Collectif Black Bone : Coltan Song

Après le décès de sa mère, Marie, 18 ans, apprend que celle-ci enquêtait sur une entreprise fabriquant des smartphones. Avec l’aide de Léo, un jeune hackeur, et de sa marraine, une reporter italienne, elle remonte la piste d’un trafic de minerais rares en Afrique. Elle découvre que son père y a été assassiné avant sa naissance et que la mort de sa mère n’était pas probablement pas accidentelle.

« Coltang Song » est le premier volet des aventures du Collectif Blackbone qui porte sur les « minerais du sang » en Afrique: la cassitérite (le minerai de l’étain), le manganèse, la tourmaline, le diamant, etc. Les populations qui exploitent ces minerais, généralement en République Démocratique du Congo, le font au péril de leur vie et de leur santé. À travers une enquête journalistique très fouillée, un enjeu écologique est traité en mode thriller pour faire le plein de frissons. L’une des auteures est d’ailleurs journaliste et on retrouve dans le texte des liens vers des articles de presse sur les enjeux entourant les extractions minière en Afrique.

Le récit a un rythme bien soutenu et ne manque pas d’action. Les auteurs nous vont aller du présent au passé à plusieurs reprises et de manière aléatoire. Certains chapitres se déroulent en 2000 en Sierra Leone où on dérouvre ce qui s’est passé avec Irène, journaliste de guerre tentant de survivre après avoir été témoin du meurtre de son mari. D’autres chapitres se déroulent en 2018 où on suit la fille d’Irène, Marie, qui vient de perdre sa mère dans un accident nébuleux et tente de continuer le travail de sa mère. D’autres chapitres encore se déroulent en 2003 dans l’enfance de Marie, élevée seule par sa mère. Ces allers-retours dans le temps se révèlent assez mélangeants par moments, d’autant plus que le roman est aussi séparé en 3 parties.

Au niveau de la représentation raciale dans ce roman, le personnage principal, Marie, est une adolescente métissée: sa mère est européenne et son père, africain. Elle est issu d’une relation d’amour, quoi qu’éphémère puisque son père a été assasiné avant sa naissance, peu de temps après avoir rencontré Irène. C’est dommage que le père de Marie soit absent de la vie de sa fille car c’est souvent ce genre de représentation qu’on a des hommes noirs: des pères absents, emprisonnés, séparés de leur conjointe, partis à la guerre, drogués, travaillant trop pour participer à la vie familiale ou tout simplement morts. Bien sûr, c’est l’histoire que les auteurs voulaient raconter, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me dire « Bon, encore un. » en lisant ce roman. Dommage. Tout au long du roman, on sent bien que Marie souffre de ne pas connaître son héritage noir et de ne pas avoir connu son père. Sa vie n’est pas facile: orpheline avant d’avoir la majorité, elle a aussi perdu sa grand-mère dont elle était très proche.

La première description de Marie, le personnage principal, arrive en page 25 où on écrit qu’elle enviait les « cheveux blonds brillants et doux de sa mère » et que « ses cheveux à elle sont sombres et crépus – héritage de son père » (p.25). Rien de bien positif, donc, car on positionne encore une fois le cheveu blanc comme étant l’idéal à atteindre. Marie a aussi grandi à Bouillac, une minuscule communauté au sud de la France dans laquelle elle était la seule personne non blanche. Sa couleur de peau est donc devenue centrale à son identité et on répète souvent dans le texte que Marie est différente des autres à cause cela:

  • « Elle était la seule métisse de Bouillac » (p. 13);
  • Léo, un hacker qui l’aidera à élucider le mystère de la mort de sa mère, ne croira pas que Marie est la fille d’Irène à cause de sa « peau sombre » et de ses cheveux crépus (p. 56);
  • Marie a subi dans l’enfance les « réflexions désagréables à l’école ou dans la rue […] quand la couleur de sa peau lui attirait des regards curieux, haineux ou méprisants » (p.99).
  • Chaque fois qu’on offre une description de Marie, c’est au sujet de sa « peau sombre » (p. 56, 104) qui « hésite entre l’or et le noir » (p.205), de sa chevelure « épaisse » (p.205), crépue (p.25, 56), ou encore de son métissage (p.207).
  • Marie est perçue comme une « princesse noire » par Léo qui semble tomber amoureux d’elle (pas une princesse ni une princesse courageuse ou intelligente ou drôle ou déterminée. Une princesse noire) (p.214).
  • Elle est même traitée de « sale négresse » en p.118.

Bref, Marie semble réduite à son identité raciale, comme si c’était l’élément principal de sa personne. De plus, son héritage métissé et sa couleur de peau ne son jamais posés comme quelque chose de positif ou normal. C’est toujours une mauvaise chose, ou un trait pas comme les autres, anormal. Même le méchant de l’histoire semble mieux développé que Marie en terme de description physique et de personnalité! Et ce n’est pas que la race de Marie qui est exoticisée. À un moment, alors qu’elle fait le grand ménage dans les affaires de sa mère décédée, elle aperçoit un jeune couple noir en train de fouiller dans ses poubelles:

« Elle porte une robe en wax et de longues boucles d’oreilles en bois. Son mari est vêtu d’une sorte de boubou coloré et d’un pantalon. Un instant, Marie se dit que ce couple à la peau noire nétonne un peu dans cette banlieue plutôt chic. Puis, comme toujours, la bêtise de cette pensée la frappe de plein fouet. Toi aussi, tu détonne! lui lance son cerveau. Et, comme toujours, Marie, métisse élevée dans un milieu très blanc, se mord les lèvres en se demandant à quel bord elle appartient. Elle s’en veut des pensées plus ou moins racistes qui la traversent, comme si elle avait intégré les préjugés du petit village où elle a grandi. Elle se souvient du visage peiné de Franou quand, toute petite, elle avait réclamé pour Noël une poupée « blonde et jolie, pas noire ». Orpheline et sans identité, ironise la petite voix dans sa tête. Quelle tristesse… (p.28-29)

Ainsi donc, même les seuls autres personnages noirs du livre – des personnages tertiaires sans aucune incidence sur l’histoire! – sont posés comme étant des Autres, différents de la normalité. Ils ont l’air davoir immigré récemment (du moins on le suppose par leurs vêtements non occidentaux), et ils se retrouvent dans une communauté de moins de 500 personnes à faire les poubelles… Ugh. Je souligne au passage qu’aucun des quatre auteurs du roman n’est racisé.

Le sujet du livre est vraiment intéressant et j’ai quand même été sensibilisée aux enjeux environnementaux et sociaux entourant l’industrie des cellulaires et autres appareils intelligents que nous avons tous. Mais juste pour la représentation pour le moins maladroite du personnage principal, je ne peux pas en recommander la lecture.

Le deuxième volet des aventures du Collectif Blackbone, intitulé « Fashion victim », porte sur les coulisses de la mode. C’est un thriller qui offre une réflexion sur les nouveaux médias, le rôle des journalistes, et les conditions d’exploitation des ouvriers dans les usines textiles. Il est sorti en librairie en août 2020.

Pour vous procurer ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Collectif Black Bone (tome 1): Coltan song
AUTEUR(S):  Marie Causse, Emmanuelle Urien, Marie Mazas & Maylis Jean-Préau
ÉDITIONNathan, 2020
ISBN: 9782092591086
PRIX: 24,95$
14 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Nola Forever, My life matters ou encore Horizon : L’écrasement, trois romans pour les adolescents.

[DIY] 9 idées de costumes d’Halloween inspirés de la littérature jeunesse

Il y deux ans, je vous suggérais un costume d’Halloween inspiré du livre jeunesse Souris, tu veux un biscuit?. Cette année, je vous reviens avec neuf nouvelles idées de costumes à confectionner chez soi et inspirés de la littérature jeunesse. Il ne vous faudra qu’un peu d’imagination et de l’aide de petites mains bricoleuses! Le 31 octobre au soir, n’oubliez pas d’amener avec vous duquel est issu votre costume lors de votre cueillette de bonbons!

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Roller Girl

Cette jeune fille vraiment cool s’est déguisée en Aster, le personnage principal de la bande dessinée Roller Girl que j’ai chroniquée sur Mistikrak!. Un costume sur le roller derby qui s’inspire d’un livre jeunesse? Je dis OUI!

Ada Twist Scientist

J’ai adoré cet album qui donne à voir une fille noire qui se passionne de sciences. Malheureusement, ce livre n’a pas été traduit en français, mais d’autres titres de la série, comme Iggy Peck Architecte et Rosie géniale ingénieure, aussi écrits par Adrea Beaty, le sont. Laissez-vous inspirer par le design des personnages de l’illustratrice pour créer votre propre costume! Parions que cette fille déguisée en Ada a fait le bonheur des bibliothécaires!

Les dragons adorent les tacos

Il n’y a pas un, mais deux tomes dans la série d’albums humoristiques Les dragons adorent les tacos d’Adam Rubin et Daniel Salmieri. Cette maman créative a confectionné pour son fils et sa fille deux superbes costumes tirés des livres. Elle offre aussi la marche à suivre pour recréer ces costumes soi-même à la maison. Points bonis pour l’inventivité!

La chenille qui fait des trous

Chez Sticherella, ils savent comment donner le goût de la lecture à leur petit garçon! Ils se sont inspirés du célèbre album La chenille qui fait des trous pour faire ce costume simple comme bonjour, mais tellement bien réussi! Une tuque rouge, des vêtements de couleur verte et un peu de feutrine, et le tour est joué!

Rosie et éléphant en vedette…

J’adoooore la série Rosie et Éléphant. Ils sont parfaits pour les enfants qui apprennent à lire, et ils sont pleins d’humour. Vous avez deux enfants? Avez-vous pensé à les déguiser en Rosie et Éléphant? Les enfants s’amuseront à découper et colorier leurs masques! (c) Photo: Kristen Dabbs via Buzzfeed.

Wonder Woman

N’hésitez pas à vous déguiser en un personnage qui n’a pas la même couleur de peau ou le même genre que vous. Par exemple, cette fillette a décidé de se déguiser en Wonder Woman, la célèbre super-héroïne de DC. La seule chose à laquelle il faut faire attention, c’est de vous assurer que votre déguisement représente un personnage de fiction et non une culture ou un groupe ethnique (EXIT les plumes amérindiennes et les perruques afro!). Vous réaliserez que ce n’est souvent pas la couleur de la peau, la forme des yeux ou la texture des cheveux qui font qu’on reconnaît un personnage, mais bien ce que le personnage porte, le maquillage et les accessoires. Amusez-vous!

L’ours paddington

Qui n’aime pas Paddington, cet ours adorable qui a marqué plusieurs générations? Ce costume est assez facile à faire. Malachi, 6 ans, a eu un peu d’aide de sa maman pour le réaliser. Cette dernière dit qu’il aime la marmelade tout comme son héros préféré! Oh, et si votre école organise une journée d’Halloween pour permettre aux élèves de venir en classe déguisé.e.s, glissez donc un sandwich à la marmelade dans la boîte à lunch de votre enfant pour l’heure du dîner. Ce sera un beau clin d’œil!

La princesse dans un sac

Alors là, rien de plus facile que de fabriquer ce costume inspiré du conte humoristique et féministe de l’auteur canadien Robert Munsch. Un sac de papier, une feuille de carton jaune, de la colle et, si vous en avez (sinon, ce n’est pas grave), une petite marionnette à main en forme de dragon vert. C’est tout! MamaPapaBubba vous explique en détail comment procéder sur son site (au cas où ce n’était pas déjà hyper clair).

Shuri

Si les idées précédentes étaient trop simples pour vous et que vous êtes à la recherche d’un défi que vous pourrez porter fièrement le soir de l’Halloween, vous pouvez tenter de reproduire le costume de Shuri, la petite sœur de T’Challa, plus connu sous le nom de Black Panther. Ce papa talentueux a réalisé ce costume pour sa fille et c’est trop bien réussi! D’autant plus que le roman Shuri est arrivé aux éditions Lumen: c’est cette année que vous devez confectionner ce costume!

En quoi vous déguiserez-vous cette année?

11 illustrateurs et artistes visuels afro-québécois à suivre

L’illustration joue un rôle important en littérature jeunesse. Bien souvent, elle y joue une fonction narrative au même titre que le texte. Elle peut aussi exister en elle-même, sans texte, et raconter des histoires de manière nouvelle. On entend souvent qu’il n’y a pas de diversité en littérature simplement parce que les artistes noirs n’existent pas. « Je voudrais bien les inclure, mais il n’y en a pas! » me dit-on souvent comme une mauvaise excuse. Que nenni! Voilà 11 artistes et illustrateurs d’ici, noirs, québécois et talentueux. Certains font ou aspirent à faire de la littérature jeunesse, d’autres non. Mais tous méritent qu’on s’attarde à leur art.

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Maliciouz

Peintre et muraliste, Maliciouz est une artiste en arts visuels montréalaise d’origine haïtienne reconnue pour son art afro, urbain, contemporain. Sa démarche artistique se caractérise par la force d’esprit qui se dégage de ses personnages, majoritairement des femmes noires quelle présente dans ses œuvres comme étant des entités monumentales.

Site web: www.maliciouz.com

(c) Photo: Elisa Barbier pour le The Link Newspaper.

Jenny Bien-Aimé

Basée à Montréal, Jenny Bien-Aimé est une jeune illustratrice qui aspire à travailler sur des films d’animation, des livres pour enfants et des romans graphiques. Elle crée ses œuvres en utilisant des outils traditionnels et numériques, mais ses outils préférés sont la gouache, l’acrylique et l’huile. Son travail démontre un grand intérêt pour les détails, les formes organiques et la narration. Fait cocasse: Elle aime beaucoup les oiseaux.

Site web: jennybienaim.wixsite.com

Eloisa Aquino

C’est au brésil que naît Eloisa Aquino. En 2000, elle s’installe au Canada pour poursuivre sa maîtrise en études des médias à l’Université Concordia, où elle s’est documentée sur les immigrants à Montréal. L’auteure-illustratrice dirige B&D Press, un micro-éditeur québécois qui publie des livres d’artistes, de la poésie, des zines et du contenu à thématique queer. En 2018, elle a publié la traduction d’une anthologie intitulée Portraits d’illustres butchs aux Éditions San Fin. Il s’agit d’une série de douze fanzines conçus par Eloisa Aquino publiés entre les années 2009 et 2016.

Site web: banddpress.ca

(c) Photo: Librairie Drawn & Quarterly

Made in Shaïna

Made in Shaïna est une artiste muraliste d’origine haïtienne née à Montréal. Inspirée par ses racines et emportée par sa passion pour le dessin, elle a commencé à peindre les murs de la ville en 2012. Le graffiti devient sa manœuvre d’expression et influence tout son parcours artistique. Elle revendique une lacune présente dans la culture et le monde de l’art à Montréal : Le manque de représentation. « Les muralistes, les street artists, les graffeurs racisés ne sont pas toujours représentés », selon Made in Shaïna, et c’est en créant des alters-ego d’elle-même, en créant ses personnages, qu’elle réussit à le faire. Ainsi, elle décore sa ville à sa manière.  

Site web: www.madeinshaina.com

(c) Photo: Ralph-Bonnet Sanon, TC Media, pour le Journal Métro.

Niti Marcelle Mueth

Niti Marcelle Mueth est une artiste visuelle indépendante d’origine camerounaise et haïtienne. En évoluant de manière fluide entre l’art et les pratiques orientées design, elle s’investit dans l’illustration d’expériences significatives tournant autour de la réflexion sur les expériences d’individus issus des communautés racisées. Sa pratique multidisciplinaire évolue de manière transparente entre la conception graphique, l’illustration, la sérigraphie et l’animation. Elle a collaboré à la fresque de rue La vie des noirs compte (« Black Lives Matter ») sur la rue Sainte-Catherine au centre-ville de Montréal, ainsi que celle dans le quartier Rivière-des-Prairies en 2020.

Site web: nitimueth.com

La représentation m’inspire à créer au quotidien. Je suis ma propre muse. Étant un être complexe qui cherche à créer sa place dans cette société, mon travail est un peu un journal intime auquel les gens peuvent s’identifier. (…) Mon but est donc de rendre nos histoires visibles, donc oui, c’est une forme de militantisme.

– Niti Marcelle Mueth en entrevue dans Le Cahier.
Dimani Mathieu Cassendo

C’est à Laval qu’est né.e cet.te auteur.e illustrateur.e qui fait de la BD de genre. En 2016, iel publie La petite suceuse, une bande dessinée fantastique se déroulant en 2302 en banlieue montréalaise. L’histoire raconte la vie de vampires s’attaquant à des enjeux sociaux tels que la sexisme et la discrimination. On peut voir les illustrations de Dimani dans certaines revues (À Babord! #67 et la Ligue des Droits et Libertés, entres autres), quelques zines et des cahiers à colorier. Ses intentions artistiques sont de normaliser des personnages qui ressemblent à ceux de son entourage – les immigrants et leurs enfants, les milléniaux et la génération X appartenant aux communautés LGBTQI +, les militant.e.s, les activistes et les artistes – dans une littérature québécoise. Son médium préféré est le dessin numérique.

Site web: cassendo.wordpress.com

Alexandrine Brodeur

Alexandrine Brodeur est une jeune illustratrice freelance qui vit sur la rive sud de Montréal. Son style varie énormément, du mignon au macabre, parfois les deux! Très présente sur les réseaux sociaux, son médium de prédilection est le numérique. Alexandrine aime particulièrement dessiner les femmes et explorer des thèmes qui évoquent des émotions.

Sites web: InPrint.com, Facebook, ArtStation et Tumblr.

Andira Hernandez

Graphiste, artiste visuelle et photographe originaire de Toronto, c’est à Montréal que Andira a complété son baccalauréat en design de l’Université Concordia et travaille comme freelance. Elle se spécialise dans la conception graphique, la conception web et les médias imprimés. Son style consiste à brouiller la ligne entre le design et l’art, deux sphères généralement séparées dans le monde créatif actuel. Assez active sur la scène montréalaise où elle est connue pour faire des affiches et des zines, elle souhaite utiliser son travail pour aider à élever et à autonomiser les voix marginalisées. Elle a remporté le prix de L’Expo Zine 2020 dans la catégorie anglophone pour son zine Places I’ve called home.

Site web: Instagram.

(c) Photo Caitlin Yardley pour Queer between the covers.

Hervé St-Louis

C’est entre Montréal et Toronto que vit Hervé Saint-Louis, professeur en médias émergents à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et bédéiste. Sa bande dessinée en ligne, Johnny Bullet, bourrée d’action, se déroule dans les États-Unis des années 70. Il a aussi mis sur pied son propre studio d’animation, Toondoctor, et a créé un site web, ComicBookBin, dans lequel il publie des critiques et ses dessins, en plus de partager sa passion pour la bande dessinée.

Site web: Twitter.

Shanna Strauss

Shanna Strauss est une artiste tanzano-américaine qui vit et travaille à Montréal. Elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts au California College of Arts et a exposé dans des expositions individuelles et collectives en Tanzanie, au Canada, aux États-Unis et au Sénégal. Récemment, son travail a été présenté dans Here We Are Here: Black Canadian Contemporary Art au Musée des beaux-arts de Montréal, The Black Woman is God: Divine Revolution à Som Arts à San Francisco et When She Rises à la SPARC Gallery de Los Angeles. Shanna intègre régulièrement des ateliers axés sur l’art dans son travail communautaire : Elle croit passionnément au pouvoir de l’art pour créer un changement individuel, communautaire et social. Elle explore actuellement des thèmes liés à l’identité et à l’appartenance; ce que nous, en tant que membres de la diaspora africaine, apportons avec nous lorsque nous nous installons dans de nouveaux endroits, et comment nous informons le tissu social de l’endroit que nous appelons maintenant chez nous.

Site web: www.shannastrauss.co

Danielle Murrell Cox

Danielle Murrell Cox est graphiste diplômée du programme de design graphique du Collège Dawson. En plus de son travail de graphiste, elle est illustratrice et créatrice de jouets des peluches Zuri & Dre. Danielle est surtout connue pour ses livres de coloriage auto-publiés Black Queens et Black Kings, ainsi que la série de livres d’activités Big Dreamers. L’espoir de Danielle est que toutes les filles apprécieront leur style et leurs cheveux uniques, ainsi que leurs beaux sourires. C’est pourquoi elle a publié My hair, un livre jeunesse, en 2020. Très timide dans l’enfance, elle a longtemps été insatisfaite de la couleur de sa peau, de la texture de ses cheveux et de la grosseur de ses lèvres. Aujourd’hui, elle dessine pour que les petites filles noires se sentent représentées dans les médias.

Site web: dmcmtl.com

(c) Photo : Kyle B pour Lux Magna.

Pour découvrir d’autres illustrateurs racisés, visitez la page Cartoonists of Color, ou la liste collaborative sur AirTable. Vous pouvez également naviguer sous le hastag #DrawingWhileBlack sur les réseaux sociaux.

6 livres jeunesse sur Black Panther

Chadwick Boseman est décédé le 28 août 2020 à l’âge de 43 ans, des suites d’un cancer du côlon. Cet acteur américain incarnait au cinéma le rôle de Black Panther, le premier superhéros noir de la franchise Marvel, créé en 1966 par Stan Lee et Jack Kirby. Black Panther est le roi et dirigeant de la nation du Wakanda, un pays africain fictif à la fine pointe de la technologie qui a fait rêver des générations d’Américains à la recherche deux-mêmes. En hommage à Chadwick Boseman et au visage qu’il a donné à la célèbre panthère noire, voici 6 bandes dessinées et romans de Black Panther écrits en français et adaptés au lectorat jeunesse. 

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

 
La légende de Black Panther!

Bien décidé à venger son père, T’Challa, aujourd’hui roi du Wakanda et nouveau Black Panther, a traqué Klaw aux quatre coins de la planète. De retour chez lui après une longue absence, il va devoir affronter son ennemi juré dans un ultime combat. Black Panther sera-t-il à la hauteur??Publié chez Phidal, cet album à couverture souple est adapté aux très jeunes enfants de 4 à 7 ans. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Black Panther: Le prologue du film

Bien avant la création des Avengers, la Panthère Noire protégeait déjà le Wakanda, un pays africain à la pointe de la technologie. Pourtant, T’Challa était peu connu du grand public jusqu’à son apparition dans le film Marvel Studios Captain America : Civil War. Découvrez le passé du plus mystérieux des super-héros Marvel. Au sommaire de cet album, retrouvez un récit inédit qui se déroule juste après le film Marvel Studios Iron Man, ainsi que deux histoires qui ont inspiré Marvel Studios’ Black Panther de Ryan Coogler. Un album pour accompagné le visionnement du film, à lire et feuilleter dès l’âge de 7 ans. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Black Panther: Ennemi d’État

Accompagné de Zuri et des Dora Milaje, la Panthère Noire se rend aux États-Unis pour enquêter sur la mort d’un enfant, sous l’oeil attentif de l’agent Everet K. Ross. Cependant, le Wakanda est en proie à de vives tensions après l’arrivée de nombreux réfugiés, au milieu desquels se trouve le mystérieux et maléfique Achebe. Cette bande dessinée contient les épisodes US de Black Panther (1998) #1-12 dans un format à couverture rigide édité chez Panini Comis. Il convient aux lecteurs adolescents. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Shuri: Un roman de l’univers de Black Panther

Shuri, la soeur de Black Panther, est à seulement 13 ans une scientifique douée. Lorsque son frère, souverain du royaume africain du Wakanda doté de pouvoirs surhumains, lui demande une nouvelle tenue de combat, elle échoue à manipuler correctement le vibranium, un métal capable de donner au tissu des propriétés extraordinaires. Mais ce n’est là que le début des ennuis pour Shuri et son frère. Ce roman convient aux lecteurs de 9 à 13 ans. La sortie en librairie est prévue pour la fin de l’année 2020. Précommandez-le dès aujourd’hui en cliquant ici!

Qui est la panthère noire?

Une alliance de super-vilains attaque le Wakanda, un pays situé au cœur de l’Afrique et gouverné par T’Challa, alias la Panthère Noire. À la pointe de la technologie, ce royaume possède également un minerai rare et précieux, le vibranium, notamment utilisé pour les griffes de Wolverine et convoité par tous. Pour faire main basse sur cette ressource, le super-vilain Klaw et ses alliés tentent d’envahir le pays et de renverser le pouvoir en place. Cette bande dessinée est adaptée aux lectorat adolescent et adulte. Commandez ce livre en cliquant ici!

Black Panther: L’empire intergalactique du Wakanda

Dans un futur lointain, le Wakanda s’étend jusqu’aux confins de l’espace. L’impitoyable dirigeant de cet Empire intergalactique revêt le manteau de la Panthère Noire et réduit en esclavage des planètes entières. Seul un héros pourra faire triompher la rébellion. S’agira-t-il de T’Challa ? Le souverain du Wakanda prend un nouveau départ dans un récit imaginé par le scénariste Ta-Nehisi Coates, superbement illustré par les peintures numériques de Daniel Acuña. Cette bande dessinée s’adresse aux lecteurs de 12 ans et plus. Achetez-la en cliquant ici!

Rest in Power, Chadwick Boseman. ✊🏾
Black panther
(c) Photo: Marvel Studios

Pourquoi la diversité en littérature jeunesse est-elle si importante?

Être soi-même une minorité visible et/ou élever des enfants issus d’une minorité visible amène son lot de défis auxquels les enfants blancs n’auront pas à faire face. Les livres sont un moyen idéal pour insuffler aux enfants de descendance africaine ou caribéenne une plus grande estime d’eux-mêmes en les exposant à des images positives de personnages vivant des aventures extraordinaires ou menant une vie ordinaire, et qui leur ressemblent. La diversité, d’accord, mais pourquoi est-elle si importante?

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Pourquoi diversité importante littérature jeunesse

Les personnages noirs, les oubliés

Chaque année, des centaines d’albums jeunesse et de livres d’images sont publiés au grand bonheur des tout-petits et de leurs parents. Cependant, moins de 3% des livres jeunesse publiés en 2013 aux États-Unis mettaient en scène des personnages noirs.[1] Plus encore, seulement 5% des livres pour enfants publiés chaque année aux États-Unis sont écrits par des personnes non-blanches.[2] En Angleterre, seulement 1% des livres jeunesse contiennent un personnage issu d’une minorité ethnique. [3] Au Québec également, peu de livres d’images ayant des Noirs pour personnages principaux ou secondaires se retrouvent sur les tablettes des nouveautés en librairies et en bibliothèques publiques.

garçons

Favoriser L’éveil à la lecture

Le livre et la lecture contribuent au développement global des enfants. Or, les livres jeunesse proposant aux enfants noirs un miroir d’eux-mêmes et une exploration de qui ils sont, de ce qu’ils peuvent devenir et de ce dont ils sont capables, sont peu nombreux comparativement aux livres jeunesse mettant en avant plan des enfants blancs. Les raisons de ce constat sont bien sûr diverses, mais citons notamment le racisme ordinaire bien présent dans la société occidentale, que Pénélope Bagieu résume assez bien par une expérience personnelle dans le domaine de la publicité. [4] La quasi-absence d’enfants issus de la diversité culturelle et ethnique en littérature jeunesse est un constat qui n’avantage personne. Alors que les enfants blancs ont plus difficilement l’opportunité d’être introduits à la diversité culturelle et ethnique, les enfants noirs peinent à être exposés à des images qui reflètent leur identité. Pourtant, nous vivons dans une société très diversifiée. À Montréal, par exemple, le tiers de la population s’identifie à une minorité visible ou à un groupe autochtone. [5] L’un des premiers pas vers une maîtrise la communication interculturelle est pour l’enfant la rencontre de la différence dans un livre.

bébé noir

Contrer l’invisibilité des personnes racisées

La littérature jeunesse transmet des valeurs aux enfants et constituent bien souvent pour eux une porte d’entrée pour appréhender le monde et son humanité. Quel message envoie-t-on lorsque certains enfants sont si peu représentés dans ces livres? Quel message envoie-t-on lorsque les personnages blancs sont considérés comme étant la norme et leurs expériences comme étant universelles, alors que les enfants non-blancs sont considérés comme étant la variation et leurs expériences applicables qu’aux enfants non-blancs? [6] Étant minoritaires, les enfants noirs construisent leur identité raciale différemment que les autres enfants. Lorsque les enfants ouvrent la télévision, vont au cinéma, lisent un livre, vont au théâtre et, à répétition, ne voient pas de miroir d’eux-mêmes, le danger bien réel est que ces enfants finissent par se sentir invisibles.[2] Une représentation saine de garçons et de filles noir.e.s dans la littérature jeunesse peut participer à leur épanouissement et leur permettre de « décoloniser leur imagination », comme le dit si bien l’auteure Zetta Elliott.[2] Encore faut-il trouver ces livres, ce qui n’est pas nécessairement chose facile.

Diversité miroir reflect de soi même
Raconter des histoires du quotidien

Il existe beaucoup d’albums jeunesse mettant en scène des personnages noirs qui abordent des sujets tels que l’esclavage, le racisme, la migration ou la discrimination. Ces histoires sont importantes et plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs critiquées sur mistikrak.ca. Toutefois, l’expérience identitaire de l’enfant noir va au-delà de l’esclavage, du racisme, de la migration ou de la discrimination. Pour se découvrir pleinement, exposons-les aussi à des histoires de dragons, de sorcières, de fées magiques, de princesses, de super-héros, d’animaux, de familles, d’amour, d’amitié et de victoires où les personnages principaux les ressemblent. Exposons aussi les enfants blancs comme noirs à des histoires où la couleur de la peau n’est qu’un détail pas plus important que la taille ou la couleur des yeux. Apprenons-les à être ouverts sur le monde et développons leur sens critique. Lisons à nos enfants des histoires inspirantes et pleines d’aventures qui ouvrent le dialogue sur la diversité culturelle et ethnique tout en les aidant à s’épanouir sainement.

Enfants noirs et blancs jouant ensemble


[1] Why so few minority characters in kids’ literature?

[2] Zetta Elliott on Diversity in Children’s Books

[3] Pourquoi les minorités sont si peu représentées dans les livres pour enfants ?

[4] Pénélope Bagieu dénonce le racisme dans l’industrie de la publicité

[5] Montréal néglige la lutte contre la discrimination et le racisme, dénonce un rapport

[6] Don’t tell me my experience isn’t « relatable »

5 livres numériques pour les tout-petits que vous devez absolument avoir sur votre tablette

Saviez-vous qu’il existe des livres numériques pour les tout-petits? Pratiques pour toujours avoir un livre sous la main sans avoir à alourdir son sac ou sa poussette, les livres numériques permettent une lecture rapide n’importe où. Mes partenaires Les Libraires offrent une tonne de livres numériques jeunesse qui plairont aux 3 à 5 ans. Et comme vous faites déjà attention au temps d’écran de vos enfants, lire un livre numérique peut être une belle manière de les éveiller à la lecture. Voici donc cinq livres que vous pouvez acheter en ligne et lire directement sur un ordinateur portable ou une tablette! 

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

livres numériques

Rêve noir d’un lapin blanc

Rêve noir lapin blanc numériqueUn lapin blanc interroge Ménina, une petite fille noire pour savoir comment avoir un jour une petite fille aussi jolie et noire qu’elle. Mais les différentes réponses qu’elle invente ne satisfont pas le lapin…

Cet album sur le thème des origines et de la couleur de la peau a longtemps été assez difficile à trouver. C’est une histoire très connue qui a été éditée plusieurs fois par différents auteurs et illustrateurs. La version signée par Ana Maria Machado et Hélène Moreau est aujourd’hui disponible en version papier ET en version numérique. Faites vite pour vous le procurer pendant qu’il est encore disponible!

 

Fourchon

Fourchon numériqueSa maman est une cuillère. Son papa est une fourchette. Lui, il est un peu des deux. Voici Fourchon!

Fourchon détonne. Dans sa cuisine, les cuillères sont des cuillères et les fourchettes sont des fourchettes. On ne se mêle pas aux autres. Il a beau tenter de passer pour une cuillère, puis pour une fourchette, Fourchon n’est jamais choisi lorsque vient le temps de se mettre à table.

Édité aux éditions La Pastèque, cet album sur le métissage et l’acceptation des différence est disponible en format numérique.

 

En route pour la Chine

En route pour la chine numériqueMalgré le beau temps, les vacances et la plage, Tom est de mauvaise humeur. Fâché sans raison contre ses parents et son petit frère, il décide de partir très loin, en Chine, en creusant un tunnel vers le centre de la Terre.

Pour Tom, la Chine est de « l’autre côté de la terre ». Il lui suffira donc de creuser assez profondément sur le bord de la plage pour s’y rendre. Y arrivera-t-il?

Cet album publié dans la collection « Les Belles Histoires » chez Bayard vaut la peine d’être lu, même au format numérique!

 

La famille Labougeotte

Famile labougeotte numériqueLa famille Labougeotte. M. et Mme Labougeotte ont longtemps mené une vie d’aventuriers. Même après la naissance de leurs triplés, ils n’arrivent pas à s’installer!

Une famille au teint foncé et aux cheveux lisses passent leur temps à déménager. Appartement trop petit, trop grand, trop ensoleillé ou pas assez, trop bruyant…

Ce livre capture une tranche de vie occidentale. C’est une histoire à rebondissements assez rigolote, à découvrir dès l’âge de 4 ans, ou encore à lire seul dès la première année.

 

De petite à grande: Rosa Parks

Petite à grande rosa parks numériqueLa collection «De petite à grande» permet de découvrir la vie de femmes courageuses et inspirantes qui ont marqué leur époque. Qu’elles aient été artistes, scientifiques ou aventurières, chacune de leurs histoires a débuté par un rêve d’enfance.

Rosa Parks a grandi en Alabama, aux États-Unis, où elle a appris à défendre ses droits dès son plus jeune âge. Toute sa vie, elle a travaillé pour que les Noirs cessent d’être moins bien traités que les Blancs. Son courage et sa dignité ont servi d’étincelle au mouvement qui a mis fin à la ségrégation raciale dans son pays.

 

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

[INFO] Nouveautés printemps-été 2020 : Des livres jeunesse avec des personnages noirs

Le printemps 2020 n’a pas été facile pour les libraires. Les sorties se sont fait moindres, certaines librairies ont dû fermer leur portes, les ventes ont chuté et l’accès aux livres s’est révélé difficile en temps de COVID-19. Heureusement, les éditeurs nous ont tout de même offert quelques livres jeunesse depuis le début de la crise, dont voici quelques suggestions ayant des personnages racisés, ou qui ont simplement attiré mon attention. Soutenez Les Libraires indépendants en commandant les livres suggérés en ligne!

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

Salut les p’tits amis! Un livre pour apprendre à compter et à être solidaire

En compagnie de deux enfants exilés, de leur maman et d’un bébé qui vient de naître, cet album apprend à dénombrer, dans un esprit de partage et de solidarité : un bateau, deux mains, trois repas, quatre lits, jusqu’aux neuf cœurs suspendus dans la classe pour accueillir les nouveaux venus et aux dix petits footballeurs réunis dans la même équipe. Sortie: Juillet 2020.

Dans ma ruelle, il y a…

Il existe toutes sortes de ruelles, et chacune a sa personnalité. Celle imaginée par Mélanie Perreault et Julien Castanié est rocambolesque, pleine de surprises et abrite une foule d’habitants attachants. Explorez le côté jour où les enfants reviennent de l’école, puis le côté soir où petits et grands s’amusent lors d’une fête de quartier. Ce leporello permettra au lecteur de ressentir les joies citadines avec gaieté et nostalgie. Sortie: Août 2020.

Les incognitos: Lance sauve le monde

Alors qu’une mission tourne mal, le super-espion Lance Sterling et le scientifique Walter Beckett, que pourtant tout oppose, doivent unir leurs forces pour sauver le monde. Ce roman est adapté du long métrage d’animation sorti en salles en 2019. Sortie: Juillet 2020.

La couleur de l’amour

Panorama des différentes couleurs que peut prendre l’amour : rouge comme les baisers, bleu comme le ciel ou rose comme les barbes à papa. Un bel album coloré pour les tout-petits publié aux éditions Glénat. Sortie: Juillet 2020.

L’équipe: N’golo Kanté

Des informations sur le footballeur N’Golo Kanté, du nombre de buts marqués avec son équipe à Chelsea à la distance moyenne parcourue lors des rencontres, en passant par le nombre de matchs disputés avec l’équipe de France. Sont également présentées ses techniques de jeux et ses statistiques. Sortie: Juillet 2020

Fatou du monde

Au Groenland, une petite fille a été appelée Fatou par ses parents, qui ont trouvé ce prénom dans un livre relatant la vie d’une jeune Sénégalaise, emprunté à la bibliothèque du village. Enchantée par sa découverte de la culture de ce pays d’Afrique, Fatou rêve de rencontrer un jour son homonyme et de lui offrir une sculpture de glace. Mais pour l’instant, elle doit continuer à aider sa famille. Sortie: Juillet 2020

Des femmes et des hommes

Les stéréotypes et les comportements sexistes expliqués aux enfants avec humour et simplicité. Sortie: Juin 2020.

Les 30 meilleurs champions de tous les temps

Une galerie de trente championnes et champions illustres, appartenant à des disciplines et des époques variées. Sortie: Août 2020

Je suis innoncent

Avril 1994, Rwanda. Alors qu’il vient de fêter son septième anniversaire, Jean assiste au massacre de toute sa famille et de tous les Tutsis de son village. Réduit en esclavage, il est transporté dans un camion avec d’autres Tutsis. Déterminé à vivre, Espérance, une fillette Hutu, le cache, lui permettant de reprendre des forces pour se rendre à Kigali dans l’espoir de fuir le Rwanda. Sortie: Juin 2020.

Petite graine

Deux enfants trouvent une petite graine. Ils la mettent dans une boîte, lui chantent des chansons, jouent avec elle mais rien ne se passe. Alors ils la mettent en terre. Quand vient le printemps et son doux soleil, elle se met à pousser et une superbe fleur apparaît. L’automne revient, la fleur se fane, laissant derrière elle des graines. Un album évoquant le cycle des saisons. Sortie: Juin 2020

Des mots pour combattre le racisme

Un abécédaire de soixante mots sur le racisme afin de prendre conscience de l’ampleur du sujet et pour le comprendre en profondeur. Publié aux éditions Syros et signé par Jessie Magama et Alexandre Messager. Sortie: Juin 2020

Nous sommes tous des féministes

Dans ce discours prononcé en 2012 dans le cadre d’un programme dédié à l’essor du continent africain, l’écrivaine nigériane aborde avec lucidité et humour le sujet du féminisme. A travers des anecdotes issues de sa vie quotidienne, au Nigeria comme aux Etats-Unis, elle évoque les questions de l’inégalité des sexes et de l’image de soi des femmes. Le texte est ici adapté pour le jeune public. Sortie: Juin 2020

Sarah et sac-à-puces (tome 2): Le temps perdu

Sarah a reçu une lettre du magasin où elle a acheté Sac-à-puces : le mode d’emploi de ce dernier! Elle y découvre des tas de fonctions qu’elle ne connaissait pas, et même certaines à n’utiliser qu’en cas d’urgence. Grâce à ces instructions, Sarah et Sac-à-puces vont tenter de récupérer le ballon que le voisin leur a confisqué. Il s’agit du deuxième tome d’une série que j’ai déjà critiqué sur Mistikrak! il y a quelques mois. Sortie: Juin 2020.

Les chroniques de Sinistre-sur-mer (tome 1): Malamander

Violette Parma recrute Herbert, trouveur d’objets perdus à l’hôtel du Grand Nautilus afin de retrouver les parents de la jeune fille, disparus douze ans auparavant, à Sinistre-sur-Mer. Ils découvrent que son père rédigeait un ouvrage sur la légende de la malamandre, un monstre marin qui, chaque année, pond des œufs magiques dans l’épave d’un vieux bateau échoué sur le rivage. Sortie: Juin 2020

Florian Percemystère: Le piano hanté

En faisant le ménage du grenier, Florian découvre un mystérieux cadre dans lequel est encastré un piano miniature. Comme son amie Luana suit justement des leçons de piano, il lui offre le cadre en cadeau. Mais à peine est-il accroché au mur que d’étranges phénomènes se produisent dans la maison… Florian arrivera-t-il à faire la lumière sur ces événements bizarres? Sortie: Juin 2020

Émilie est envieuse

C’est le retour du congé de Noël au service de garde aujourd’hui, et tout le monde est excité de montrer ses plus beaux cadeaux aux amis. Surtout Juliette, qui a reçu une si jolie bague! Et Émilie, elle ? Qu’a-t-elle reçu en cadeau? Un livre pour parler de la jalousie. Sortie: Juin 2020.

Ella Fitzgerald

La petite Ella aimait aussi énormément chanter et danser. Après une adolescence difficile, marquée par la mort de sa mère, elle a commencé à faire des spectacles dans les rues de Harlem pour gagner sa vie. Jamais elle n’aurait pu imaginer qu’un jour, grâce à son immense talent, elle serait connue à travers le monde et qu’on la surnommerait la Grande Dame du jazz. Sortie: Juin 2020

Nayah au Sénégal

Un carnet créatif avec des poupées à décorer grâce aux modèles et aux autocollants fournis. Avec quelques informations culturelles sur le Sénégal. Sortie: Juin 2020

100 sportifs qui ont marqué l’histoire

Un panorama présentant sur des doubles pages cent portraits illustrés de sportifs ainsi qu’une synthèse de leurs exploits. Sortie: Mai 2020

EscapeBook: Le collège infernal

Durant une partie de Minecraft, le lecteur, héros de l’histoire, réalise que son jeu est piraté. Cerné par des monstres, il doit retrouver le coupable en faisant preuve d’ingéniosité, de logique, d’esprit d’analyse et d’un grand sens de l’observation. Sortie: Mai 2020

Comment transformer une banane en vélo: Une fable écologique

Afin d’être la meilleure version de soi-même, à la fois pour les autres que pour la planète, ce livre propose une fable sur l’entraide entre voisins et l’échange de biens selon leur valeur insoupçonnée. Menée par la témérité des enfants, cette fable prouve qu’il est possible de changer de vieilles habitudes et de faire une différence dans son entourage. L’oeuvre fait la promotion de la transition écologique, d’une société zéro déchet et des mouvements citoyens. Sortie: Mai 2020

Dix gars passionnés

Les parcours personnels et professionnels de dix hommes contemporains, des gars «branchés» qui ont fait leur marque dans différents domaines, sont autant de modèles qui démontrent aux jeunes qu’il est possible d’atteindre leurs ambitions et de réaliser leurs rêves peu importe leurs origines culturelles ou sociales. Ces portraits inspirants sont aussi la preuve que tout est possible. Sortie: Mai 2020

École des licornes (tome 8): Ariana et Murmure

A l’école des licornes, les animaux des bois envahissent les dortoirs. Ariana et ses amis cherchent les causes de cette invasion pour venir en aide à ces petites bêtes. Sortie: Juin 2020

Blagues et devinettes à connaître avant d’avoir 6 ans

Une série de blagues et de devinettes adaptées aux jeunes enfants avec des chutes faciles à comprendre, des indices pour trouver les solutions et des thématiques qui les intéressent telles que les animaux ou les jouets. Sortie: Mai 2020

Cherche remplaçant : Doit aimer les livres

Le père de Shailey change de travail et ne peut plus faire la lecture à l’heure du conte. Alors la petite fille entreprend sur-le-champ de recruter un remplaçant et voit avec ravissement se présenter les personnages de ses contes préférés. Un joli album pour l’heure du coucher ou tout autre moment, qui met en lumière le lien unique existant entre un père et sa fille. Sortie: Juillet 2020

Maman, papa, il y avait qui avant moi?

