Les Robinsons de l’île de Tromelin: L’histoire vraie de Tsimiavo

Le 31 juillet 1761, Tsimiavo est à bord de l’Utile. Elle a été embarquée clandestinement dans les cales de ce navire de commerce avec 159 autres esclaves malgaches. Au cœur de la nuit, leur destin bascule : l’Utile heurte un récif de corail et fait naufrage. Les rescapés échouent sur un îlot de sable blanc et de cailloux, perdu au milieu de l’océan Indien.

Quand l’équipage blanc prend le large sur une embarcation de fortune, Tsimiavo et les siens se retrouvent seuls, oubliés de tous. Comment survivre sur cet îlot du bout du monde ? C’est le défi qui les attend. Pendant des jours, des mois, des années, leur courage et leur ingéniosité vont faire des miracles…

Ce livre en grand format est écrit sous la forme d’un journal intime et superbement illustré par des fresques là en couleur, là en noir et blanc. Il s’agit donc d’un album pour les grands, qui raconte une histoire vraie et terrible, et qui permet d’aborder la traite négrière et, plus largement, l’histoire du XIXe siècle. On oublie parfois que des esclaves ne venait pas uniquement du continent africain, mais aussi de l’île de Madagascar. Idéal pour une lecture en classe avec des élèves de 3e cycle du primaire, voire 1er cycle du secondaire. On retrouve en fin d’ouvrage un dossier sur les missions archéologiques menées par Max Guérout sur Tromelin, l’île des esclaves oubliés. D’ailleurs, ce livre sera bientôt réédité sous la forme d’un roman à couverture souple avec la définition des mots difficiles et autres notes en bas de page pour faciliter la lecture, un préambule, des activités pour travailler la compréhension de texte et un dossier encore plus étoffé en fin d’ouvrage. À surveiller au courant des prochains mois!

Le point de vue du livre est clairement celui de personnes blanches, même si le personnage principal qui raconte son histoire est malgache. Il y a plusieurs maladresses dans le livre. Déjà, le titre: On compare les personnes oubliées sur l’île de Tromelin à Robinson Crusoé, qui, souvenez-vous, s’est aussi échoué sur une île et y est resté pendant des années. Sauf que, souvenez-vous aussi que Robinson Crusoé était à l’origine parti naviguer à la recherche d’esclaves africains. Ce n’était pas une petite croisière de plaisance! Dans le texte, on appelle même les Malgaches oubliés les « Robinsons noirs ». Pourquoi donc cette comparaison avec une personne blanche qui, plus est, était esclavagiste?

Ensuite, tant l’autrice que l’illustratrice sont des personnes blanches. J’aurais été intéressée à connaître l’opinion et le point de vue de personnes malgaches sur cette histoire qui est la leur. Et puis, le récit s’attarde longuement aux Blancs et à ce qu’ils ont fait et à ce qu’ils n’ont pas fait: les Blancs ont trouvé de l’eau, les Blancs ne partagent pas leur nourriture, les Blancs construisent un abri pour eux seulement, les Blancs ont menti et n’ont pas tenu leur promesse, les Blancs ont abandonné les Malgaches, les Blancs ne reviendront pas, les Blancs sont revenus, les Blancs se sont encore échoués, un autre Blanc s’est échoué, ce Blanc a encore abandonné les Malgaches, les Blancs sont venus sauver les derniers survivants, les Blancs ont déclarés libres les huit survivants une fois arrivés à l’Île de France… Oui, il y a quelques pages où Tsimiavo raconte un peu le quotidien sur l’île, mais on en apprend très peu sur comment les Malgaches ont survécu sur l’île, comment ils se sont organisés, quels genre de liens et système politique ils ont mis en place, quelles difficultés ils ont rencontrées, ce qui est arrivé des bébés nés sur l’île, ou sur les relations entre les insulaires. Dommage! Tous ces éléments sont relégués au dossier en fin d’ouvrage où une petite section intitulée « Comment ces hommes et ces femmes ont-ils survécu? » offre un peu plus d’information sur le sujet.

Enfin, et ça, ce n’est pas la faute des autrices, mais l’île où ont été oubliés les Malgaches nauvragés porte le nom du sauveur (blanc) venus les sortir de là, Jacques Marie Boudin de Tromelin de La Nuguy, un navigateur français.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire:

  1. Quel est le titre du livre? Le sous-titre? Qu’évoquent-ils pour toi?
  2. Qu’est-ce que la page couverture de laisse deviner de l’histoire que tu vas lire?
  3. Qui est Robinson Crusoé? Pourquoi a-t-on appelé les naufragés malgaches ainsi?
  4. Après la lecture du premier chapitre: Qui parle? Que lui est-il arrivé? Que peux-tu dire du contexte dans lequel se déroule le récit? Les illustrations te laissent-elles deviner l’époque?
  5. Combien de temps après les événements du récit Tsimiavo raconte-t-elle son histoire?
  6. Que peux-tu dire des illustrations? Pourquoi certaines illustrations sont-elles en couleur et d’autres en noir et blanc?
  7. Apprends-en plus sur la traite négrière. Situe sur une carte l’île Maurice, Madagascar et l’île de Tromelin.
  8. Développe ton empathie: comment aurais-tu réagi si tu avais été à la place de Tsimiavo?
  9. Penses-tu qu’une telle histoire pourrait arriver encore aujourd’hui? Pourquoi ou pourquoi pas?
  10. Fais une recherche à la bibliothèque sur les îles inhabitées du monde.
  11. Fais une recherche à la bibliothèque sur la culture malgache.
  12. Vrai ou Faux? Les Blancs ont promis aux Noirs de les ramener en France s’ils les aident à construire une pirogue.
  13. Fais un résumé de chacun des chapitres. Note et trouve la définition des mots que tu ne comprend pas.
  14. Pourquoi, même sur une île déserte coupée du monde, les Blancs refusent-ils de partager leurs ressources avec les Malgaches? Quelle aurait été un meilleur comportement?
  15. Comment est-ce que le racisme était-il érigé en système à l’époque où le bateau fait naufrage? Pourquoi s’agit-il de racisme? Pourquoi s’agit-il d’un système? Quelles en sont les répercussions?
  16. À la fin du récit, les 8 survivants sont déclarés libres par les Français. À ton avis, qu’est-ce que la liberté? Qui décide qui est libre et qui ne l’est pas? Les naufragés étaient-ils libres sur leur île?
Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Les Robinsons de l’île de Tromelin: L’histoire vraie de Tsimiavo
AUTEUR(S)
: Alexandrine Civard-Racinais & Aline Bureau
ÉDITION: Belin Jeunesse, 2016 / 2021
ISBN: 9782701198903 
/ 9791035802622
PRIX: 9,95$
10 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Catfish: le voyage d’un esclave vers la liberté, ou encore Coton Blues, deux albums sur la traite négrière. Essayez aussi Aïna, Lalatiana et Alisoa vivent à Madagascar.

Le zébu né d’un œuf d’oiseau de Paradis

Le zébu né d'un oeuf d'oiseau de ParadisC’est l’histoire d’une petite fille, Faravavy, qui trouve dans la forêt un œuf extraordinaire : un œuf de Tsiketriky, un œuf d’oiseau de paradis. Chaque jour, en cachette de sa famille, elle le regarde grossir, grossir. Un jour enfin, l’œuf éclôt. Quelle surprise quand elle voit en sortir un drôle d’animal. Un gros, très gros même, et sans aucune plume! La petite, dans le plus grand secret, soigne son beau zébu. Mais sa mère s’étonne des disparitions de Faravavy et envoie les deux aînées surveiller leur benjamine. Après avoir découvert l’existence du zébu, les parents éloignent la fillette, attrapent la bête et la traînent au village où elle est tuée et mangée…

Un beau livre pour découvrir un conte de Madagascar. Le livre est accompagné d’un CD où on peut entendre quelques uns des instruments traditionnels malgaches, comme le valiha, le xylophone-sur-jambes, la sodina et le jejivoatavo. On retrouvera également une courte présentation des principaux instruments que nous entendons sur le CD à la fin du conte. Le CD d’accompagnement est agréable à écouter. Intéressant !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Écrit et raconté par Muriel Bloch ; illustré par Zaü
Maison d’édition: Gallimard
Année de publication: 2006
ISBN: 9782070574254
Public cible: 7 à 12 ans
Vous aimerez peut-être: Contes et musiques d’Afrique, un livre audio.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Zafy et Tam: Enfants du métissage

zafy tam métissageZafy, d’origine africaine, et Tam, aux yeux bridés, sont deux enfants vivant dans un village de Madagascar. Un jour de marché, intrigués de voir tant de visages différents, ils décident de découvrir les diverses origines de leur île. Comme le riz qui mûrit tout au long d’une saison, les deux garçons, au gré de leurs rencontres, parviendront à une maturité qui leur permettra de mieux appréhender les diversités ethniques, religieuses et culturelles du peuple malgache, et d’apprécier la richesse de ces différences.

Quelle lecture intéressante! On suit deux garçons (puis un troisième s’ajoute plus tard), dans les rues de Madagascar à la recherche de réponses à leurs questions sur le métissage. Pourquoi sont-ils si différents alors qu’ils sont tous trois malgaches? Des illustrations troubles, mais très belles, accompagnent un texte riche, dont les mots peu connus se retrouvent dans un glossaire à la fin du livre. La lecture de se livre serait parfait pour des enfants d’âge scolaire. La mise en page se marie bien avec le format horizontal à l’italienne.

Zafy et Tam Enfants du métissage

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nathalie Boquien & Claude Grollimund
Maison d’édition: Éditions Siloë
Année de publication: 2008
ISBN: 9782842314378
Public cible: 6 à 10 ans

Pour d’autres suggestions de lectures, suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

La forêt extraordinaire

foret extraFano et son cousin Rémi partent pique-niquer dans la forêt. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises! La chouette qui louche leur demande le mot de passe, l’écureuil Coco-bel-oeil leur pose des devinettes, un lutin grognon les met à l’épreuve… Fano et Rémi arriveront-ils à retrouver leur chemin dans cette forêt extraordinaire?

Un petit livre de d’une quarantaine de pages mettant en scène une petite fille métisse nommée Fano (mère de Madagascar, père blanc d’origine indéterminée), et son cousin roux nommé Rémi dans une aventure pleine de surprises. Le récit est entrecoupé de petits jeux (énigmes, devinettes), que les enfants doivent faire pour faire avancer le récit. La petite Fano porte des vêtements traditionnels africains, et sa mère aussi. Ses cheveux afro sont ornés de barrettes de couleurs. Très belle complicité entre les deux cousins. On devine que Fano est immigrante de deuxième génération. L’origine du père n’est pas mentionnée. C’est un peu irritant, parce qu’on sous-entend ainsi que l’origine ethnique de la fillette et de sa mère doit être justifiée, alors que celle du père ou de la famille de Rémi va de soi. Malgré tout, voilà un livre différent que les enfants d’âge scolaire aimeront.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Ann Rocard & Thierry Christmann
Maison d’édition: Oskar Éditeur
Année de publication: 2011
ISBN: 9782350006499
Public cible: À partir de 5 ans

Vous aimerez peut-être : Pour en apprendre plus sur le Madagascar, je vous conseille Zafy et Tam: Enfants du métissage.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La sanza de Bama

sanza

En Afrique, on dit que les sons magiques produits par la sanza peuvent transformer l’être le plus méchant en champion de la gentillesse et changer la violence en tolérance. Longtemps les humains n’eurent pas connaissance de ce merveilleux instrument de musique qui adoucit les moeurs. Les puissants génies, les djinns, ne pouvaient pas confier ce trésor à n’importe qui. Ils attendaient que Bama naisse, au bord d’un marigot, parmi les crocodiles, pour lui révéler le secret de la sanza. Bama, un enfant au destin hors du commun…

Mon avis: Accompagné d’un CD de musique de sanza du Gabon, du Zimbabwe, du Congo, de Madagascar, de République Centrafricaine et de Tanzanie, cet album aborde les thèmes de la musique, de la méchanceté, des enfants esclaves et de la résilience. Illustrations aux couleurs chaudes et aux traits vifs et épais. Approprié aux enfants d’âge scolaire, ce livre peut constituer une porte d’entrée intéressante vers une discussion sur la maltraitance des enfants et la solidarité. l’album peut aussi être exploité du point de vue de la musique pour partir à la découverte d’un instrument méconnu: la sanza.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean-Yves Loude & Frédérick Mansot
Maison d’édition: Éditions Belin Bouton acheter petit
Année de publication: 2008
ISBN: 9782701148502
Public cible: À partir de 7 ans

Vous aimerez peut-être: Aussi publié chez les éditions Belin, il y a le livre Mbéla et la perle de Mamiwater.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Aina, Lalatiana et Alisoa vivent à Madagascar

vivent madagascarFaire connaître aux enfants d’ici la vie quotidienne des enfants d’ailleurs, telle est l’ambition de la collection Enfants d’ailleurs. Ce livre présente trois enfant vivant à Madagascar. Aina vit à Vohipeno, un village situé sur la côte Est de l’île. Lalatiana vie à Antananarivo, la capitale. Alisoa vit à Ilakaka, un village aux allures de western.

Les faits sont relatés sont réels, mais les personnages (Aina, Lalatiana et Alisoa) sont fictifs. Le texte est assez dense, mélangeant faits vérifiables et tranches de vie des personnages. Approprié pour les enfants plus vieux car certains concepts politiques sont abordés avec franchise (corruption, pratiques illicites, enjeux mondiaux, exportations, etc.) De petites illustrations ponctuent quelques fois le texte. Présence des quelques photographies, ce qui m’a beaucoup plu. On s’adresse à l’enfant français et les comparaisons (grandeur de l’île, mode de vie, etc.) sont par rapport à la France. Peut-être pas idéal pour l’enfant québécois car il ne connait pas nécessairement bien la France. De plus, l’absence d’index ou de glossaire à la fin du livre rend la recherche d’information difficile. Ainsi, ce livre est davantage approprié pour la lecture récréative que pour la recherche scolaire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Dorine Leleu & Sophie Duffet
Maison d’édition: De La Martinière Jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2008
ISBN: 9782732438108
Public cible: À partir de 9 ans

Vous aimerez peut-être: Dans la même collection, il y a Aina, Lalatiana et Alisoa vivent à Madagascar.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook