Soeurs jumelles

Maureen et Francine sont sœurs jumelles et meilleures amies. Elles partagent tout : les loisirs, la nourriture et les vêtements. Mais juste avant le début de leur sixième année, les goûts de Francine changent. Soudainement, les jumelles ont de moins en moins d’intérêts communs. Elles grandissent en prenant des directions opposées, et Maureen ne peut rien y faire. Ces sœurs qui étaient inséparables réussiront-elles à se reconnecter?

Alerte d’intérêt général: Si vos enfants ont dévoré les romans graphiques de Raina Telgemeier, ils vont assurément adorer Sœurs jumelles. La recette est la même: une histoire réaliste du quotidien qui se déroule en milieu scolaire, des préadolescents comme personnages principaux, beaucoup d’émotions, un coup de crayon très cartoony au niveau des illustrations et un développement des personnages au niveau psychologique. D’ailleurs, l’auteur Varian Johnson remercie Raina Telgemeier pour les conseils qu’elle a partagé avec lui sur la rédaction et le procédé associés à la bande dessinée en postface. Je n’ai pas non plus manqué de remarquer le clin d’œil à la BD Souriez! de Raina Telgemeier en page 135!

Ce sont deux auteurs afro-américains qui ont écrit se livre et ça paraît. Tout est si normalisé et fluide, c’est très rafraîchissant! Ce que Maureen et sa sœur Francine font, ce qu’elles sont, est posé comme la norme, du moins durant ses moments passés en famille. Par exemple, on n’hésite pas à montrer diverses coiffures de cheveux naturels sans en faire un plat, on montre les jumelles dormir avec un bonnet et c’est normal, elle vivent une vie de famille ordinaire. Je trouve cela très chouette de pouvoir lire ce genre d’histoire aujourd’hui. Évidemment, dans la sphère publique, elles seront à l’occasion victimes de racisme, parce que oui, le racisme existe toujours! 😦 Lors d’un après-midi entre amies au centre commercial, Maureen et ses deux copines noires entrent dans un magasin et trouvent un chandail que l’une d’elle aimeraient essayer et acheter avec son argent de poche.

Toutefois, aucun employé ne vient les voir pour leur offrir du service. Poliment, Nikki interpelle une vendeuse blanche qui préférera les faire patienter pour plutôt servir une nouvelle cliente, prenant pour acquis que les jeunes filles n’ont pas de pouvoir d’achat et ne méritent pas d’être servies. Heureusement, la nouvelle cliente dénoncera le comportement de la vendeuse et quittera le magasin. Les trois amies, bouleversées par ce qu’elles venaient de vivre, s’empresseront d’informer la mère de Nikki qui avait décidé de rester aux alentours pendant que les filles magasinaient. Dans le récit, on ne pourra pas lire le mot « discrimination » ou « micro-agression » ou « racisme », mais la scène est très clairement une référence à ce que vivent plusieurs jeunes noirs dans les centres commerciaux aux États-Unis et ailleurs. Si le cœur vous en dit, vous pouvez lire cette bande dessinée en parallèle avec votre enfant pour pouvoir discuter de cette scène et de l’histoire dans sa globalité.

Maureen et Francine sont identiques. Du moins, physiquement. À la lecture, en cas de doute, je regardais leurs oreilles pour les différencier car Maureen, contrairement à sa sœur, ne porte pas de boucles d’oreilles! Cela dit, leur personnalité n’aurait pas pu être plus diamétralement opposées! Francine est timide et manque de confiance en elle, mais elle excelle à l’école. Francine est sociable et meurs d’envie de se distancier de sa sœur afin de découvrir qui elle est vraiment. Secrètement, elle jalouse Maureen qui semble exceller dans tout sans efforts, alors que cette dernière envie la sociabilité de sa sœur qu’elle perçoit aussi comme une bouée de sauvetage dans un monde parfois trop bruyant pour elle. Leur relation se dévoile lentement dans le récit et j’ai apprécié cette retenue de la part de l’auteur. C’est une excellente manière de maintenir l’intérêt du lecteur et de rendre les personnages plus réalistes. Maureen et Francine vivent avec leurs parents et ont aussi un demi-frère qui habite en appartement, mais qui agit comme modèle pour les jeunes filles.

Les personnages ont des personnalités bien définies et l’histoire est intéressante. Maureen et Francine apprendront beaucoup durant cette année scolaire particulière, cette année passée à la lisière de l’enfance et de l’adolescence. Entre conflits dans la fratrie, jalousie, prise de confiance en soi et désir d’indépendance, Francine et Maureen connaîtront des hautes et des bas, mais finiront par se réconcilier et se soutenir mutuellement. J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre! J’ai été émue vers la fin. Sœurs jumelles est un livre à lire absolument!

Varian Johnson est auteur jeunesse. Il vit aux États-Unis.

Shannon Wright est une illustratrice noire américaine.

Soeurs jumelles
AUTEUR(S): Varian Johnson & Shannon Wright
ÉDITION: Scholastic, 2021
ISBN: 9781443187268
PRIX: 17,95$
9 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être
Baby-sitters: Petite sœur, Les quatre sœurs March ou Les règles de l’amitié, trois bandes dessinées pour pré-ados avec des personnages féminins forts.

La petite fille et le loup

Malgré les recommandations de sa Maman, Petite fille s’éloigne de la maison. La forêt est bien tentante et Petite fille se retrouve bientôt face au loup… Pour lui échapper, elle lui chante sa petite chanson et voilà le loup qui s’endort… Un conte d’origine afro-américaine qui rappelle le conte du petit chaperon rouge et témoigne de l’importance de la musique pour combattre ses peurs. 

La Petite fille et le loup est un conte rimé, accompagné d’onomatopées et de chants, issu de la collection « À Petits Petons » aux éditions Didier Jeunesse. Particulièrement bien adapté à la lecture en groupe, ce livre plaira aux bibliothécaires et aux enseignants du primaire qui pourront faire chanter, mimer et bouger les enfants.

L’éditeur présente le livre comme étant un conte afro-américain. L’origine de cette histoire, connue en anglais sous le nom de « The Gunniwolf », est débattue. Certaines sources mentionnent une origine autochtone, d’autres, afro-américaines, laissant suggérer que les origines de ce conte sont incertaines.

La morale de l’histoire est qu’il faut écouter les mises en garde des parents: il ne faut pas s’éloigner de la maison car on risque de se perdre et d’être à la proie de dangers. Le récit véhicule également le message que chanter donne parfois du courage. C’est par ce qu’elle chante que la petite fille parvient à échapper aux griffes du loup. Ce sont ses chants qui parviennent à contrôler le prédateur. Ce sont aussi ses chants qui lui donnent le courage de se sortir de cette situation fâcheuse.

Les petits lecteurs se régaleront des éléments répétitifs de l’histoire: la chasse, les chants et les dialogues. La Petite fille et le loup n’est pas sans rappeler le conte du Petit Chaperon rouge, et certains y verront une parodie. Ici, le loup n’est pas très futé et la petite fille fera preuve de courage pour déjouer ses mauvaises intentions. D’autres y verront au contraire l’image d’un loup qui en réalité n’est pas méchant et ne peut se défaire des préjugés des autres à son égard: et si le loup ne voulait qu’être bercé pour s’endormir? Bref, un beau livre à découvrir, un régal pour les tout-petits!

La petite fille et le loup
AUTEUR(S): Agnès Grunelius-Hollard & Rémi Saillard
ÉDITION: Didier jeunesse, 2020
ISBN: 9782278100033
PRIX: 21,95$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Le collier magique, Passe le ballon, Blanche-Neige! ou Lili-Rouge et le gros méchant lion, trois contes pour les enfants à lire et à relire.

Pas moi

L’autrice adorée des enfants, Elise Gravel, pose l’éternelle question : Qui a fait tout ce désordre? Quand leur papa demande qui a laissé traîner des chaussettes partout, Nico et sa sœur répondent tous les deux : « Pas moi! » Leur père est sûr qu’ils ne disent pas la vérité, jusqu’à ce que ceux-ci lui présentent Pas Moi, qui accuse Pas Vrai, qui dévoile le vrai coupable : Pas Juste. Les monstres, qui personnifient les réponses typiques des enfants, permettent à l’auteure d’aborder brillamment et avec humour le fait de blâmer les autres et d’inventer des excuses. Les parents et les éducateurs vont adorer cette histoire dans laquelle ils se reconnaîtront autant que les enfants.

La talentueuse Élise Gravel nous offre avec Pas moi un autre livre jeunesse rempli d’humour et de ses dessins naïfs. Je l’admet: je préfère quand Élise Gravel raconte des histoires de monstres. Elle parvient toujours à inventer de nouveaux monstres drôles que jamais je n’aurais pu imaginer. Pas moi, Pas vrai et Pas juste sont trois bonhommes malicieux (surtout Pas Juste!) aux expressions faciales cartoonesques. J’aime beaucoup la manière dont l’auteur parvient à raconter des histoires toutes simples avec beaucoup de fraîcheur et d’humour. J’aime aussi sa manière de rendre le Québec visible avec des petits détails si savamment choisis. Dans Pas Moi, par exemple, le papa porte un chandail rouge de Radio-Canada. 🙂 


L’autrice a choisi d’illustrer une famille noire sans que cela ne change quoi que ce soit au récit, rendant du même coup visible les afro-descendants dans leur quotidien. Si vous aimez Mickaël Escoffier, et que vous ne connaissez pas Élise Gravel, il y a de fortes chances que son style vous plaise! À noter qu’Élise Gravel n’hésite pas à utiliser sa notoriété pour parler de l’importance de la représentation, du féminisme et de la célébration des différences individuelles. Chapeau!

Coup de cœur!

Pas moi!
AUTEUR(S): Élise Gravel
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443181730
PRIX: 19,99$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Ollie, de la même autrice. Essayez aussi
Au beau débarras: La mitaine perdue et Albertine Petit-Brindamour déteste les choux de Bruxelles, deux livres jeunesse québécois.

Un orage de colère pour Violette

Violette vit chez sa mère les jours bleus et chez son père les jours jaunes. Ce week-end, ce dernier lui a promis de construire un château. Mais son ami est hospitalisé et Violette doit aller chez sa mère. Elle se met en colère puis se calme. Une histoire sur la nécessité d’accepter sa colère pour mieux l’apprivoiser.

Il y a plusieurs bons points à attribuer à ce livre jeunesse: on y parle du divorce des parents, on offre des outils pour gérer ses émotions et on donne à voir une famille métissée au quotidien.

La petite Violette est heureuse d’avoir reçu un château à construire de son papa. Il lui a promis qu’ils allaient le faire ensemble. Mais une urgence force Papa à déposer sa fille chez sa mère, sans son château. Et sa promesse, alors?? Violette est en colère, et avec raison! Elle a du mal à comprendre pourquoi la promesse qu’on lui a fait n’a pas été tenue, pourquoi elle doit respecter le calendrier des visites parentales alors que les parents peuvent le changer à leur guise et pourquoi il faut qu’elle ait deux maisons. Avoir deux maisons, c’est nul! Les jouets ne peuvent pas aller d’une maison à l’autre, il y a beaucoup de changements, c’est stressant tout ça!

L’histoire est bien racontée et les émotions vécues par Violette semblent authentiques et naturelles. On devine bien ce qui rend Violette en colère, sans que tout soit explicité car Violette elle-même a un peu de mal à comprendre ce qu’elle ressent. Le livre est construit de manière à faciliter les échanges avec le lecteur afin qu’il s’exprime sur ce qu’il lit et afin qu’il s’identifie au personnage principal. Les parents de Violette sont là pour la guider, valider son émotion et lui offrir des alternatives pour la gérer. On ne dit pas à Violette d’arrêter de bouder ou d’être en colère. On lui dit plutôt que son émotion est compréhensible, et on lui offre des pistes pour se calmer. En fin d’album, il y a un petit dossier à l’attention des adultes qui explique ce qu’est la colère et propose des solutions pour réguler ses émotions adaptées à l’âge de l’enfant.

La maman de Violette est blanche alors que son papa est noir. La couleur de peau des personnages ne change absolument rien au récit. Il s’agit tout simplement d’une famille multiraciale comme les autres. Un excellent livre que je vous recommande chaudement!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Un orage de colère pour Violette
AUTEUR(S) : Kochka & Sophie Bouxom 
ÉDITION: Père castor Flammarion, 2019
ISBN: 9782081441910
PRIX: 15,50$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Timothée est timide, Émilie est envieuse, ou Le souci de Calie, trois albums jeunesse sur les émotions ayant des personnages noirs.

Promesses

Un recueil de pensées tendres à chuchoter à l’oreille de son enfant, dans un album animé avec une découpe à chaque double page.

Quel beau livre cartonné! Le texte, tout en poésie, célèbre la beauté du quotidien et l’émerveillement qu’on peut ressentir devant les enfants qui grandissent si vite.

Les trous dans les pages donnent une autre dimension à l’album: le soleil levant devient une tour de jeu la page suivante, par exemple. L’enfant peut aussi s’amuser à reconnaître et nommer les formes découpées dans les pages. Une page sur deux illustre un personnage racisé. Les illustrations sont tendres et douces. Les pages cartonnées sont parfaites pour les petites mains n’ayant pas encore développé leur motricité fine.

Vraiment très bon! 

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Promesses: Je te regarde
AUTric
e: Christine Roussey
ÉDITION: De la martinière, 2020
ISBN: 9782732495071
PRIX: 15,95$
4 À 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Mon premier petit livre : Les mots, Le petit chemin des formes, ou encore Mon château, trois petits livres cartonnés à lire avec Bébé.

Derrière les yeux de Billy

Billy a peur de tout perdre, alors elle perd tout. C’est plus fort qu’elle. Elle se dit que le jour où elle perdra quelque chose qu’elle aime plus que tout au monde, elle sera bien préparée. Mais, malgré son entraînement intensif pour s’endurcir contre le pire, le jour où son papi a fermé ses yeux pour toujours, Billy n’était pas prête.

Quel bel album qui aborde la thématique du deuil du point de vue d’une enfant avec beaucoup de poésie. Perdre un être cher, est-ce que c’est comme perdre un objet? Est-ce qu’on le retrouve au printemps, quand la neige a fondu? Est-ce que si on se pratique a perdre des choses, est-ce que cela fait moins mal lorsque quelqu’un qu’on aime meurt?

Billy est une enfant qui tente de donner un sens à la disparition de son grand-père. Elle vit beaucoup de frustration car personne ne semble avoir les mots pour lui expliquer la mort, le deuil. Si son papi s’est « endormi », c’est qu’il se réveillera? S’il s’est « envolé », c’est qu’il peut retomber? Grâce au soutien de son oncle, Billy trouvera une manière d’apaiser sa peine: faire une place dans son coeur et ses souvenirs pour son grand-papa. Ne jamais l’oublier. Puis, quand Billy grandira, elle pourra ajouter d’autres souvenirs, mais celui de son grand-père sera toujours là si elle le chéri.

Le texte et est fort et beau. Sur le site de Radio-Canada, on peut écouter une version audio du livre.

Au niveau de la représentation, on a un personnage principal métissé dont le père est noir et la mère, blanche. Elle vit une vie tout à fait ordinaire: Elle fait du sport, va au camp de vacances, se fait des amis, tombe amoureuse d’une fille dans sa classe et fonde une famille avec elle. J’ai adoré cet album sur la vie, sur la mort, sur la filiation et la transmission. Un livre excellent!

* Prix Espiègle 2019.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Derrière les yeux de Billy
AUTEUR(S) : Vincent Bolduc & Chloloula
ÉDITION: Dent-de-lion, 2018
ISBN: 9782924926000
PRIX: 22,50$
8 à 11 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Dans mon coeur ou Ma soeur-étoile, deux albums jeunesse sur le deuil. Essayez aussi La princesse Nina, un livre dans lequel le personnage principal est aussi lesbienne.

Je ne veux pas être petit!

Une histoire dans laquelle le narrateur recense les inconvénients de sa petite taille et tente de trouver des solutions pour y remédier, telles que manger des légumes verts ou monter sur des échasses.

Un excellent album pour tous ces enfants qui n’en peuvent plus d’attendre d’être grands. Le personnage principal, un garçon au teint brun, raconte comment être petit lui rend la vie difficile: ne pas pouvoir monter dans les grands manèges à la fête foraine, hériter des vêtements de son grand frère, passer inaperçu. Il essaie toutes sortes de choses pour tenter d’accélérer sa croissance: se donner du soleil et de l’eau comme une plante, manger tous ses légumes, ou marcher sur la pointe des pieds. Il découvrira finalement qu’être petit, ce n’est peut-être pas si malheureux que ça grâce à une nouvelle amie. Très bon! 

Je ne veux pas être petit!
AUTEUR(S) : Laura Ellen Anderson 
ÉDITION: Circonflexe, 2020
ISBN: 9782378622862
PRIX: 21,95$
3 à 6 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Veux-tu lire avec moi?, Comment ne pas se faire manger par les ours ou Albertine Petit-Brindamour déteste les choux de Bruxelles, trois beaux albums jeunesse ayant des personnages noirs.

Kadogo

Pour ses onze ans, Gabriel reçoit une kalachnikov en cadeau. Sans l’avoir voulu, il va devenir un enfant soldat. Ce livre, qui évoque l’enrôlement d’un enfant de 11 ans, illustre le combat qu’Amnesty International mène pour mettre un terme au drame de l’enrôlement d’enfants soldats.

Ce sont d’abord les illustrations qui ont attiré mon œil vers ce livre: Joël Alessandra maîtrise l’aquarelle et les ombrages, et ses traits évoquent une certaine urgence et une liberté qui contrastent avec le propos de l’album. Né à Marseille, il a notamment été directeur artistique à Djibouti en Afrique de 1989 à 1991.

« Kadogo », le titre de l’album, désigne l’enfant soldat en langue swahili, mais à l’origine il veut dire « encore petit ». Lorsque Gabriel recevra une kalachnikov en cadeau, c’est toute sa vie qui sera dorénavant intimement liée à cette arme. De la naïve excitation d’avoir reçu ce qu’il perçoit d’abord comme un jouet, Gabriel ne réalisera que plus tard qu’on s’attend de lui à ce qu’il fasse davantage que de faire semblant. Il sera réveillé en pleine nuit par son oncle et conduit dans un endroit inconnu à l’arrière d’un vieux véhicule tout terrain, entassé au milieu de dizaines d’autres garçons comme lui, luttant contre « ses larmes de petit garçon ».

Le texte d’Ingrid Chabbert traduisent toute la détresse, l’incompréhension et la douleur ressentie par Gabriel. On en sait très peu sur les parents du garçon: il semble avoir été élevé par son oncle et sa tante. Lorsqu’il arrivera au camp d’entraînement à la guérilla, on ne parlera pas non plus des sévices et traumatismes qu’il aurait pu subir. On vit avec Gabriel ses premiers instants de perte de l’innocence: ne pas tout comprendre, rechercher des modèles chez les autres garçons plus âgés, avoir mal au bras d’avoir trop tiré, s’ennuyer de ses petits frères restés à la maison et réaliser qu’il ne pourra pas les prévenir de ce qui les attend, sentir le sang encore chaud de sa première victime couler sur ses orteils.

L’histoire se termine par la fuite de Gabriel, abandonnant sa carabine derrière lui. On ne sait pas ce qui lui est arrivé. A-t-il été abattu sur le champ par les superviseurs du camp? A-t-il réussi à partir sans se faire repérer? Est-il retourné chez lui? S’est-il perdu avant d’avoir pu retrouver les siens? Cette fin ouverte permet d’avoir de bonnes discussions en groupe après la lecture, pourquoi pas en milieu scolaire avec des élèves de 3e cycle. En toute fin d’album vient une page signée Amnesty International sur l’enrôlement d’enfants soldats et des solutions proposées par des ONG pour que cela cesse.

« Kadogo » est un livre très dur à lire, mais aussi très beau et nécessaire. Recommandé!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Kadogo
AUTEUR(S) : Ingrid Chabbert , Joël Alessandra 
ÉDITIONDes ronds dans l’O, 2017
ISBN: 9782374180298
PRIX: 25,95$
10 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Mama Miti la mère des arbres, Ailleurs et Où es-tu Iemanjá?, trois livres jeunesse publiés en collaboration avec Amnesty International.

Toi!

Dans ce nouvel ouvrage intitulé Toi!, Peter H. Reynolds célèbre avec joie l’individualité et l’importance de rester fidèle à soi-même. Ce texte brillant nous rappelle que chaque enfant est unique et encourage les lecteurs à devenir leur « propre oeuvre d’art » en étant patients, persévérants, sincères… simplement eux-mêmes.

Peter H. Reynolds est l’un de mes auteurs jeunesse préféré. Avec peu de mots, ils parvient toujours à venir me chercher et à évoquer des émotions authentiques. Ses phrases sont simples, mais véhiculent des valeurs importantes. Dans Toi!, il apprend au lecteur ou à la lectrice qu’il.elle est né.e pour être positif.ve, généreux.se, perspicace, empathique, brillant.e, aimé.e, compatissant.e, courageux.se, sensible, persévérant.e… Reynolds met en image des personnages uniques et fabuleux, de toutes origines, qui osent d’être différents.

Toi! de Peter H. Reynolds est le livre qu’il vous faut pour non pas élever une fille géniale ou un garçon courageux. Non, ceci est le livre qu’il vous faut pour accompagner votre enfant à devenir le meilleur de lui-même ou d’elle-même, d’être libre penseur et d’agir humblement pour faire du monde un endroit meilleur. Un très bel album!

Toi!
AUTEUR(S)
 : Peter H. Reynolds
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443181075
19,99$
3 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Le collectionneur de mots écrit par Peter H. Reynolds, ou L’amour: Un livre sur la compassion, illustré par Peter H. Reynolds. Essayez aussi Les petits héros, un album sur le courage.

Ça va faire des histoires

Fanta est en vacances et ça ne va pas du tout. Elle se dispute avec son frère et sa sœur, ses parents sont fatigués. Par chance, elle peut aller quelques jours chez sa marraine Sylvie. Elle sera un peu forcée de lire le soir, mais à part ça elle adore.En plus, elle va pouvoir jouer avec la fille d’une voisine. Tout devrait donc se passer parfaitement. Sauf que les bêtises, ça arrive. Des fois exprès, des fois pas trop. Et Fanta, en ce moment, ça lui arrive souvent…

Ce petit roman de tout juste 76 pages se croque et se savoure. Fanta, le personnage principal, aime raconter des histoires. Du coup, elle ment parfois. Celui la mènera dans des situations inconfortables. J’ai un peu été surprise par la facilité et le calme avec lesquelles elle mentait aux adultes, alors que le lecteur sait pertinemment que ce qu’elle dit est faux. Chaque fois qu’elle fait une bêtise, elle finit par écrire un mot pour avouer son tort et s’excuser. Mais c’est trop facile… Suffit-il de quelques mots griffonnés et glissé sous la porte et tout est oublié? Oubliée la bêtise, oublié le mensonge? Et si elle apprenait plutôt à ne pas faire les bêtises du tout? Grâce à sa gardienne, elle apprendra que la vérité peut être encore plus amusante et valorisante que les mensonges.

Fanta aime les histoires, mais pas les livres! Elle a de la difficulté à déchiffrer les lettres et se décourage facilement lorsqu’elle lit. Elle invente des mots, coupe les coins ronds. Elle est aussi très jeune: elle mouille encore son lit. Ses origines sont musulmanes et tant sa religion que sa couleur de peau sont totalement normalisés dans le texte. À découvrir. Contexte français.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Ça va faire des histoires
AUTEUR(S): Marie Desplechin & Glen Chapron
ÉDITION: L’école des loisirs, 2018
ISBN: 9782211236775
PRIX: 14,95$
8 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Le Souhait, Mandela et Nelson, ou encore Le chat qui ne voulait pas fêter Noël, trois courts romans pour les enfants du primaire avec des personnages noirs.