Sasquash, licorne, montre du Loch Ness, etc. Les personnages se rencontrent l’un l’autre et c’est amusant de les suivre de saynettes en saynettes. Les personnages ne sont jamais tout à fait ce qu’on pense qu’ils sont et ils ne font jamais tout à faire ce qu’on s’attendent à ce qu’ils fassent. Le texte répétitif et humoristique fera la joie des tout-petits qui adoreront découvrir les personnages et faire des prédictions sur ce qui va arriver dans l’histoire. Certains gags passeront inaperçus auprès des enfants, mais feront rire les parents !

Les personnages humains de ce livre sont de toutes origines et les personnages humains principaux ont le teint brun et les cheveux lisses. La petite fille de la famille adore être une « maman-fée-ballerine-médecin » (GIRL POWER! 🙂 ) et le petit garçon aime être un « pirate-alligator-volant ! Cet album est vraiment fantastique; encore une fois, les éditions Scholastic ne déçoivent pas. Bravo !

J'adore être papa 2.jpg

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) : Dan Bar-el & Gina Perry
Édition : Éditions ScholasticBouton acheter petit, 2017
ISBN : 9781443159876
Prix : 11,99$
À partir de 3 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être La princesse et le poney, une histoire pleine d’humour aussi publiée chez Scholastic.

princesse-et-le-poney

 

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Mariétou Kissaitou

marietou-kissaitouAu Cameroun, dans le quartier de Douala où elle habite, Mariétou est surnommée Kissaitounapeurderien. Pour se rendre à l’école elle court entre les taxis-brousse et passe son temps à disparaître dans la foule lorsqu’elle se rend au marché avec sa mère. Pourtant, tout le monde ignore que Mariétou est terrifiée par la nuit.

Plusieurs enfants ont peur du noir, même s’ils aiment bien prétendre qu’ils n’ont peur de rien. Au travers la lecture partagée avec un adulte, il apprendront que leurs peurs sont normales, valides et partagées par d’autres. Une étape cruciale dans leur développement global! Pour partager un moment de lecture agréable avec vos enfants, je vous suggère Mariétou Kissaitou, un livre aux illustrations carrées et naïves dont le récit aborde le thème de la peur du noir. Format à l’italienne.

En savoir plus sur l’auteure camerounaise, Marie-Félicité Ébokéa

marie-felicite-ebokea

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Félicité Ébokéa & Clémentine Sourdais
Maison d’édition: Éditions du Sorbier
Année de publication: 2008
ISBN: 9782732039077
Public cible: 4 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Petit héro fait pipi comme les grands, un livre sur l’apprentissage à la propreté.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Un petit garçon qui avait peur de tout et de rien

peur tout rienIl était une fois, un petit garçon peureux, mais peureux… que tout effrayait. Tout, absolument tout et même son ombre ! À tel point que ses parents commençaient vraiment à s’inquiéter!

Voilà une belle histoire bien ficellée très agréable à raconter. Une mise en page comme beaucoup d’autres à la courte échelle (qui d’ailleurs n’est pas déplaisante du tout). Des illustrations un peu sombres qui soutiennent bien le thème de la peur. Une belle relation existe entre le garçon et sa grand-même malgré des débuts rocailleux. Un livre pour enfants ayant un personnage noir auquel tous les enfants pourront se reconnaître. Nous avons besoin de plus de diversité ethnique et raciale dans la littérature jeunesse et ce livre est un pas dans la bonne direction. À lire !

Stanley Péan est un auteur canadien d’origine haïtienne

stanley péan

Auteur(s) / illustrateur(s) : Stanley Péan & Stéphane Poulin
Maison d’édition: La Courte Échelle
Année de publication: 1998
ISBN: 289021320X
Public cible: À partir de 5 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook