Du désespoir à la liberté

desespoiralaliberteJulia May et les autres membres de sa famille ont réalisé l’impossible: ils ont fui la Virginie et la plantation de tabac où ils étaient esclaves. Ils marchent maintenant vers le nord, car on dit que là-bas, les esclaves sont libres. Julia May raconte leur histoire dans son journal intime. Leur voyage est épuisant et terrifiant. Ils marchent la nuit et se cachent le jour, mais ils n’abandonnent pas, car ils gardent espoir de pouvoir commencer une nouvelle vie au Canada.

Je suis tombée tout à fait par hasard sur ce roman lors d’une récente visite à la bibliothèque. Je connaissais déjà la collection Cher Journal chez Scholastic, mais les autres titres ne m’intéressaient pas particulièrement. Ici, l’auteur offre un roman accrocheur dont la nature épistolaire réhausse le rythme. La narratrice, Julia May, est une jeune fille intelligente, futée, rusée et débrouillarde. Quel plaisir de lire son histoire! Un récit dont le sujet est difficile, mais dont le ton demeure plein d’espoir. Enfant, j’aimais beaucoup les romans du type « journaux intimes » et je me surprend à toujours les apprécier aujourd’hui. On en apprend beaucoup sur le chemin de fer clandestin et sur la vie des personnes prises en esclavage du XIXè siècle. Un dossier documentaire et historique très étoffé (une quinzaine de pages appuyée d’images d’archives) clôt le roman. Très belle présentation matérielle: couverture rigide, pages coupées à l’ancienne, signet intégré. Parfait pour offrir en cadeau! À découvrir!

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Karleen Bradford
Maison d’édition: Éditions Scholastic
Titre complet : Du désespoir à la liberté: Julia May Jackson, sur le chemin de fer clandestin (De la Virginie au Canada-Ouest, 1863-1864)Bouton acheter petit
Année de publication: 2010
ISBN: 9781443101004
Public cible: À partir de 10 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Je suis fou de Vava

vava« Si je m’approche trop près d’elle, mon cœur se met à battre à toute vitesse. On dirait qu’il va sortir de ma bouche pour tomber par terre. Je le vois là, à mes pieds, sur le point de se faire dévorer par une colonie de fourmis. »

Quel plaisir de retrouver Vieux Os et sa grand-mère Da à Petit-Goâve dans un album jeunesse. J’ai bien sûr lu et relu et re-relu L’Odeur du café de Dany Laferrière étant enfant et même à l’âge adulte. L’album ici magnifiquement illustré par Frédéric Normandin retrace l’été des dix ans de Vieux Os et son amour secret pour la belle Vava, son rayon de soleil. La police de caractère utilisée pour le texte rappelle une calligraphie enfantine, comme si c’était bel et bien Vieux Os qui avait écrit ces mots. Les paysages d’Haïti, pleins de couleurs chaudes, sont superbes. Une récit pour découvrir Haïti à travers les yeux d’un enfant, et qui aborde le caractère universel de l’amour. Magnifique.

∗ Prix du Gouverneur Général (Canada)

Auteur(s) / illustrateur(s) : Dany Laferrière & Frédéric Normandin
Maison d’édition: Les Éditions de la Bagnole Bouton acheter
Année de publication: 2013
ISBN: 9782897141004
Public cible: À partir de 5 ans

Dany Laferrière est un auteur haïtien Immortel de l’Académie française.

 dany-laferriere

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook