Souffle d’hiver

La première année du bébé est rythmée par les 4 saisons. Tout simplement, prenez le temps de lui raconter Souffle d’hiver avec ses sons, ses rythmes, la danse des mots et votre émotion. Ensuite, poursuivez ce moment de partage en musique, puis laissez-vous emporter par la voix de l’autrice. 1 livre + 1 CD avec une musique originale de Flavia Perez et une lecture de Jo Witek sur la musique.

Dans Souffle d’hiver, j’ai d’abord découvert avec enchantement la qualité du livre et de son récit. J’ai adoré la musicalité du texte, avec ses « Fffffffff » du vent qui souffle, ses « Aglagla…. brouuuu » qui font grelotter, et ses « cric, crac, croc » de la glace qui se brise quand on la piétine. Le récit capture en peu de mots un doux moment du quotidien, une sortie de neige en famille: regarder la neige tomber, faire de la luge sur le lac, glisser sur la montagne, s’emmitoufler dans des habits d’hiver et se réchauffer en rentrant à la maison. Un très beau livre cartonné en soi.

Puis, j’ai découvert l’accompagnement audio avec étonnement et contentement. Il ne s’agit pas de l’histoire qui nous est racontée, mais plutôt d’un arrangement musical d’ambiance sur la thématique de l’hiver et du vent. Très, très bon!

L’histoire donne à voir un garçon noir, avec ses parents: un papa noir également et une maman blanche. Le tout, sans que la couleur de la peau soit au centre du récit. Je vous recommande chaudement ce petit livre cartonné ! 

Souffle d’hiver
AUTEUR(S): Jo Witek , Emmanuelle Halgand & Flavia Perez
ÉDITION: Flammarion JEUNESSE, 2020
ISBN: 9782081519077
PRIX: 24,95$
0 à 3 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Promesses, Le petit chemin des formes ou Bertille et Brindille, trois livres cartonnés pour les poupons.

Un orage de colère pour Violette

Violette vit chez sa mère les jours bleus et chez son père les jours jaunes. Ce week-end, ce dernier lui a promis de construire un château. Mais son ami est hospitalisé et Violette doit aller chez sa mère. Elle se met en colère puis se calme. Une histoire sur la nécessité d’accepter sa colère pour mieux l’apprivoiser.

Il y a plusieurs bons points à attribuer à ce livre jeunesse: on y parle du divorce des parents, on offre des outils pour gérer ses émotions et on donne à voir une famille métissée au quotidien.

La petite Violette est heureuse d’avoir reçu un château à construire de son papa. Il lui a promis qu’ils allaient le faire ensemble. Mais une urgence force Papa à déposer sa fille chez sa mère, sans son château. Et sa promesse, alors?? Violette est en colère, et avec raison! Elle a du mal à comprendre pourquoi la promesse qu’on lui a fait n’a pas été tenue, pourquoi elle doit respecter le calendrier des visites parentales alors que les parents peuvent le changer à leur guise et pourquoi il faut qu’elle ait deux maisons. Avoir deux maisons, c’est nul! Les jouets ne peuvent pas aller d’une maison à l’autre, il y a beaucoup de changements, c’est stressant tout ça!

L’histoire est bien racontée et les émotions vécues par Violette semblent authentiques et naturelles. On devine bien ce qui rend Violette en colère, sans que tout soit explicité car Violette elle-même a un peu de mal à comprendre ce qu’elle ressent. Le livre est construit de manière à faciliter les échanges avec le lecteur afin qu’il s’exprime sur ce qu’il lit et afin qu’il s’identifie au personnage principal. Les parents de Violette sont là pour la guider, valider son émotion et lui offrir des alternatives pour la gérer. On ne dit pas à Violette d’arrêter de bouder ou d’être en colère. On lui dit plutôt que son émotion est compréhensible, et on lui offre des pistes pour se calmer. En fin d’album, il y a un petit dossier à l’attention des adultes qui explique ce qu’est la colère et propose des solutions pour réguler ses émotions adaptées à l’âge de l’enfant.

La maman de Violette est blanche alors que son papa est noir. La couleur de peau des personnages ne change absolument rien au récit. Il s’agit tout simplement d’une famille multiraciale comme les autres. Un excellent livre que je vous recommande chaudement!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Un orage de colère pour Violette
AUTEUR(S) : Kochka & Sophie Bouxom 
ÉDITION: Père castor Flammarion, 2019
ISBN: 9782081441910
PRIX: 15,50$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Timothée est timide, Émilie est envieuse, ou Le souci de Calie, trois albums jeunesse sur les émotions ayant des personnages noirs.

Épaminondas

épaminondas

Épaminondas applique tous les conseils que lui donne sa maman. Il les applique même aveuglément. Voilà pourquoi entre autres sottises, il transporte dans son chapeau du beurre, qui dégouline sur ses cheveux, sur le bout de son nez… ! Moralité : obéir c’est bien, réfléchir, c’est mieux ! Un livre audio.

Hum. Souvenez-vous. Épaminondas était à l’origine un livre plutôt raciste, faisant usage du Blackface, se moquant des noirs, les représentant comme simplets, voire stupides, imitant avec condescendance la diction des Noirs américains. Au temps de l’esclavage, il était commun d’affubler à un Nègre un prénom « blanc » connu et associé à un certain prestige, l’ironie de la chose étant considérée comme une blague particulièrement bonne puisque les noirs était considérés comme étant inférieurs. Épaminondas est le nom d’un homme d’état ayant vécu en Grèce antique, un statut social bien entendu hors de portée à un noir du début du XXè siècle. La version originale, epaminondas originalmaintenant entrée dans le domaine public depuis sa publication en 1907 et disponible en ligne (en anglais), est particulièrement insultante et dégradante. Tant le texte que les illustrations d’Épaminondas et sa marraine étaient teintés de racisme.

Fait intéressant: le livre a été banni dans les années 1960 et 1970 aux États-Unis, en pleine lutte pour les droits civiques. Le livre continue tout de même à être enseigné en classe primaire par des professeurs cherchant à faire « découvrir l’Afrique » à leurs élèves. Il y a des histoires sur l’Afrique bien plus intéressantes et moins insultantes à faire découvrir aux enfants (en espérant que ce blog vous ait donné quelques suggestions de lecture scolaires de meilleure qualité).

À première vue, cette nouvelle édition d’Épaminondas peut sembler dénuée de signification raciale: le Blackface a été remplacé par des personnages noirs au physique ordinaire, vivant en Afrique. Les stupidités d’Épaminondas ont été remplacées par des stupidités un peu moins idiotes que celles présentes dans la version originale. Sauf que les archives sont là. Aujourd’hui encore, peu de personnages noirs sont présents dans les produits culturels et ils sont souvent limités à des rôles et représentations stéréotypées. C’est déjà assez difficile de trouver des livres ayant des personnages noirs, et voilà ce que le marché nous offre. C’est à pleurer.

Un livre à lire? Si on est conscient de l’origine du récit et qu’on s’en sert pour parler avec un enfant mature (ou même avec un adulte) du racisme et du blackface, ok. Si c’est simplement pour lire et faire écouter un livre à un enfant avant d’aller dormir: Je passe mon tour, merci. Je sais bien que d’autres contes africains, afro-américains ou antillais existent et sont plus susceptibles de m’intéresser.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Odile Weulersse, Kersti Chaplet, Sara Cone Bryant, Luc Debuire Bouton acheter petit
Maison d’édition: Flammarion Jeunesse
Année de publication: 2015
ISBN: 9782081344341
Public cible: À partir de 4 ans

Vous aimerez peut-être: L’âne au crottin d’or, un conte africain accompagné d’un CD audio.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook