[INFO] Nouveautés hiver 2020

C’est devenu une tradition: deux fois par an, je partage avec vous les dernières nouveautés de livres jeunesse ayant des personnages issus de la diversité afro-descendante, ou écrits par des auteur.e.s noir.e.s. Je lis de tout, toute l’année, mais il arrive parfois que quelques livres passent à côté de mon radar. Voici donc quelques uns des livres jeunesse arrivés sur les tablettes des librairies au cours des 6 derniers mois ou à paraître très bientôt. Comme à l’habitude, cliquez sur les images des pages couvertures pour placer vos commandes!

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Studio danse: Pas de danse pour Alia: Choisir entre la danse et les études, c’est impossible pour Julie, Luce et Alia ! Mais vu ses résultats en mathématiques, Alia va y être contrainte par ses parents. Heureusement, ses deux amies la soutiennent dans cette épreuve. Seule Carla, sa rivale de « Studio Danse », est ravie de la voir s’absenter des cours… Sortie: Novembre 2020.

À la vie, à l’amour: Jack Ellison King rencontre Kate au cours d’une soirée et tombe sous son charme. Il espère vivre une grande histoire d’amour avec elle mais la jeune femme décède. Cependant, il est ramené au tout premier soir de leur rencontre, quatre mois plus tôt. Il peut tenter sa chance à nouveau. Premier roman. Sortie: Janvier 2021.

Positive: Simone est amoureuse de Miles et rêve de faire l’amour avec lui. Hélas, la jeune fille est séropositive de naissance. Elle est prête à lui avouer sa maladie, mais elle hésite, alors que son couple de pères lui recommande la chasteté. Un mot trouvé dans son casier lui adresse un ultimatum. Si elle ne renonce pas au jeune homme, son secret sera dévoilé publiquement. Premier roman. Sortie: Janvier 2021.

Les abysses: Lors du commerce triangulaire, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à l’eau. Mais en fait, toutes ces femmes ne sont pas mortes. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique. Un jour, l’une d’entre elles, Yetu, va leur rappeler. Sortie: Novembre 2020.

Babel Corp. Genesis 11: À bord du vaisseau Genesis 11, Emmett, issu d’un quartier pauvre, participe à un jeu de survie avec d’autres adolescents défavorisés. Au bout d’un voyage d’une année, seuls les huit meilleurs pourront débarquer sur une planète mystérieuse pour y récolter la noxolyte, une substance fossile puissante et dangereuse. À bord, les épreuves cruelles et truquées se multiplient. Sortie: Août 2020.

Le hip-hop: Écrit par Thomas Blondeau, journaliste passionné et passionnant, ce documentaire riche en photos te plonge dans la culture fascinante du hip-hop, de sa naissance dans les ghettos new-yorkais à l’âge d’or du rap, en passant par le graffiti et la danse. Découvre aussi la discographie idéale avec une sélection de 60 albums de rap français et américain ! Sortie: Janvier 2021.

Tiféfé et la tresse au ruban rouge: Mamie Dodoz avait révélé à Tiféfé le secret de la disparition de sa mère, la douce Eugénia, coiffée d’une énorme tresse finissant par un ruban rouge. Un jour de ciel couvert, Eugénia avait disparu au bord d’une falaise au-dessus d’une grotte nommée Le trou de madame Coco. Il ne restait d’elle qu’une belle tresse nouée par un ruban rouge que Tiféfé avait clouée au-dessus de son lit. Sortie: Novembre 2020.

La ruelle d’hiver: Elodie va jouer dehors, dans la ruelle, dans la neige. Aimée la joint et plein d’autres amis. Un fort, de la neige… Sortie: Novembre 2020.

Raconte-moi Félix Auger-Aliassime: Né à Montréal d’une mère québécoise et d’un père togolais, Félix Auger-Aliassime joue son premier tournoi de tennis à l’âge de six ans. Entraîné d’abord par son père, Félix fait partie de l’élite canadienne de tennis dès son adolescence. Talentueux et déterminé, il aspire à devenir le meilleur joueur au monde. Découvre ce jeune homme qui a le potentiel d’une carrière digne de son idole, Rafael Nadal. Sortie: Novembre 2020.

Babel Africa: Il était une fois un arbre à beignets, une chèvre rebelle, les amours d’une amazone et d’un dieu-python, une jeune guerrière à la recherche de son père, un fou qui épousa une princesse… Du Soudan au Burundi, de Madagascar aux Comores, de la Côte d’Ivoire au Gabon, du Mali à l’Afrique du Sud, d’hier à aujourd’hui, à chacun(e) sa façon de porter la parole du continent-mère des contes. Babel Africa, c’est la part des anciens et des enfants, la part des femmes et des arbres à palabres, comme un retour aux sources. Entrez dans le cercle des conteurs : que les langues se délient et que la parole demeure… Sortie: Octobre 2020.

Âme: Joe Gardner enseigne la musique dans une école primaire. Il a toujours rêvé de devenir un grand musicien de jazz. Un jour, l’un de ses anciens élèves l’appelle pour lui offrir l’occasion de jouer dans un club. Son audition se passe à merveille, mais en revenant chez lui, il tombe dans un trou d’égout et se retrouve dans le coma. Son âme est alors transportée aux portes de l’au-delà, mais Joe refuse ce destin. Il dérive du chemin tracé pour lui et atterrit dans le Grand avant. Là-bas, il s’allie avec 22, une âme qui ne veut pas devenir humaine. Avec elle, Joe s’évertuera à trouver un moyen de retrouver son corps et poursuivre sa vie là où il l’a laissée. Sortie: Décembre 2020.

Chacun de nous est unique!: Certains enfants aiment rire, danser, sauter, d’autres aiment le calme, la lecture. Certains bricolent, d’autres rigolent. Nous sommes tous différents, nous sommes tous uniques ! Sortie: Novembre 2020.

Voyages autour de mon coeur: Gilles Tibo et Geneviève Després unissent ici leur immense talent pour voyager, tels des funambules, sur le fil des mots. Chaque page est un univers, un monde à découvrir. Le plus beau voyage que l’on puisse faire… est d’ouvrir ce grand livre. Sortie: Novembre 2020.

Petit bout de bois: Souleymane s’enfuit de chaque daara où il est conduit, car dans ces écoles coraniques, les maîtres religieux envoient les élèves talibés mendier au lieu d’étudier. Les enfants doivent alors survivre dans les rues grâce à leur propre créativité. Sortie: Novembre 2020.

La folle maison des comptines: Retrouvez en un seul livre les comptines préférées des tout-petits, racontées à la queue leu leu ! Pirouette cacahouète, Un éléphant qui se balançait, Une souris verte, l’araignée Gypsie, 1, 2, 3, nous irons au bois… et bien d’autres encore! Sortie: Janvier 2021.

Maïana (tome 2): L’anniversaire de Jules: Maïana partage des moments de complicité avec son père qu’elle vient de retrouver. Jules se sent lésé, d’autant plus qu’il vient d’apprendre qu’il sera bientôt grand frère. Lorsque sa demi-soeur lui annonce qu’elle ne peut pas venir à son anniversaire, son moral baisse. Il ne sait pas que Maïana lui prépare une surprise. Sortie: Décembre 2020.

Princesse princesse: Aventurière en devenir, la princesse Amira rencontre la princesse Sadie et la libère de la tour dont elle était prisonnière. À leur grande surprise, elles vont devenir amies malgré leurs différences. Sur les routes du royaume, Sadie et Amira vont joindre leurs forces pour déjouer les plans de la sorcière qui a emprisonné Sadie et l’humilie constamment. Sortie: Octobre 2020.

Kariba: Sibu vit sur les rives du Zambèze. Elle est sans nouvelles de son père parti travailler sur le grand barrage de Kariba. Grâce à ses étranges pouvoirs qui la lient aux animaux de la région, elle décide de partir à sa recherche et de remonter le fleuve. Elle est accompagnée par Amedeo, le fils de l’ingénieur en chef de Kariba. Une sensibilisation à la protection de l’environnement. Sortie: Août 2020.

Les règles de l’amitié: Un jour, Sasha, la nouvelle de l’école, qui était jusque-là tenue à l’écart, se voit couverte de honte car son pantalon est taché par ses toutes premières règles. Soutenue par trois bonnes amies qui se connaissent depuis longtemps et partagent leurs expériences, Sasha est initiée à ce nouvel aspect de sa vie intime. Une bande dessinée sur le vécu des menstruations sur fond d’engagement féministe. Sortie: Septembre 2020.

Les grands témoins (tome 2): Cet album présente la vie de quinze personnalités qui se sont engagées à aider leur prochain : Albeiro Vargas, Kim Phuc, frère Roger, Rosa Parks, Henry Dunant, etc. Les bandes dessinées sont complétées de pages documentaires sur leur action. Sortie: Septembre 2020.

Konghoro: Terre sacrée: Avril 1925, Afrique de l’ouest, dans une région qui deviendra un jour la Tanzanie. Une expédition française d’autochenilles parvient à Arush. Le convoi est dirigé par le célèbre explorateur et chasseur de safari, Hubert de Beauterne, colonialiste assumé et méprisant. Le sultan local lui fait visiter son cabinet de curiosités. On y trouve des reliques d’animaux fabuleux venus d’un endroit que le sultan nomme le cratère de K’Onghoro. C’est décidé, demain, Hubert fera changer l’itinéraire de son expédition vers ce lieu de chasse fantastique ! Le sultan fait convoquer Imani, une jeune Maasai de 14 ans qui sera leur guide dans cette aventure. Sortie: October 2020.

Avengers: Les phobivores: Les Avengers sont confrontés à une menace surgie du passé de T’challa, la Panthère noire, et de Modok. Sortie: Février 2021.

Titus et les lamas joyeux: au secours, un ado! : Un matin, Titus arrive à l’école couvert de boutons. La bande reconnaît tout de suite cet étrange symptôme : ce sont des boutons d’acné, leur copain est en train de se changer en… adolescent ! Si Titus achève sa transformation, il devra quitter l’école pour aller au collège. Jo, Adila, Romi et Gédéon sont prêts à tout pour stopper la métamorphose de Titus. Personne ne séparera les Lamas Joyeux ! Leur inventivité et leurs bêtises permettront-elles aux Lamas de mener à bien leur mission ? Sortie: Février 2021.

Miles Morales: A New York, Miles Morales, le nouveau Spider-Man venu de l’univers Ultimate, peine à concilier sa mission de super-héros avec sa vie de lycéen. Spider-Man accepte mal de le voir parmi les Avengers mais Miles semble le seul à pouvoir contrer le démon Blackheart. Sortie: Novembre 2020.

Préhistoric Rick (tome 4): Cro c’est cro! : Rick, Ziggy et Nova sont perdus en pleine forêt. Ils veulent tuer le mythique grand mammouth blanc mais il est possible que ce soit lui qui les mange. Sortie: Septembre 2020.

Vous souhaitez donner votre avis sur l’un des livres présentés dans cet article ?
Devenez lecteur invité pour Mistikrak!
🙂

Mistikrak! a besoin de votre soutien

Depuis 2015, Mistikrak! est votre ressource pour découvrir la littérature jeunesse diversifiée. J’ai créé ce site par passion, et je n’en retire que la gratitude de mes précieux lecteurs et fidèles lectrices. Merci énormément à vous de me suivre depuis toutes ces années! 🙏🏿

Toutefois, pour entretenir Mistikrak!, j’y investis énormément de temps et argent. J’ai le désir de de porter le site plus loin, mais pour cela, j’ai besoin de votre aide. En cette fin d’année 2020, et pour la première fois depuis la création de Mistikrak!, je prends un moment pour vous demander votre soutien. Si, au moins une fois ces 5 dernières années, vous avez…

  • Conseillé Mistikrak! à vos amis ou votre famille;
  • Découvert une suggestion de lecture jeunesse avec des personnages noirs pour vos enfants sur le site;
  • Utilisé Mistikrak! pour mettre sur pied un réseau littéraire dans votre classe;
  • Utilisé les pistes d’exploitation scolaire pour les livres suggérés dans votre enseignement au niveau primaire;
  • Incorporé des livres suggérés par Mistikrak! pour diversifier votre bibliothèque personnelle;
  • Réservé et emprunté un livre à votre bibliothèque de quartier après l’avoir vu sur Mistikrak!;
  • Acheté un livre via le site;
  • Été sensibilisé.e à l’importance de la représentation grâce à Mistikrak!;
  • Été inspiré.e par la mission de Mistikrak!;

… ou si la représentation raciale en littérature jeunesse francophone vous tient à cœur, envisagez la possibilité de faire un don sur le site. Les dons commencent à 5$, mais vous pouvez offrir le montant que vous êtes en mesure de donner. Les dons se font via la plateforme Paypal de manière sécuritaire. Vos dons seront réinvestis directement dans Mistikrak!, que ce soit pour le maintien du site en ligne, l’élaboration de services, la diffusion de la marque ou la création de produits dérivés et promotionnels. Chaque don compte et aide Mistikrak! à grandir, tout comme les petits lecteurs et lectrices qu’il inspire. 👩🏿‍🦱🧒🏽

Vous êtes des milliers à me suivre via le site web, via courriel, via Facebook, via Instagram et via WordPress. Merci pour vos messages quotidiens d’encouragement et de gratitude; cela m’encourage à continuer! Merci pour vos suggestions, vos témoignages, vos partages et vos partenariats. L’aventure Mistikrak! ne pourrait pas exister sans vous.

Pour faire un don pour Mistikrak!, cliquez ici:

Diversité: des livres jeunesse à mettre sous le sapin

Noël arrive à grands pas, alors je vous ai préparé un guide d’achats pour vous simplifier la vie! Cette année, faites le cadeau de la lecture à vos enfants en leur offrant des livres dans lesquels on retrouve une diversité raciale. Des albums, des romans, des bandes dessinées et des documentaires: il y en a pour tous les goûts! Et le meilleur dans tout ça, c’est que vous pouvez les magasiner en ligne en tout temps. Placez vos commandes rapidement en cliquant sur les pages couvertures des livres afin que vos cadeaux de Noël arrivent avant le 25 décembre!

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Pour les tout-petits

Pour vos bébés de moins de 3 ans, je vous suggère des livres cartonnés aux couleurs vibrantes qu’ils et elles pourront explorer et manipuler de manière autonome. Dans Brindille et Bertille, une petite fille noire cherche son chat à travers la ville. Un autre livre-jeu de type « cherche-et-trouve », Gus et Lina: explorateurs de l’espace, fait voyager sur des planètes lointaines. Dans Mon château, un garçon noir joue, apprend et recommence. À lire!

Les petits raffolent des livres avec des rabats à soulever. Dans Mais où se cache Doudou-Loup?, le lecteur ou la lectrice aide le personnage principal à retrouver son précieux doudou dans la maison. Pour les enfants de trois ans déjà bien habitué.e.s à se faire raconter des histoires, je suggère Les Rois du parc, un album magnifique sur le jeu et le partage des ressources. Petit pois carotte est un petit livre cartonné tout à fait adorable sur le vivre-ensemble et l’acceptation des différences.

Pour les enfants de 3 à 6 ans

Au niveau préscolaire, la lecture joue un rôle très important pour préparer les enfants à l’entrée à l’école. Pour offrir en cadeau à Noël, optez pour des histoires drôles et loufoques qui les feront rire, et que vous aurez aussi beaucoup de plaisir à lire. Cherche remplaçant, doit aimer les livres est un livre agréable à raconter dont le plaisir se renouvelle à chaque lecture. Dans Le prince et la sorcière et la voleuse et les ours, un papa noir invente une histoire rocambolesque à son fils à leur du dodo. Fous rires garantis! Oh! si j’avais un dinosaure est le livre idéal pour développer l’imagination des enfants, pour s’émerveiller et pour rire.

Vous pouvez aussi offrir des livres dans lesquels on retrouve des personnages issus de la diversité. Alors que dans Compte sur moi une petite fille métisse se passionne pour les mathématiques, dans Le collectionneur de mots, un garçon curieux se passionne pour les lettres. Autre idée-cadeau: Nos boucles au naturel, un album génial qui fera fureur sous le sapin cette année!

Pour les enfants de 7 à 9 ans

Offrez un cadeau à Noël qui accompagnement votre enfant dans le développement de ses compétences sociales. Veux-tu être mon ami? est un livre est rempli de conseils pratiques qui aideront les jeunes à découvrir comme se faire des amis et comment gérer les difficultés relationnelles. Les vacances de Léa est un livre de type premières lectures spécialement conçu pour les enfants dyslexiques et dysorthographiques (mais pas que!) que vos enfants seront fiers d’avoir réussit à lire tout.e.s seul.e.s. Vos enfants ne jurent que par les romans en gros caractères? La série les surdoués va assurément leur plaire: une histoire courte en format roman avec peu de mots par page.

Si votre enfant n’aime pas beaucoup lire, il ou elle aimera peut-être Pas de Deux, une bande dessinée sans texte sur les aventures de deux jeunes amis. Peter le chat debout est un album humoristique sur un chat qui ne se comporte pas comme les autres! Pour les apprentis lecteurs, J comme Joie est un livre très simple et court. Il est aussi disponible en format numérique pour vos achats de dernière minute!

Pour les enfants de 10 à 12 ans

La collection Les Grandes Vies est constituée de biographies illustrées pour découvrir la vie passionnante d’hommes et de femmes qui ont marqué l’histoire et qui incarnent des valeurs fortes: Maya Angelou, par exemple. Dans le même genre, il y a I have a dream: 52 icônes noires qui ont marqué l’histoire qui présente plusieurs personnalités connues. Pour inspirer vos enfants, offrez-leur le livre Histoires pour garçons qui veulent changer le monde, un recueil d’hommes, petits et grands, qui ont osé défier les stéréotypes, se détacher de la masculinité toxique et apporter quelque chose de positif dans ce monde.

Si votre enfant aime dessiner, il sera sans doute inspiré par le parcours de l’artiste Jean-Michel Basquiat en lisant cet album splendide sur sa vie. Le roman Les pointes noires raconte l’histoire d’une jeune fille qui souhaite percer dans le domaine de la danse classique, malgré les préjugés tenaces du milieu. Vers les mers glacées du pôle nord est un roman d’aventures qui raconte l’histoire véridique du commandant Peary et de Matthew Henson, un homme noir, les premiers hommes à atteindre le pôle Nord en 1908.

Pour les adolescent.e.s

J’ai eu un gros coup de cœur pour la bande dessinée Les Quatre soeurs March qui donne à voir une famille recomposée et une belle diversité corporelle, raciale et relative à l’orientation sexuelle. Cher corps, je t’aime est un livre qui invite les jeunes filles à apprécier et à célébrer leur corps, et tout ce dont il est capable. L’auteur afro-américain Jason Reynolds a écrit son roman Ghost dans la langue des jeunes d’aujourd’hui pour raconter l’histoire d’un adolescent noir qui se développe une passion inattendue pour la course à pied. C’est un de mes coups de cœur de cette année!

Si votre ado a aimé La Haine qu’on donne (« The Hate U Give »), il va adorer l’histoire de Jade du roman Sortir d’ici. La bande dessinée Noire raconte la vie méconnue de Claudette Colvin, une ado qui, 8 mois avant Rosa Parks, a été arrêtée aux États-Unis pour avoir refusé de laisser sa place à un Blanc dans un autobus public. Votre fils est fan de basketball? Offrez-lui pour Noël le documentaire Raptors: Les rois du nord. Il y découvrira une foule d’informations sur la première équipe de basketball canadienne à avoir gagné la coupe de la NBA.

Visitez le mistikrak.ca pour d’autres suggestions de livres ayant des personnages noirs pour faire le cadeau de la lecture et de la diversité cette année! Dites-moi en commentaire quels sont les livres que vous avez offerts et reçus à Noël cette année!

Les mots indispensables pour parler du Racisme

Le racisme concerne tout le monde : chacun de nous peut y être confronté à un moment ou un autre, comme témoin, victime ou acteur. Les stéréotypes et les préjugés sont si ancrés dans la société qu’ils nous influencent tous, souvent à notre insu. Parler du racisme, c’est tenter de le comprendre pour mieux le combattre. Tel est l’objectif de ce livre, qui, sous la forme d’un abécédaire en 60 mots de A à Z, décrypte tous les aspects du racisme, passés et présents : de « Abolition de l’esclavage » à « Zoos humains », en passant par « Alien », « Faciès », « Haine », « Métissage », « QI », « Sport »…

Cet abécédaire permet d’en apprendre beaucoup sur le racisme dans sa globalité: des actes discriminatoires individuels au racisme systémique. Il permet de comprendre d’où vient le racisme pour mieux l’expliquer et le combattre. On y retrouve tout un système de renvois pour chaque mot, ce qui permet de naviguer d’une entrée à une autre. De plus, chaque entrée est accompagnée d’une bibliographie et d’une filmographie accompagnée d’une signalétique indiquant à chaque fois le public cible des ouvrages référencés: à partir du collège, à partir du lycée, ou pour les adultes.

La maison d’édition Syros étant française, on y retrouve non seulement un vocabulaire européen, mais aussi des exemples français pour illustrer la majorité des entrées. Par exemple, dans l’entrée sur les blagues, on souligne qu’en France, le débat sur la question « peut-on rire de tout? » reste omniprésent; dans l’entrée sur la discrimination, on mentionne que depuis 2004, les propos discriminatoires sont considérés comme des délits et son punis par la loi en France; dans l’entrée sur l’extrême droite, on parle des groupes néonazis français, belges, italiens et autrichiens; dans l’entrée sur l’abolition de l’esclavage, on indique que l’esclavage a été aboli en 1948 en France, mais pas qu’il l’a été en 1834 au Canada ou en 1865 aux États-Unis; il y a aussi une entrée pour Y’a bon banania, la campagne publicitaire raciste d’une célèbre compagnie française quasi inconnue au Québec. Bref, si vous chercher une mise en contexte canadienne, ce n’est pas le livre qu’il vous faut.

Je dois aussi émettre plusieurs bémols sur ce livre. D’abord, je n’ai pas pu m’empêcher de grincer des dents à l’utilisation des mots « Amérindiens », « Indiens d’Amérique » ou « Indiens » pour parler des peuples autochtones dans l’entrée sur la conquête de l’ouest et ailleurs dans le livre. J’ai aussi été dérangée par l’utilisation du mot « homme » (d’autant plus avec un H minuscule) dans des contextes où l’auteur voulait clairement parler de l’humanité toute entière (incluant les femmes!). Enfin, j’ai été surprise qu’on mentionne que la musique du monde soit apparue en 1980, comme si la musique non occidentale n’existait pas avant cette date.

Les mots indispensables pour parler du racisme est tout de même intéressant, quoi que peu adapté au lectorat québécois.

Pour vous procurer ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Les mots indispensables pour parler du racisme
AUTEUR(S): Alexandre Messager
ÉDITIONSyros, 2013
ISBN: 9782748513387
PRIX: 21,95$
11 ANS et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être le documentaire Les races ça existe ou pas?. Essayez aussi Angela Davis: NON à l’oppression, un livre sur la militante américaine. Le petit garçon qui venait de la Jamaïque raconte le parcours du premier chef de police noir au Canada.

Collectif Black Bone : Coltan Song

Après le décès de sa mère, Marie, 18 ans, apprend que celle-ci enquêtait sur une entreprise fabriquant des smartphones. Avec l’aide de Léo, un jeune hackeur, et de sa marraine, une reporter italienne, elle remonte la piste d’un trafic de minerais rares en Afrique. Elle découvre que son père y a été assassiné avant sa naissance et que la mort de sa mère n’était pas probablement pas accidentelle.

« Coltang Song » est le premier volet des aventures du Collectif Blackbone qui porte sur les « minerais du sang » en Afrique: la cassitérite (le minerai de l’étain), le manganèse, la tourmaline, le diamant, etc. Les populations qui exploitent ces minerais, généralement en République Démocratique du Congo, le font au péril de leur vie et de leur santé. À travers une enquête journalistique très fouillée, un enjeu écologique est traité en mode thriller pour faire le plein de frissons. L’une des auteures est d’ailleurs journaliste et on retrouve dans le texte des liens vers des articles de presse sur les enjeux entourant les extractions minière en Afrique.

Le récit a un rythme bien soutenu et ne manque pas d’action. Les auteurs nous font aller du présent au passé à plusieurs reprises et de manière aléatoire. Certains chapitres se déroulent en 2000 en Sierra Leone où on découvre ce qui s’est passé avec Irène, journaliste de guerre tentant de survivre après avoir été témoin du meurtre de son mari. D’autres chapitres se déroulent en 2018 où on suit la fille d’Irène, Marie, qui vient de perdre sa mère dans un accident nébuleux et tente de continuer le travail de sa mère. D’autres chapitres encore se déroulent en 2003 dans l’enfance de Marie, élevée seule par sa mère. Ces allers-retours dans le temps se révèlent assez mélangeants par moments, d’autant plus que le roman est aussi séparé en 3 parties.

Au niveau de la représentation raciale dans ce roman, le personnage principal, Marie, est une adolescente métissée: sa mère est européenne et son père, africain. Elle est issue d’une relation d’amour, quoi qu’éphémère puisque son père a été assasiné avant sa naissance, peu de temps après avoir rencontré Irène. C’est dommage que le père de Marie soit absent de la vie de sa fille car c’est souvent ce genre de représentation qu’on a des hommes noirs: des pères absents, emprisonnés, séparés de leur conjointe, partis à la guerre, drogués, travaillant trop pour participer à la vie familiale ou tout simplement morts. Bien sûr, c’est l’histoire que les auteurs voulaient raconter, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me dire « Bon, encore un. » en lisant ce roman. Dommage. Tout au long du roman, on sent bien que Marie souffre de ne pas connaître son héritage noir et de ne pas avoir connu son père. Sa vie n’est pas facile: orpheline avant d’avoir la majorité, elle a aussi perdu sa grand-mère dont elle était très proche.

La première description de Marie, le personnage principal, arrive en page 25 où on écrit qu’elle enviait les « cheveux blonds brillants et doux de sa mère » et que « ses cheveux à elle sont sombres et crépus – héritage de son père » (p.25). Rien de bien positif, donc, car on positionne encore une fois le cheveu blanc comme étant l’idéal à atteindre. Marie a aussi grandi à Bouillac, une minuscule communauté au sud de la France dans laquelle elle était la seule personne non blanche. Sa couleur de peau est donc devenue centrale à son identité et on répète souvent dans le texte que Marie est différente des autres à cause cela:

  • « Elle était la seule métisse de Bouillac » (p. 13);
  • Léo, un hacker qui l’aidera à élucider le mystère de la mort de sa mère, ne croira pas que Marie est la fille d’Irène à cause de sa « peau sombre » et de ses cheveux crépus (p. 56);
  • Marie a subi dans l’enfance les « réflexions désagréables à l’école ou dans la rue […] quand la couleur de sa peau lui attirait des regards curieux, haineux ou méprisants » (p.99).
  • Chaque fois qu’on offre une description de Marie, c’est au sujet de sa « peau sombre » (p. 56, 104) qui « hésite entre l’or et le noir » (p.205), de sa chevelure « épaisse » (p.205), crépue (p.25, 56), ou encore de son métissage (p.207).
  • Marie est perçue comme une « princesse noire » par Léo qui semble tomber amoureux d’elle (pas une princesse ni une princesse courageuse ou intelligente ou drôle ou déterminée. Une princesse noire) (p.214).
  • Elle est même traitée de « sale négresse » en p.118.

Bref, Marie semble réduite à son identité raciale, comme si c’était l’élément principal de sa personne. De plus, son héritage métissé et sa couleur de peau ne sont jamais posés comme quelque chose de positif ou normal. C’est toujours une mauvaise chose, ou un trait pas comme les autres, anormal. Même le méchant de l’histoire semble mieux développé que Marie en terme de description physique et de personnalité! Et ce n’est pas que la race de Marie qui est exoticisée. À un moment, alors qu’elle fait le grand ménage dans les affaires de sa mère décédée, elle aperçoit un jeune couple noir en train de fouiller dans ses poubelles:

« Elle porte une robe en wax et de longues boucles d’oreilles en bois. Son mari est vêtu d’une sorte de boubou coloré et d’un pantalon. Un instant, Marie se dit que ce couple à la peau noire détonne un peu dans cette banlieue plutôt chic. Puis, comme toujours, la bêtise de cette pensée la frappe de plein fouet. Toi aussi, tu détonnes! lui lance son cerveau. Et, comme toujours, Marie, métisse élevée dans un milieu très blanc, se mord les lèvres en se demandant à quel bord elle appartient. Elle s’en veut des pensées plus ou moins racistes qui la traversent, comme si elle avait intégré les préjugés du petit village où elle a grandi. Elle se souvient du visage peiné de Franou quand, toute petite, elle avait réclamé pour Noël une poupée « blonde et jolie, pas noire ». Orpheline et sans identité, ironise la petite voix dans sa tête. Quelle tristesse… (p.28-29)

Ainsi donc, même les seuls autres personnages noirs du livre – des personnages tertiaires sans aucune incidence sur l’histoire! – sont posés comme étant des Autres, différents de la normalité. Ils ont l’air davoir immigré récemment (du moins on le suppose par leurs vêtements non occidentaux), et ils se retrouvent dans une communauté de moins de 500 personnes à faire les poubelles… Ugh. Je souligne au passage qu’aucun des quatre auteurs du roman n’est racisé.

Le sujet du livre est vraiment intéressant et j’ai quand même été sensibilisée aux enjeux environnementaux et sociaux entourant l’industrie des cellulaires et autres appareils intelligents que nous avons tous. Mais juste pour la représentation pour le moins maladroite du personnage principal, je ne peux pas en recommander la lecture.

Le deuxième volet des aventures du Collectif Blackbone, intitulé « Fashion victim », porte sur les coulisses de la mode. C’est un thriller qui offre une réflexion sur les nouveaux médias, le rôle des journalistes, et les conditions d’exploitation des ouvriers dans les usines textiles. Il est sorti en librairie en août 2020.

Pour vous procurer ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Collectif Black Bone (tome 1): Coltan song
AUTEUR(S):  Marie Causse, Emmanuelle Urien, Marie Mazas & Maylis Jean-Préau
ÉDITIONNathan, 2020
ISBN: 9782092591086
PRIX: 24,95$
14 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Nola Forever, My life matters ou encore Horizon : L’écrasement, trois romans pour les adolescents.

[DIY] 9 idées de costumes d’Halloween inspirés de la littérature jeunesse

Il y deux ans, je vous suggérais un costume d’Halloween inspiré du livre jeunesse Souris, tu veux un biscuit?. Cette année, je vous reviens avec neuf nouvelles idées de costumes à confectionner chez soi et inspirés de la littérature jeunesse. Il ne vous faudra qu’un peu d’imagination et de l’aide de petites mains bricoleuses! Le 31 octobre au soir, n’oubliez pas d’amener avec vous duquel est issu votre costume lors de votre cueillette de bonbons!

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Roller Girl

Cette jeune fille vraiment cool s’est déguisée en Aster, le personnage principal de la bande dessinée Roller Girl que j’ai chroniquée sur Mistikrak!. Un costume sur le roller derby qui s’inspire d’un livre jeunesse? Je dis OUI!

Ada Twist Scientist

J’ai adoré cet album qui donne à voir une fille noire qui se passionne de sciences. Malheureusement, ce livre n’a pas été traduit en français, mais d’autres titres de la série, comme Iggy Peck Architecte et Rosie géniale ingénieure, aussi écrits par Adrea Beaty, le sont. Laissez-vous inspirer par le design des personnages de l’illustratrice pour créer votre propre costume! Parions que cette fille déguisée en Ada a fait le bonheur des bibliothécaires!

Les dragons adorent les tacos

Il n’y a pas un, mais deux tomes dans la série d’albums humoristiques Les dragons adorent les tacos d’Adam Rubin et Daniel Salmieri. Cette maman créative a confectionné pour son fils et sa fille deux superbes costumes tirés des livres. Elle offre aussi la marche à suivre pour recréer ces costumes soi-même à la maison. Points bonis pour l’inventivité!

La chenille qui fait des trous

Chez Sticherella, ils savent comment donner le goût de la lecture à leur petit garçon! Ils se sont inspirés du célèbre album La chenille qui fait des trous pour faire ce costume simple comme bonjour, mais tellement bien réussi! Une tuque rouge, des vêtements de couleur verte et un peu de feutrine, et le tour est joué!

Rosie et éléphant en vedette…

J’adoooore la série Rosie et Éléphant. Ils sont parfaits pour les enfants qui apprennent à lire, et ils sont pleins d’humour. Vous avez deux enfants? Avez-vous pensé à les déguiser en Rosie et Éléphant? Les enfants s’amuseront à découper et colorier leurs masques! (c) Photo: Kristen Dabbs via Buzzfeed.

Wonder Woman

N’hésitez pas à vous déguiser en un personnage qui n’a pas la même couleur de peau ou le même genre que vous. Par exemple, cette fillette a décidé de se déguiser en Wonder Woman, la célèbre super-héroïne de DC. La seule chose à laquelle il faut faire attention, c’est de vous assurer que votre déguisement représente un personnage de fiction et non une culture ou un groupe ethnique (EXIT les plumes amérindiennes et les perruques afro!). Vous réaliserez que ce n’est souvent pas la couleur de la peau, la forme des yeux ou la texture des cheveux qui font qu’on reconnaît un personnage, mais bien ce que le personnage porte, le maquillage et les accessoires. Amusez-vous!

L’ours paddington

Qui n’aime pas Paddington, cet ours adorable qui a marqué plusieurs générations? Ce costume est assez facile à faire. Malachi, 6 ans, a eu un peu d’aide de sa maman pour le réaliser. Cette dernière dit qu’il aime la marmelade tout comme son héros préféré! Oh, et si votre école organise une journée d’Halloween pour permettre aux élèves de venir en classe déguisé.e.s, glissez donc un sandwich à la marmelade dans la boîte à lunch de votre enfant pour l’heure du dîner. Ce sera un beau clin d’œil!

La princesse dans un sac

Alors là, rien de plus facile que de fabriquer ce costume inspiré du conte humoristique et féministe de l’auteur canadien Robert Munsch. Un sac de papier, une feuille de carton jaune, de la colle et, si vous en avez (sinon, ce n’est pas grave), une petite marionnette à main en forme de dragon vert. C’est tout! MamaPapaBubba vous explique en détail comment procéder sur son site (au cas où ce n’était pas déjà hyper clair).

Shuri

Si les idées précédentes étaient trop simples pour vous et que vous êtes à la recherche d’un défi que vous pourrez porter fièrement le soir de l’Halloween, vous pouvez tenter de reproduire le costume de Shuri, la petite sœur de T’Challa, plus connu sous le nom de Black Panther. Ce papa talentueux a réalisé ce costume pour sa fille et c’est trop bien réussi! D’autant plus que le roman Shuri est arrivé aux éditions Lumen: c’est cette année que vous devez confectionner ce costume!

En quoi vous déguiserez-vous cette année?

11 illustrateurs et artistes visuels afro-québécois à suivre

L’illustration joue un rôle important en littérature jeunesse. Bien souvent, elle y joue une fonction narrative au même titre que le texte. Elle peut aussi exister en elle-même, sans texte, et raconter des histoires de manière nouvelle. On entend souvent qu’il n’y a pas de diversité en littérature simplement parce que les artistes noirs n’existent pas. « Je voudrais bien les inclure, mais il n’y en a pas! » me dit-on souvent comme une mauvaise excuse. Que nenni! Voilà 11 artistes et illustrateurs d’ici, noirs, québécois et talentueux. Certains font ou aspirent à faire de la littérature jeunesse, d’autres non. Mais tous méritent qu’on s’attarde à leur art.

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Maliciouz

Peintre et muraliste, Maliciouz est une artiste en arts visuels montréalaise d’origine haïtienne reconnue pour son art afro, urbain, contemporain. Sa démarche artistique se caractérise par la force d’esprit qui se dégage de ses personnages, majoritairement des femmes noires quelle présente dans ses œuvres comme étant des entités monumentales.

Site web: www.maliciouz.com

(c) Photo: Elisa Barbier pour le The Link Newspaper.

Jenny Bien-Aimé

Basée à Montréal, Jenny Bien-Aimé est une jeune illustratrice qui aspire à travailler sur des films d’animation, des livres pour enfants et des romans graphiques. Elle crée ses œuvres en utilisant des outils traditionnels et numériques, mais ses outils préférés sont la gouache, l’acrylique et l’huile. Son travail démontre un grand intérêt pour les détails, les formes organiques et la narration. Fait cocasse: Elle aime beaucoup les oiseaux.

Site web: jennybienaim.wixsite.com

Eloisa Aquino

C’est au brésil que naît Eloisa Aquino. En 2000, elle s’installe au Canada pour poursuivre sa maîtrise en études des médias à l’Université Concordia, où elle s’est documentée sur les immigrants à Montréal. L’auteure-illustratrice dirige B&D Press, un micro-éditeur québécois qui publie des livres d’artistes, de la poésie, des zines et du contenu à thématique queer. En 2018, elle a publié la traduction d’une anthologie intitulée Portraits d’illustres butchs aux Éditions San Fin. Il s’agit d’une série de douze fanzines conçus par Eloisa Aquino publiés entre les années 2009 et 2016.

Site web: banddpress.ca

(c) Photo: Librairie Drawn & Quarterly

Made in Shaïna

Made in Shaïna est une artiste muraliste d’origine haïtienne née à Montréal. Inspirée par ses racines et emportée par sa passion pour le dessin, elle a commencé à peindre les murs de la ville en 2012. Le graffiti devient sa manœuvre d’expression et influence tout son parcours artistique. Elle revendique une lacune présente dans la culture et le monde de l’art à Montréal : Le manque de représentation. « Les muralistes, les street artists, les graffeurs racisés ne sont pas toujours représentés », selon Made in Shaïna, et c’est en créant des alters-ego d’elle-même, en créant ses personnages, qu’elle réussit à le faire. Ainsi, elle décore sa ville à sa manière.  

Site web: www.madeinshaina.com

(c) Photo: Ralph-Bonnet Sanon, TC Media, pour le Journal Métro.

Niti Marcelle Mueth

Niti Marcelle Mueth est une artiste visuelle indépendante d’origine camerounaise et haïtienne. En évoluant de manière fluide entre l’art et les pratiques orientées design, elle s’investit dans l’illustration d’expériences significatives tournant autour de la réflexion sur les expériences d’individus issus des communautés racisées. Sa pratique multidisciplinaire évolue de manière transparente entre la conception graphique, l’illustration, la sérigraphie et l’animation. Elle a collaboré à la fresque de rue La vie des noirs compte (« Black Lives Matter ») sur la rue Sainte-Catherine au centre-ville de Montréal, ainsi que celle dans le quartier Rivière-des-Prairies en 2020.

Site web: nitimueth.com

La représentation m’inspire à créer au quotidien. Je suis ma propre muse. Étant un être complexe qui cherche à créer sa place dans cette société, mon travail est un peu un journal intime auquel les gens peuvent s’identifier. (…) Mon but est donc de rendre nos histoires visibles, donc oui, c’est une forme de militantisme.

– Niti Marcelle Mueth en entrevue dans Le Cahier.
Dimani Mathieu Cassendo

C’est à Laval qu’est né.e cet.te auteur.e illustrateur.e qui fait de la BD de genre. En 2016, iel publie La petite suceuse, une bande dessinée fantastique se déroulant en 2302 en banlieue montréalaise. L’histoire raconte la vie de vampires s’attaquant à des enjeux sociaux tels que la sexisme et la discrimination. On peut voir les illustrations de Dimani dans certaines revues (À Babord! #67 et la Ligue des Droits et Libertés, entres autres), quelques zines et des cahiers à colorier. Ses intentions artistiques sont de normaliser des personnages qui ressemblent à ceux de son entourage – les immigrants et leurs enfants, les milléniaux et la génération X appartenant aux communautés LGBTQI +, les militant.e.s, les activistes et les artistes – dans une littérature québécoise. Son médium préféré est le dessin numérique.

Site web: cassendo.wordpress.com

Alexandrine Brodeur

Alexandrine Brodeur est une jeune illustratrice freelance qui vit sur la rive sud de Montréal. Son style varie énormément, du mignon au macabre, parfois les deux! Très présente sur les réseaux sociaux, son médium de prédilection est le numérique. Alexandrine aime particulièrement dessiner les femmes et explorer des thèmes qui évoquent des émotions.

Sites web: InPrint.com, Facebook, ArtStation et Tumblr.

Andira Hernandez

Graphiste, artiste visuelle et photographe originaire de Toronto, c’est à Montréal que Andira a complété son baccalauréat en design de l’Université Concordia et travaille comme freelance. Elle se spécialise dans la conception graphique, la conception web et les médias imprimés. Son style consiste à brouiller la ligne entre le design et l’art, deux sphères généralement séparées dans le monde créatif actuel. Assez active sur la scène montréalaise où elle est connue pour faire des affiches et des zines, elle souhaite utiliser son travail pour aider à élever et à autonomiser les voix marginalisées. Elle a remporté le prix de L’Expo Zine 2020 dans la catégorie anglophone pour son zine Places I’ve called home.

Site web: Instagram.

(c) Photo Caitlin Yardley pour Queer between the covers.

Hervé St-Louis

C’est entre Montréal et Toronto que vit Hervé Saint-Louis, professeur en médias émergents à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et bédéiste. Sa bande dessinée en ligne, Johnny Bullet, bourrée d’action, se déroule dans les États-Unis des années 70. Il a aussi mis sur pied son propre studio d’animation, Toondoctor, et a créé un site web, ComicBookBin, dans lequel il publie des critiques et ses dessins, en plus de partager sa passion pour la bande dessinée.

Site web: Twitter.

Shanna Strauss

Shanna Strauss est une artiste tanzano-américaine qui vit et travaille à Montréal. Elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts au California College of Arts et a exposé dans des expositions individuelles et collectives en Tanzanie, au Canada, aux États-Unis et au Sénégal. Récemment, son travail a été présenté dans Here We Are Here: Black Canadian Contemporary Art au Musée des beaux-arts de Montréal, The Black Woman is God: Divine Revolution à Som Arts à San Francisco et When She Rises à la SPARC Gallery de Los Angeles. Shanna intègre régulièrement des ateliers axés sur l’art dans son travail communautaire : Elle croit passionnément au pouvoir de l’art pour créer un changement individuel, communautaire et social. Elle explore actuellement des thèmes liés à l’identité et à l’appartenance; ce que nous, en tant que membres de la diaspora africaine, apportons avec nous lorsque nous nous installons dans de nouveaux endroits, et comment nous informons le tissu social de l’endroit que nous appelons maintenant chez nous.

Site web: www.shannastrauss.co

Danielle Murrell Cox

Danielle Murrell Cox est graphiste diplômée du programme de design graphique du Collège Dawson. En plus de son travail de graphiste, elle est illustratrice et créatrice de jouets des peluches Zuri & Dre. Danielle est surtout connue pour ses livres de coloriage auto-publiés Black Queens et Black Kings, ainsi que la série de livres d’activités Big Dreamers. L’espoir de Danielle est que toutes les filles apprécieront leur style et leurs cheveux uniques, ainsi que leurs beaux sourires. C’est pourquoi elle a publié My hair, un livre jeunesse, en 2020. Très timide dans l’enfance, elle a longtemps été insatisfaite de la couleur de sa peau, de la texture de ses cheveux et de la grosseur de ses lèvres. Aujourd’hui, elle dessine pour que les petites filles noires se sentent représentées dans les médias.

Site web: dmcmtl.com

(c) Photo : Kyle B pour Lux Magna.

Pour découvrir d’autres illustrateurs racisés, visitez la page Cartoonists of Color, ou la liste collaborative sur AirTable. Vous pouvez également naviguer sous le hastag #DrawingWhileBlack sur les réseaux sociaux.

6 livres jeunesse sur Black Panther

Chadwick Boseman est décédé le 28 août 2020 à l’âge de 43 ans, des suites d’un cancer du côlon. Cet acteur américain incarnait au cinéma le rôle de Black Panther, le premier superhéros noir de la franchise Marvel, créé en 1966 par Stan Lee et Jack Kirby. Black Panther est le roi et dirigeant de la nation du Wakanda, un pays africain fictif à la fine pointe de la technologie qui a fait rêver des générations d’Américains à la recherche deux-mêmes. En hommage à Chadwick Boseman et au visage qu’il a donné à la célèbre panthère noire, voici 6 bandes dessinées et romans de Black Panther écrits en français et adaptés au lectorat jeunesse. 

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

 
La légende de Black Panther!

Bien décidé à venger son père, T’Challa, aujourd’hui roi du Wakanda et nouveau Black Panther, a traqué Klaw aux quatre coins de la planète. De retour chez lui après une longue absence, il va devoir affronter son ennemi juré dans un ultime combat. Black Panther sera-t-il à la hauteur??Publié chez Phidal, cet album à couverture souple est adapté aux très jeunes enfants de 4 à 7 ans. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Black Panther: Le prologue du film

Bien avant la création des Avengers, la Panthère Noire protégeait déjà le Wakanda, un pays africain à la pointe de la technologie. Pourtant, T’Challa était peu connu du grand public jusqu’à son apparition dans le film Marvel Studios Captain America : Civil War. Découvrez le passé du plus mystérieux des super-héros Marvel. Au sommaire de cet album, retrouvez un récit inédit qui se déroule juste après le film Marvel Studios Iron Man, ainsi que deux histoires qui ont inspiré Marvel Studios’ Black Panther de Ryan Coogler. Un album pour accompagné le visionnement du film, à lire et feuilleter dès l’âge de 7 ans. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Black Panther: Ennemi d’État

Accompagné de Zuri et des Dora Milaje, la Panthère Noire se rend aux États-Unis pour enquêter sur la mort d’un enfant, sous l’oeil attentif de l’agent Everet K. Ross. Cependant, le Wakanda est en proie à de vives tensions après l’arrivée de nombreux réfugiés, au milieu desquels se trouve le mystérieux et maléfique Achebe. Cette bande dessinée contient les épisodes US de Black Panther (1998) #1-12 dans un format à couverture rigide édité chez Panini Comis. Il convient aux lecteurs adolescents. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Shuri: Un roman de l’univers de Black Panther

Shuri, la soeur de Black Panther, est à seulement 13 ans une scientifique douée. Lorsque son frère, souverain du royaume africain du Wakanda doté de pouvoirs surhumains, lui demande une nouvelle tenue de combat, elle échoue à manipuler correctement le vibranium, un métal capable de donner au tissu des propriétés extraordinaires. Mais ce n’est là que le début des ennuis pour Shuri et son frère. Ce roman convient aux lecteurs de 9 à 13 ans. La sortie en librairie est prévue pour la fin de l’année 2020. Précommandez-le dès aujourd’hui en cliquant ici!

Qui est la panthère noire?

Une alliance de super-vilains attaque le Wakanda, un pays situé au cœur de l’Afrique et gouverné par T’Challa, alias la Panthère Noire. À la pointe de la technologie, ce royaume possède également un minerai rare et précieux, le vibranium, notamment utilisé pour les griffes de Wolverine et convoité par tous. Pour faire main basse sur cette ressource, le super-vilain Klaw et ses alliés tentent d’envahir le pays et de renverser le pouvoir en place. Cette bande dessinée est adaptée aux lectorat adolescent et adulte. Commandez ce livre en cliquant ici!

Black Panther: L’empire intergalactique du Wakanda

Dans un futur lointain, le Wakanda s’étend jusqu’aux confins de l’espace. L’impitoyable dirigeant de cet Empire intergalactique revêt le manteau de la Panthère Noire et réduit en esclavage des planètes entières. Seul un héros pourra faire triompher la rébellion. S’agira-t-il de T’Challa ? Le souverain du Wakanda prend un nouveau départ dans un récit imaginé par le scénariste Ta-Nehisi Coates, superbement illustré par les peintures numériques de Daniel Acuña. Cette bande dessinée s’adresse aux lecteurs de 12 ans et plus. Achetez-la en cliquant ici!

Rest in Power, Chadwick Boseman. ✊🏾
Black panther
(c) Photo: Marvel Studios

Pourquoi la diversité en littérature jeunesse est-elle si importante?

Être soi-même une minorité visible et/ou élever des enfants issus d’une minorité visible amène son lot de défis auxquels les enfants blancs n’auront pas à faire face. Les livres sont un moyen idéal pour insuffler aux enfants de descendance africaine ou caribéenne une plus grande estime d’eux-mêmes en les exposant à des images positives de personnages vivant des aventures extraordinaires ou menant une vie ordinaire, et qui leur ressemblent. La diversité, d’accord, mais pourquoi est-elle si importante?

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Pourquoi diversité importante littérature jeunesse

Les personnages noirs, les oubliés

Chaque année, des centaines d’albums jeunesse et de livres d’images sont publiés au grand bonheur des tout-petits et de leurs parents. Cependant, moins de 3% des livres jeunesse publiés en 2013 aux États-Unis mettaient en scène des personnages noirs.[1] Plus encore, seulement 5% des livres pour enfants publiés chaque année aux États-Unis sont écrits par des personnes non-blanches.[2] En Angleterre, seulement 1% des livres jeunesse contiennent un personnage issu d’une minorité ethnique. [3] Au Québec également, peu de livres d’images ayant des Noirs pour personnages principaux ou secondaires se retrouvent sur les tablettes des nouveautés en librairies et en bibliothèques publiques.

garçons

Favoriser L’éveil à la lecture

Le livre et la lecture contribuent au développement global des enfants. Or, les livres jeunesse proposant aux enfants noirs un miroir d’eux-mêmes et une exploration de qui ils sont, de ce qu’ils peuvent devenir et de ce dont ils sont capables, sont peu nombreux comparativement aux livres jeunesse mettant en avant plan des enfants blancs. Les raisons de ce constat sont bien sûr diverses, mais citons notamment le racisme ordinaire bien présent dans la société occidentale, que Pénélope Bagieu résume assez bien par une expérience personnelle dans le domaine de la publicité. [4] La quasi-absence d’enfants issus de la diversité culturelle et ethnique en littérature jeunesse est un constat qui n’avantage personne. Alors que les enfants blancs ont plus difficilement l’opportunité d’être introduits à la diversité culturelle et ethnique, les enfants noirs peinent à être exposés à des images qui reflètent leur identité. Pourtant, nous vivons dans une société très diversifiée. À Montréal, par exemple, le tiers de la population s’identifie à une minorité visible ou à un groupe autochtone. [5] L’un des premiers pas vers une maîtrise la communication interculturelle est pour l’enfant la rencontre de la différence dans un livre.

bébé noir

Contrer l’invisibilité des personnes racisées

La littérature jeunesse transmet des valeurs aux enfants et constituent bien souvent pour eux une porte d’entrée pour appréhender le monde et son humanité. Quel message envoie-t-on lorsque certains enfants sont si peu représentés dans ces livres? Quel message envoie-t-on lorsque les personnages blancs sont considérés comme étant la norme et leurs expériences comme étant universelles, alors que les enfants non-blancs sont considérés comme étant la variation et leurs expériences applicables qu’aux enfants non-blancs? [6] Étant minoritaires, les enfants noirs construisent leur identité raciale différemment que les autres enfants. Lorsque les enfants ouvrent la télévision, vont au cinéma, lisent un livre, vont au théâtre et, à répétition, ne voient pas de miroir d’eux-mêmes, le danger bien réel est que ces enfants finissent par se sentir invisibles.[2] Une représentation saine de garçons et de filles noir.e.s dans la littérature jeunesse peut participer à leur épanouissement et leur permettre de « décoloniser leur imagination », comme le dit si bien l’auteure Zetta Elliott.[2] Encore faut-il trouver ces livres, ce qui n’est pas nécessairement chose facile.

Diversité miroir reflect de soi même
Raconter des histoires du quotidien

Il existe beaucoup d’albums jeunesse mettant en scène des personnages noirs qui abordent des sujets tels que l’esclavage, le racisme, la migration ou la discrimination. Ces histoires sont importantes et plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs critiquées sur mistikrak.ca. Toutefois, l’expérience identitaire de l’enfant noir va au-delà de l’esclavage, du racisme, de la migration ou de la discrimination. Pour se découvrir pleinement, exposons-les aussi à des histoires de dragons, de sorcières, de fées magiques, de princesses, de super-héros, d’animaux, de familles, d’amour, d’amitié et de victoires où les personnages principaux les ressemblent. Exposons aussi les enfants blancs comme noirs à des histoires où la couleur de la peau n’est qu’un détail pas plus important que la taille ou la couleur des yeux. Apprenons-les à être ouverts sur le monde et développons leur sens critique. Lisons à nos enfants des histoires inspirantes et pleines d’aventures qui ouvrent le dialogue sur la diversité culturelle et ethnique tout en les aidant à s’épanouir sainement.

Enfants noirs et blancs jouant ensemble


[1] Why so few minority characters in kids’ literature?

[2] Zetta Elliott on Diversity in Children’s Books

[3] Pourquoi les minorités sont si peu représentées dans les livres pour enfants ?

[4] Pénélope Bagieu dénonce le racisme dans l’industrie de la publicité

[5] Montréal néglige la lutte contre la discrimination et le racisme, dénonce un rapport

[6] Don’t tell me my experience isn’t « relatable »