Sofia veut comprendre d’où elle vient. Ses parents lui expliquent donc les origines de leur famille et, petit à petit, remontent le temps, évoquent le Moyen Age, la préhistoire et la création de la Terre. Sortie: Mai 2020.

La fille des manifs

Barbara s’engage pour le climat et la force de son engagement lui vaut de devenir le visage de la contestation. Une entrevue qui tourne mal et son refus d’accepter une invitation de la présidente lui attire les foudres des médias qui l’avaient autrefois adulée. Pour traverser cette épreuve, elle écrit un journal destiné à Annie, sa grand-mère au destin tragique. Nouveau roman publié aux éditions Syros. Sortie: Avril 2020

Malia et le concours de genies

Malia et Réparateur participent au congrès de la Guilde des génies. Ensemble, ils doivent inventer une machine utile. Pendant que les autres participants du congrès créent des machines en utilisant une énergie traditionnelle, Malia et Réparateur trouvent une solution plus écologique. Remporteront-ils l’insigne tant convoité de la Guilde des génies? Sortie: Avril 2020.

Je ne veux pas être petit

Une histoire dans laquelle le narrateur recense les inconvénients de sa petite taille et tente de trouver des solutions pour y remédier, telles que manger des légumes verts ou monter sur des échasses. Sortie: Avril 2020

La fée scientifique

Esther la fée ne croit pas en la magie et perçoit le monde différemment de ses amies. Elle doit déployer de grands efforts pour convaincre ses amies fées de l’importance de la science. Lorsque les fées essaient de sauver un arbre mourant en faisant une danse mystique, Esther décide de trouver une solution logique grâce à la méthode scientifique. Sortie: Mars 2020

Little Lou à Paris

En 1944, Little Lou quitte sa Louisiane natale et arrive à Paris qui vient d’être libéré. Avec son groupe de jazz, il joue dans les cafés-concerts et flâne dans la ville qui a retrouvé sa joie. Mais un matin, alors qu’il se promène sur les quais de Seine, il aperçoit deux trafiquants qu’il a déjà rencontrés auparavant. Une partie de l’ouvrage est sous forme de bande dessinée. Sortie: Mars 2020

Nouveautés sorties été 2020 garçon noir

Vous souhaitez donner votre avis sur l’un des livres présentés dans cet article ?
Devenez lecteur invité pour Mistikrak! 🙂

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

11 livres jeunesse pour aider les enfants à comprendre le mouvement Black Lives Matter

Voilà déjà presque sept ans que le mouvement Black Lives Matter tente de faire entendre les voix des personnes noires, dénoncer la brutalité policière envers les afro-américains et éradiquer la suprémacie blanche. Alors que les yeux du monde se tournent vers les États-Unis où un autre homme noir non armé est tué par un policier blanc, les derniers mots de la victime résonnent encore dans l’imaginaire collectif: « I can’t breathe » (« Je ne peux plus respirer »). Comment parler des tensions raciales, du racisme, de la protestation, de l’oppression, de la résistance, de l’injustice et du mouvement Black Lives Matter avec des enfants et des adolescents? La littérature jeunesse offre une porte d’entrée intéressante en la matière.

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

BLM Black lives matter USA
Photo de couverture: Getty Images 2020 / Chip Somodevilla

Angela Davis: NON à l’oppression

Angela davis non à l'oppression

Née dans l’Amérique de la ségrégation raciale, Angela Davis fut très tôt confrontée à l’exclusion. Cette prise de conscience précoce favorisa son engagement dans les mouvements de défense des Noirs mais aussi dans les mouvements pacifistes des années 1960 et 1970. Sous la forme d’un journal de bord, l’auteure de ce livre de docu-fiction fait parler Angela Davis tout au long du livre, créant ainsi un lien intime avec le lecteur.

Harriet et la terre promise

Harriet et la terre promise Jacob Lawrence

Cet album jeunesse raconte l’histoire d’Harriet Tubman, née esclave dans le Maryland vers 1820, et de son échappée héroïque vers le Nord et la liberté. Au risque de sa vie, elle est revenue dix-neuf fois pour mener plus de trois cents des siens jusqu’à la « Terre promise ». Écrit et illustré par le célèbre peintre Jacob Lawrence, qui l’a conçu en 1968 et l’a dédié aux femmes courageuses d’Amérique.

La haine qu’on donne

La haine qu'on donne

Ce roman coup de poing de l’américain Angie Thomas a été adapté au cinéma en 2018. Il raconte l’histoire de la jeune noire Starr Carter, 16 ans, qui vit entre deux mondes : le quartier pauvre où elle habite et le lycée blanc situé dans une banlieue chic qu’elle fréquente. Cet équilibre difficile est brisé quand Starr voit son meilleur ami d’enfance, Khalil, tué par un policier blanc trop nerveux. Son quartier s’embrase, Khalil devient un symbole national. Starr doit apprendre à surmonter son deuil et sa colère.

Les races, ça existe ou pas?

A59956_philo_races_COUV.indd

On pense, on vit, on agit comme si les races existaient vraiment. Le nier, c’est refuser de voir qu’elles organisent réellement le monde qui nous entoure, alors que les identités sont multiples, faites de multiples brins, tissant ainsi cet écheveau dont on ne maîtrise rien, et qu’on appelle… l’humanité. C’est cette réalité qu’il faut transformer, pour combattre les discriminations raciales et le racisme. Ce livre fera réfléchir vos adolescents sur la notion de race et de privilège.

Dorothy Counts: Affronter la haine raciale

Dorothy Counts affronter la haine raciale

En 1957, pour la première fois une adolescente noire de 15 ans, Dorothy Counts, s’inscrit dans un lycée ségrégationniste de Caroline du Nord. Il va lui falloir un courage incroyable pour affronter la haine raciale la plus abjecte, les crachats, les insultes, les menaces de mort… Ce court roman d’Élise Fontenaille plaira aux préados et aux adolescents.

Frères

Frères Kwame Alexander

Josh et Jordan sont jumeaux, tous les deux stars de leur équipe de basketball. Guidés par leur père, grand joueur retraité surnommé « Le Boss », les deux frères sont inséparables, dans la vie comme sur le terrain. À mi-chemin entre le slam et le vers libre, Frères, est un texte magnifique qui utilise avec finesse les règles du basket pour dire l’importance de la famille, de l’amour et du libre arbitre.

My life matters

my life matters

Marvin et Tyler Johnson sont des jumeaux noirs américains de 17 ans. Tyler se rend à une fête organisée par un gang et Marvin l’accompagne pour veiller sur lui. Une descente de police soudaine durant la fête sépare les deux frères. Au matin, Marvin apprend la mort de Tyler mais une vidéo sur Internet montre qu’il a été abattu par la police alors qu’il rentrait chez lui. Premier roman. Si vous avez aimé La haine qu’on donne, vous aimerez ce roman qui aborde la thématique de la brutalité policière.

La véritable histoire d’Angela qui manifesta au côté de Martin Luther King

Véritable histoire d'Angela qui manifesta Martin Luther King

Angela rêverait de pouvoir emprunter un livre à la bibliothèque. Seulement, elle ne peut pas : elle est noire. Et, à Alabama, les Noirs ont des droits très restreints. Un homme est là pour les aider à se défendre : le pasteur Martin Luther King. Ce roman est bonifié par la présence de nombreux dossiers thématiques qui donnent plus d’explications sur le contexte historique : Le commerce des esclaves, être noir aux États-Unis, la ségrégation, le boycott de Montgomery, Martin Luther King, la non-violence, etc.

Martin et Rosa, ensemble pour l’égalité

martin rosa ensemble

En 1955, dans le sud des Etats-Unis, les bus séparent encore les Noirs et les Blancs. La discrète Rosa Parks ose refuser cette ségrégation. En prônant la non-violence, Martin Luther King fait grandir la protestation pour obtenir l’égalité. Avec des milliers d’autres, Rosa et Martin marchent, dénoncent et parviennent à faire changer la loi. Du grand rêve de Martin et Rosa à l’élection de Barack Obama, un espoir se dessine : que l’humanité laisse enfin s’épanouir chacune de ses couleurs !

Ruby tête haute

Ruby tête haute

L’histoire vraie de Ruby Bridges, l’une des premières enfants noires à intégrer une école pour Blancs aux États-Unis. Cet album pour les enfants du deuxième et troisième cycle du primaire leur permettra de mettre en perspective leur privilège, d’aiguiser leur pensée critique et leur sens de la justice. Un incontournable pour comprendre l’histoire américaine.

Du désespoir à la liberté

desespoiralaliberte

Julia May et les autres membres de sa famille ont réalisé l’impossible: ils ont fui la Virginie et la plantation de tabac où ils étaient esclaves. Ils marchent maintenant vers le nord, car on dit que là-bas, les esclaves sont libres. Julia May raconte leur histoire dans son journal intime. Leur voyage est épuisant et terrifiant. Ils marchent la nuit et se cachent le jour, mais ils n’abandonnent pas, car ils gardent espoir de pouvoir commencer une nouvelle vie au Canada.

Quels livres jeunesse ajouteriez-vous à cette liste ?

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

[DÉCO] 6 astuces pour aménager un coin lecture à la maison

Êtes-vous, vous aussi, confiné à la maison à cause de la COVID-19 ? Les enfants ne vont plus à l’école et il faut bien trouver une manière de les occuper en ces temps de distanciation sociale. C’est le moment parfait pour faire de la récup’ en faisant le grand ménage du printemps et aménager un joli coin lecture où les enfants pourront se réfugier pour lire. Parce qu’avec un livre, on n’est jamais vraiment seul! Alors, on se lave les mains et on se laisse inspirer par ces idées d’aménagement faciles à faire à la maison. Et on oublie pas: #ÇaVaBienAller. 🌈

Par Mistikrak! Littérature Jeunesse.

 

Coin lecture aménager astuces

Maximiser un espace perdu

Cette maman de Tampa Bay a décidé de créer son coin lecture au coeur de la maison, là où elle pouvait garder un oeil sur ses enfants. Elle a donc opté pour l’espace entre la porte du garage et la descente de l’escalier du rez-de-chaussée. Petit et enveloppant, ce coin lecture permet aux enfants de se s’amuser avec des livres car l’espace est trop petit pour y faire autre chose (avez-vous dit « se chamailler »? 😉 ). Ajoutez un peu de peinture colorée, un tapis doux et de petites tablettes pour y disposer les livres. Vous pouvez même ajouter des lettres pour accrocher un court mot au mur: LIRE, par exemple. Ta-dam !

Prévoir de l’espace pour y déposer les livres bien en vue

Les étagères de bibliothèque, c’est bien, surtout quand on a énormément de livres. Leur seul défaut : elles ne permettent pas de présenter les livres de face. Pourtant, et surtout en littérature jeunesse, les pages couvertures sont de véritables invitations à entrer aux pays de l’imaginaire. Pensez à placer les livres de manière à ce que la page couverture soit visible. Vous pouvez les accrocher sur une corde à linge intérieure (avec les livres à couverture souple, pourquoi pas?) ou fixer de minces tablettes ou paniers en osier au mur. Assurez-vous que les livres soient bien en vue en tout temps !

coin lecture raccoin

Oser changer la vocation d’un placard

Petit et inusité: le placard est l’ami tout désigné des petits à la recherches de cachettes secrètes. Convertissez le placard de leur chambre en une forêt enchantée ou l’intérieur d’un vaiseau spatial rempli de livres. Vous pouvez même enlever la porte du placard et y mettre des rideaux pour un effet plus douillet. Parions que ce coin lecture deviendra rapidement l’endroit préféré des enfants.

Se lancer même si on a un petit budget

Votre coin lecture n’a pas besoin de vous coûter les yeux de la tête. Identifiez simplement un espace de la maison qui est bien éclairé et (idéalement) fenestré. La lumière naturelle est très importante pour que les enfants aient envie d’y passer du temps ! Ajoutez-y plusieurs coussins colorés de différentes tailles et textures (vous en avez sûrement qui traînent quelque part). Disposez ensuite les livres jeunesse dans une petite bibliothèque, un joli coffre ou simplement sur la petite table de salon que vous n’utilisez plus. Pour économiser sans compromettre la variété des livres pour vos enfants, abonnez-vous à votre bibliothèque municipale et changez la sélection deux à trois fois par mois ! C’est gratuit !

simple-reading-nook-ideas-for-kids

Créer une ambiance féérique

Un coin lecture ne sert à rien si personne n’y va. Créez un rendez-vous quotidien ou hebdomadaire avec vos enfants: par exemple, tous les mardis soirs, tamisez les lumières du salon, accrochez de petites guirlandes de lumières blanches, préparez un bon chocolat chaud ou un bon verre de lait froid et sortez la doudou géante que grand-maman vous a tricotée. La création d’ambiance préparera votre enfant à ce moment de partage autour d’un livre avec vous. Vous pouvez même ranger le tout dans un coffre spécialement dédié une fois les histoires terminées. L’avantage de ce coin lecture est qu’il n’est pas permanent et vous pouvez l’utiliser à autre chose le reste de la journée. Pratique pour les petits espaces !

danila-hamsterman-LsZ7t3g6Wpc-unsplash

Faire participer les enfants

On ne le dira jamais assez: laissez les enfants choisir eux-même leurs livres ! Peu importe leur raison, elle est bonne. Que ce soit les couleurs, la forme, le genre, la longueur de l’histoire ou la grosseur de l’objet qui ait attiré votre enfant vers un livre, permettez-lui de l’explorer. Il pourra décider lui-même si ce livre l’intéresse ou pas. Soyez comme un guide: proposez de nouvelles lectures (« Connais-tu cette histoire-là? Elle m’a fait beaucoup rire. »), orientez un petit peu ses choix (« Aujourd’hui, on choisi des romans/documentaires. Choisi celui que tu veux, mais ce doit être un roman/documentaire »), et amenez-le à développer sa curiosité (« Je me demande d’où viennent les virus. Si on choisissait un livre qui pourrait nous l’expliquer? »). Votre enfant aura beaucoup plus envie d’aller bouquiner dans le coin lecture de la maison s’il a participé à la sélection des livres. Bon, après, rien ne vous empêche de laisser « traîner » un livre que vous avez choisi stratégiquement sur son coussin préféré. 😉

lifewelive4

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook