Puis-je rejoindre votre club?

Puis-je rejoindre votre clubUn canard cherche à devenir membre de clubs dont les membres ont toujours quelque chose à lui reprocher, comme par exemple de ne pas savoir barrir. L’enfant est invité à s’identifier aux personnages et à faire le rapprochement avec des situations vécues. Sur la peur de se sentir rejeté, le respect de l’autre et l’acceptation des différences.

Ce bel album pour la petite enfance fait non seulement l’éloge de la différence et de l’acceptation des autres, mais il permet aussi de se questionner sur les inconvénients de ne fréquenter que des personnes qui nous ressemblent. Un club d’éléphants où seuls les éléphants ayant une excellente mémoire peuvent se joindre, quel intérêt? Et si on est un éléphant distrait, que faire?

L’album aborde aussi l’acceptation de soi, car lorsque le petit canard tentera de rejoindre le « club des lions » en se camouflant sous une crinière afin de mieux passer inaperçu, il sera quand même rejeté car il ne sait pas rugir. J’ai beaucoup aimé cet album, que j’exploiterai sans l’ombre d’un doute lors de l’heure du conte à ma bibliothèque et que je recommanderai assurément aux enseignants du primaire. À lire de toute urgence!

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Ma vie sur MarsBouton acheter petit
AUTEUR(S) : John Kelly & Steph Laberis
ÉDITION: Thomas jeunesse, 2017
ISBN: 9782354813925
Prix: 24,95$
3 à 6 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Un mouton au pays des cochons, L’ours brun qui voulait être blanc, ou Interdit aux éléphants, trois albums jeunesse sur l’acceptation des différences.

Un mouton au pays des cochons     ours-brun-qui-voulait-etre-blanc    Interdit aux éléphants

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Lewis: caméléon métis

Lewis caméléon métis justine jothamAdopté par la joyeuse famille des Dupont-Durand, Lewis pourrait avoir la vie douce si les autres animaux du quartier ne se moquaient pas sans cesse de sa drôle de démarche ou de sa couleur de peau (jamais la même et, pourtant, jamais la bonne, selon eux). Né d’une mère lézard et d’un père caméléon qu’il n’a jamais connu, Lewis s’interroge sur ses origines. Il n’a qu’une hâte : découvrir la Gwaraïbe ! Surprises et amitiés l’y attendent, dans ce voyage qui pourrait bien changer sa vie.

Quel roman sympathique! J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire. Poulpe Éditions met une nouvelle fois en marché un livre-objet de qualité à la présentation soignée et qui donne le goût de feuilleter. Les première et quatrième de couverture se replient sur elles-mêmes pour créer un encart présentant à l’avant les auteures, et à l’arrière, les autres titres de la collection Nos amies les sales bêtes.

Les personnages créés par Justine Jotham sont bien développés et s’éloignent des clichés habituels. Et quelle bonne idée de choisir un caméléon pour aborder la thématique de l’identité et du métissage. Lewis est un caméléon mignon à croquer, espiègle et malin, que Sophie Hirsch a illustré d’un coup de crayon léger mais maîtrisé. Il se pose des questions sur ses origines, sur ses différences et sur sa place dans ce monde. Tous pourront se reconnaître dans son désir de faire partie d’un groupe et dans ses peines face au rejet. Lewis est aussi sans cesse complimenté pour ses caractéristiques physiques perçues comme étant exotiques. Il a du mal à accepter ces compliments qui le font sentir comme une bête curieuse. Plusieurs enfants issus d’unions mixtes ou qui sont adoptés se reconnaîtront dans ce qu’il vit! Bref, le caméléon-lézard ressent le besoin de connaître ses origines pour mieux se connaître et s’accepter tel qu’il est.

Chaque chapitre débute par une citation créole qui est traduite en français en bas de page. Le créole, langue métissée par excellence, apporte fraîcheur au récit et rythme la lecture. On retrouve également quelques dialogues en créoles, toujours traduits. La quête de réponses de Lewis amène les jeunes lecteurs dans une aventure familiale plein de soleil, de souvenirs et d’humour.  Un roman rafraîchissant et inventif que je vous recommande chaudement!

Justine Jotham est une auteure française.

Justine Jotham

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Lewis, caméléon métisBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Justine Jotham & Sophie Hirsch
ÉDITION: Poulpe fiction, 2020
ISBN: 9782377421329
PRIX: 16,95$
8 ANS et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Viser la lune, un roman fantastique publié chez le même éditeur. Le chat qui ne voulait pas fêter Noël pourrait aussi vous plaire car il raconte l’histoire d’une famille métissée.

alô sorcières viser la lune  chat qui ne voulait pas fêter Noël 3

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

La grande aventure de Concombre [Tome 1] : Le Royaume du Donut

grande aventure de concombre royaume du donutPour échapper à la maléfique reine Cordélia et à sa soif de domination, les sept royaumes du Monde des Rêves ont besoin d’un héros chevaleresque. Ils devront pourtant se satisfaire de Concombre, un apprenti-magicien qui n’a aucune envie de quitter l’école! Avec sa sœur Amande, bien plus héroïque que lui, le voilà parti en quête d’une épée aux pouvoirs fabuleux… Mais deux petits lapins peuvent-ils vraiment sauver le monde?

J’ai tellement ri en lisant cette bande dessinée que j’en ai eu des crampes ! L’humour de Gigi D.G. est efficace et percutant; deux ou trois cases lui suffisent pour créer un gag. Elle n’hésite pas non plus à se moquer un peu de ses propres personnages et j’ai adoré cette ouverture créative. Le monde dans lequel Concombre évolue est bien monté, riche et j’attend de savoir son emplacement réel afin d’y passer mes prochaines vacances ! 😉 J’ai aimé que Concombre soit un garçon tendre; je ne vois pas souvent ce genre de représentation en littérature jeunesse et c’est vachement rafraîchissant (pour les intéressés, il y a Bichon que j’ai bien aimé, mais qui ne fera pas l’objet d’un article sur ce blog car il n’y a aucun personnage noir significatif dans la série). Concombre n’aime pas se battre et ne souhaite qu’une chose: retourner à l’école pour étudier longuement. Sa soeur Amande, au contraire, aspire à devenir chevalier et voudrait sauver le monde. Et se propose même pour mener la quête attribuée à son frère réticent, mais tout dans l’histoire l’en empêche. L’auteur joue beaucoup avec les conventions narratives pour mieux les détruire (un super-vilain en réalité ridiculement facile à combattre, mais que le héros aura du mal à arrêter simplement pour étoffer une intrigue, une fille qui a toutes les qualités pour sauver le monde mais qui ne le fera pas… parce que c’est une fille, un méchant qui s’avère être aussi doux qu’un ours en peluche, etc.) J’ai adoré le second degré. L’auteure est afro-américaine, mais aucun personnage n’est noir dans le livre. C’est dommage, car compte tenu qu’il s’agit d’animaux anthropomorphisés, il y aurait eu lieu d’inclure un peu plus de diversité raciale. Cela dit, ce choix lui revient et cela n’enlève rien au fait que sa BD est tout à fait géniale !

Il y a de l’aventure, il y a de l’humour, il y a du mystère… et il y a des pâtisseries ! À mettre entre toutes les mains ! Parents, lisez-donc cette bande dessinée avec votre enfant; elle vous plaira à vous aussi !

 

Coup de cœur !

grande aventure concombre 2

Gigi D.G. est une auteure américaine. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gigi D.G.
Maison d’édition: Gallimard Jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782075104333
Lectorat cible: À partir de 8 ans
Vous aimerez peut-être: Le garçon sorcière, une bande dessinée où règne la magie et où l’on déconstruit les stéréotypes de genre.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

[DÉCOUVERTE] Magazine Ti Racoonteur

ti racoonteur 3

Le magazine Ti Racoonteur a vu le jour en Guadeloupe.  Au travers de ses histoires, jeux et anecdotes, Ti racoonteur transmet l’importance des valeurs familiales et invite votre enfant à découvrir son environnement proche pour mieux le respecter. On retrouve dans chaque numéro trois personnages principaux (Jude, Mesmin et Dania, 3 ans) et leur famille. Ensemble, ils invitent le lecteur à partir à la découverte des îles tropicales. Les personnages humanisés sont magnifiquement illustrés et attachants. Petit bémol: j’aurais par contre aimé plus de diversité capillaire pour la petite famille de raton laveur (tous ont les cheveux lisses blonds, roux ou bruns). Cela dit, le design des personnages est réussi !

Chaque numéro est constitué de plusieurs sections amusantes dont une grande histoire, des jeux et des activités. Par exemple, dans le numéro d’octobre 2018, on apprend à faire pousser un ananas à la maison et on découvre un paysage propre aux Antilles: les cascades ! Les jeux de qualité aideront votre enfant à développer son sens de l’observation, à faire des déductions, à reconnaître et tracer les lettres de l’alphabet et les chiffres et à former des associations logiques.

Au delà du magazine, Ti Racoonteur, c’est aussi un site web complémentaire où l’on retrouve une foule d’information (dont les modalités d’abonnement!), une page Facebook où se réuni toute une communauté, ainsi que diverses animations qui se déroulent en Guadeloupe et en Martinique. L’équipe de Ti Racoonteur est formée de professionnels passionnés d’animations en tout genre et souhaite vous faire passer de bons moments en famille ! Une belle découverte. Pour s’abonner, c’est ici !

Je remercie l’équipe de Ti Racoonteur de m’avoir offert un exemplaire de ce magazine.

Créateurs : Karine Cécé, Marveen Kawamura, Véronique Séguin-Cadiche
Périodicité: 10 numéros par an.
Pays d’origine: France (Guadeloupe).
Public cible: 2 à 6 ans.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Tout mélangé !

Tout mélangé Histoire de couleurs Arree ChungÀ l’origine, il y avait trois couleurs : les Rouges, les Jaunes et les Bleus. Tous uniques à leur propre façon, ils vivent en harmonie jusqu’au jour où l’un des Rouges déclare : « Les Rouges sont les meilleurs! ». Une dispute éclat alors entre les clans, et les couleurs décidèrent de vivre séparément… Qu’est-ce qui pourrait bien les réconcilier? 

Quel bel album pour la jeunesse ! Coloré, mignon, optimiste et pertinent. Mes plus jeunes adorent les livres colorés et celui-là leur a beaucoup plu ! Ils en redemandaient. 🙂 De plus, ils se sont identifiés aux personnages, ces petits bonhommes de toutes les couleurs sans aucun problème ! Je crois que toutes ces couleurs éclatantes sur fond blanc a accroché leur oeil.

Dans cette histoire, il n’y a au départ que trois couleurs: Les rouges étaient les plus bruyants, les jaunes les plus brillants et les bleus, les plus détendus. Jusqu’au jour où un Rouge s’écrie que les Rouges sont « les meilleurs ». Ainsi commença la zizanie et la séparation des couleurs: les Rouges vivent à Rougeville, les Jaunes au Mont Jaune et les bleus, à Cité Bleue. Les plus jeunes lecteurs y verront une histoire sur la dualité gentillesse/méchanceté, mais les lecteurs plus âgés seront aptes à comprendre des concepts plus complexes tels que la discrimination, le racisme et l’intolérance.

tout mélangé 2

Le récit aborde également la thématique de l’amour et de la mixité puisqu’un bleu et une jaune se rencontrent puis forment un couple heureux ensemble, qui se marie et duquel naîtra plusieurs enfants… verts ! Les couleurs découvriront alors de nouvelles possibilités (Rouge et Jaune forment Orange, Bleu et Rouge forment Violet) et se sont mélangées encore et encore jusqu’à former une véritable nation arc-en-ciel où toutes les couleurs et toutes les teintes sont permises. Puis, les Couleurs réaliseront que les vieux quartiers de Rougeville, de Cité Bleue et de Mont Jaune n’avaient plus de raison d’être. La ville sera donc reconstruite pour que toutes les couleurs puissent y vivre ensemble. Un album absolument magnifique, qui grandira avec les enfants. Un véritable baume pour le coeur. Un incontournable !!

Coup de cœur !

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Arree Chung
Maison d’édition: ScholasticBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9781443169677
Public cible:  3 à 8 ans
Vous aimerez peut-être: Un mouton au pays des cochon, un album jeunesse qui aborde la thématique du vivre ensemble. Fourchon, publié chez La Pastèque, aborde pour sa part la thématique de la mixité.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Mon premier imagier : Français, anglais, créole guadeloupéen

Cover GDG_Maths.inddCet ouvrage pédagogique et ludique permettra à chaque enfant de se familiariser avec les 1000 mots les plus courants, d’apprendre à lire l’anglais et le créole guadeloupéen et de s’amuser à observer les similitudes et les différences entre les langues.

Ne cherchez plus d’imagier trilingue pour vos enfants. Auzou a publié en 2017 un magnifique imagier pour apprendre l’anglais et/ou le créole guadeloupéen ! Pour faciliter la recherche, on retrouve au début du livre un index des mots anglais et guadeloupéens. Les illustrations sont très belles et évocatrices. Les êtres humains, lorsque représentés dans le livre, sont souvent noirs. Chaque lettre de l’alphabet est représentée par une couleur; ainsi, les mots français débutant par D ont un fond de page bleu marine, les mots français débutant par E ont un fond de page rose. Ce sera donc facile pour les enfants de se repérer à l’intérieur du livre. La mise en page dynamique donne également le goût de simplement feuilleter ce livre sans nécessairement chercher un mot en particulier. Un livre excellent qu’il vous faut avoir dans votre bibliothèque familiale ! Je recommande !

À noter que les éditions Auzou ont également publié un imagier trilingue pour le créole réunionnais et le créole guyanais.

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / Illustrateur(s) :  Collectif
Maison d’édition : Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733847435
Public cible : 8 ans et plus

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

La faune et la flore des Antilles: Deux livres publiés chez Auzou

Avec les collections « Mon premier animalier » et « Mes premières plantes », les enfants découvrent les animaux, les fleurs et les arbres à travers des textes simples et de magnifiques photos. Le bananier, l’hibiscus, le palétuvier, le manicou, la queue en ciseaux ou le dynaste n’auront plus de secret pour eux !

 

La flore des antillesTitre : La flore des Antilles
Auteur(s) / Illustrateur(s)
: Jean-Pierre Chaville
Maison d’édition : Éditions Auzou
Année de publication : 2018
ISBN : 9782733858776
Public cible : À partir de 3 ans

 

Les animaux des antilles françaises
Titre
: Les animaux des Antilles françaises
Auteur(s) / Illustrateur(s)
: Patrick David
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2014
ISBN : 9782733832424
Public cible : À partir de 3 ans

 

J’apprécie beaucoup cette collection de documentaires simples et accessibles. Aujourd’hui, j’ai lu « Les animaux des Antilles françaises » et « La flore des Antilles » . Les livres ont une couverture matelassée et de jolies pages en papier glacé. Les photographies sublimes sont savamment choisies et de qualité. On y voit les sujets photographiées en détails et souvent en gros plan; les enfants adorent! On y retrouve toujours un sommaire au début du livre, ce qui est vraiment fantastique lorsqu’on désire faire une recherche sur un sujet (surtout auprès des enfants de première ou deuxième année du primaire !). Les enfants peuvent ainsi s’initier à l’utilisation d’un sommaire et à la recherche documentaire.  Le sommaire de « La flore des Antilles » inclus une traduction en créole, même si le texte du livre est en français. Particulièrement bien adapté pour une exploitation en classe, j’aime bien intégrer de temps en temps les documentaires de cette collection des éditions Auzou dans les boîtes à lire que je confectionne pour les enseignants dans le cadre de mon travail. Les enfants adorent, surtout au premier cycle du primaire ! Voici d’ailleurs un aperçu du catalogue 2018-2019 de la collection:

Auzou Premier animalier

Idée pour une exploitation en milieu scolaire

Mettez le nez dehors ! Rendez-vous avec vos élèves dans la cours de récréation pour observer la flore et la faune locale. Formez des groupes d’environ cinq enfants. Chaque groupe doit trouver une plante, un insecte ou un animal que vous allez par la suite photographier. N’oubliez pas de noter à quelle équipe appartiennent les photos ! Ensuite, travaillez ensemble pour faire une recherche sur les sujets photographiés par les enfants. Pendant ce temps, imprimez les photos. En grand groupe, formez un livre documentaire à la manière des livres des éditions Auzou que vous pourrez garder dans votre salle de classe ! Les enfants développeront leur sens de l’observation, les bases de la recherche documentaire, le travail d’équipe et même, si vous le voulez, des bases en photographie (ce projet pourrait en être un commun entre le cours de sciences, d’arts plastique et de français !) Enseignants, avez-vous utilisé ces livres avec votre groupe classe ?

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ces livres.

 

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Un mouton au pays des cochons

Un mouton au pays des cochonsUn mouton et son fils vivent au pays des cochons. Pas facile ! Pourquoi ? Parce que les moutons et les cochons ne s’aiment pas. Et pourtant…

Parler du vivre ensemble aux enfants, c’est possible avec Un mouton au pays des cochons. Le large format de l’album le rend aussi bien adapté à une lecture devant un groupe en bibliothèque ou en classe. D’ailleurs, les illustrations racontent à elles-seules une histoire. On y rencontre les habitants du pays des cochons, ce qu’ils font de leur journée, la manière dont ils vivent. Par exemple, le caractère d’Édouard, le gardien du square, est bien illustré par ses trois pages où on le voit regarder vers la rue, voir Martin le cochon tomber dans un trou, se retourner pour l’ignorer et ne pas lever le petit doigt pour l’aider. Ou encore cette truie qui a une conversation téléphonique mouvementée assise sur le banc d’un parc. Ou encore cette petite truie qui, le doigt dans le nez en entrant dans une boulangerie, est grondée par son père qui la surprend (elle lui tournera alors le dos pour continuer à se fouiller dans le nez !) Les enfants adoreront tous ces petits détails qui rendent ce livre si familier.

L’histoire nous est racontée du point de vue innocent et naïf du fils du mouton qui a beaucoup moins de mal que son père à se mêler à la société dans laquelle il est minoritaire. Lorsque son père aide son voisin Martin le cochon à se sortir d’une situation gênante, les deux ennemis commencent à discuter, parler autour d’une tasse de thé et finissent par se rendre compte qu’ils ont en fin de compte pas mal de choses en commun ! Ce sera le début d’une belle relation d’amitié entre les deux familles.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire:

  • Où est la maman mouton ? Elle n’apparaît pas dans les photos de famille, mais il y a d’autres brebis dans au pays des cochons. Comment expliques-tu cela ?
  • Comment le cochon et le mouton ont-ils fini par bien s’entendre ? Et toi, que fais-tu pour te rapprocher des gens qui ne te ressemblent pas ?
  • Que remarques-tu dans le texte ? Y a-t-il des mots qui riment ?
  • L’illustrateur utilise beaucoup l’humour. Observe bien les images et trouves trois moments loufoques, drôles ou rigolos.
  • Trouve trois caractéristiques semblables entre les moutons et les cochons.
  • T’arrive-t-il d’avoir peur de ce que tu ne connais pas ? Que fais-tu pour dissiper cette peur ?
  • À ton avis, pourquoi les auteurs ont choisi de mettre en scène des moutons et des cochons plutôt que des personnes humaines ?
  • Alice Brière-Haquet et Pénélope Paicheler ont écrit et illustré d’autres livres. Retrouve-les à la bibliothèque de l’école ou la bibliothèque municipale !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Alice Brière-Haquet & Pénélope Paicheler
Maison d’édition: Éditions Amaterra Bouton acheter petit
Année de publication: 2007
ISBN: 9782732038926
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: Vous êtes à la recherche d’albums parlant de la différence avec des personnes non humains ? Essayez donc À la ferme… Le mouton un peu différent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

L’ours brun qui voulait être blanc


ours-brun-qui-voulait-etre-blancUn ours brun qui s’ennuie seul dans sa forêt décide de partir à l’aventure. Baluchon sur le dos, il observe plusieurs choses qu’il n’a jamais vues auparavant. Mais c’est une fois arrivé au pôle Nord qu’il fait une découverte des plus surprenantes: là-bas, tous les ours sont blancs.

Ce livre n’est pas qu’une histoire sur la l’identité raciale. C’est avant tout une histoire sur l’ouverture sur le monde, sur le départ du cocon familial et sur l’autonomie. C’est l’histoire d’un ours brun, oui, mais aussi l’histoire d’un ours qui apprend à se débrouiller seul. Il est très sûr de lui, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’il rencontre pour la première fois une ourse blanche et ses amies (blanches également) qui insiste un peu trop sur la couleur de sa fourrure. Intimidé par toute cette attention, l’ours décide de se mettre à l’abri des regards indiscrets. Jamais auparavant la couleur de sa fourrure avait-elle été un élément distinctif de sa personne. Et même si les commentaires des ourses blanches et des pingouins sont positifs (« Ça amincit! », « C’est original! », « Le foncé [est] aussi beau que le pâle »), l’ours prend soudainement conscience de sa différence. Il n’est pas qu’un ours. Il est un ours BRUN. Heureusement, il finit par renouer avec l’ourse blanche pour faire plus ample connaissance. Voilà une histoire sur la découverte de l’Autre. Couverture matelassée.

ours-brun-qui-voulait-blanc.jpg

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean Leroy & Bérengère Delaporte
Maison d’édition: Éditions les 400 Coups
Année de publication: 2012
ISBN: 9782895406044
Public cible: 3 à 5 ans
Vous aimerez peut-être: Le mouton un peu différent, un livre d’images qui met en scène des animaux de la ferme, ou encore Fourchon, un livre jeunesse qui parle de la différence et de l’acceptation de soi.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Fourchon

fourchonSa maman est une cuillère. Son papa est une fourchette. Lui, il est un peu des deux. Voici Fourchon ! Il a beau tenter de passer pour une cuillère, puis pour une fourchette, Fourchon n’est jamais choisi lorsque vient le temps de se mettre à table…

Publié dans la collection « Pamplemousse » aux éditions La Pastèque, cet album de Kyo Maclear et Isabelle Arsenault se démarque par son originalité. Il traite de la différence, quelle qu’elle soit, et chaque lecteur pourrait y voir quelque chose de différent. C’est d’ailleurs ce qui m’a plu dans ce livre car j’y vois une analogie avec la mixité raciale. Une maman cuillère et un papa couteau, c’est un peu comme une maman noire et un papa blanc ou vice-versa; c’est pareil et différent à la fois. Fourchon, quant à lui, a hérité des caractéristiques physiques de ses deux géniteurs: la rondeur de sa mère et les pointes de son père. Les enfants métisses pourront s’y identifier facilement.

L’album traite aussi du sentiment d’appartenance et du rejet. Fourchon est bien embêté de n’être pas « une seule chose » et les autres ustensiles le lui font bien sentir. Autrement dit, il détonne, comme les enfants noirs grandissant dans des environnements où il n’y a que des blancs, ou comme les personnes chrétiennes qui vivent dans des pays à majorité musulmane, ou comme des hispanophones discutant dans un café où la clientèle est presque exclusivement francophone… Bref, tous ces moments où certaines personnes ne sont pas tout à fait comme les autres. Malheureux, Fourchon se dit qu’il faut choisir: soit être une cuillère, soit être une fourchette, mais pas les deux en même temps. Il fera preuve d’inventivité en portant un chapeau melon pour se donner un air de cuillère, mais les fourchettes le jugent trop rond. Il tentera alors de porter une couronne de papier pour avoir l’air d’une fourchette, mais les cuillères le jugèrent trop pointu. À la lecture de ce passage, on peut se demander pourquoi Fourchon n’a pas choisi de porter le chapeau melon auprès des cuillères et la couronne de papier auprès des fourchettes. Je pense que là n’est pas vraiment la question; être accepté au sein d’un groupe parce qu’on porte un masque n’est pas ce que veut Fourchon. Il veut plutôt être accepté tel qu’il est. Ce passage démontre tout de même comment le rejet s’articule dans la société: être trop noir(e) pour les blancs ou trop blanc(he) pour les noirs, cela c’est bien sûr déjà vu, encore aujourd’hui ! La solution que propose les auteures n’est pas de trouver un groupe d’ustensiles qui ressemblent à Fourchon (car des instruments de cuisine qui ne ressemblent ni à cuillère, ni à des fourchettes, bien sûr qu’il y en a: les couteaux, les baguettes chinoises, le presse-ail, le rouleau à pâtisserie, la théière, le malaxeur, les verres à vins, etc.) Fourchon finira plutôt par trouver sa place dans la cuisine (c’est-à-dire le monde) en réalisant que parfois, on a besoin justement de quelque chose d’un peu plus rond qu’une cuillère, mais d’une peu plus pointu qu’une cuillère…

Les illustrations d’Isabelle Arsenault sont très belles, mais les couleurs choisies sont un peu fades et n’ont pas plu aux enfants à qui j’ai lu ce livre. Aussi, les pages 17-18 où l’on voit une éclaboussure de ce qu’on devine être de la sauce tomate accompagnée de fruits coupés et d’une moitié de poisson ont suscité des réactions négatives auprès d’eux: dégoût, peur, incompréhension. Les plus jeunes ont décroché à partir de ce moment-là, ne comprenant pas que « la chose malpropre » était un bébé, et encore moins pourquoi on le qualifiait de « chose » comme si c’était un objet. Les pages suivantes où la panique s’installe auprès des ustensiles tâchées de sauce rouge évoquent une scène de guerre ensanglantée. Ensuite, la scène où l’on aperçoit l’ombre de « la chose malpropre » effraie, certains enfants ont même pensé que Fourchon était en grave danger et ne comprenaient pas pourquoi il souriait à la fin. La morale de l’histoire est que Fourchon est en réalité parfait tel qu’il est. Bref, la force de l’album est un peu perdue dans la deuxième moitié un peu violente où les illustrations ne parvient pas à toucher le lectorat cible: les enfants.

Bref, aucun personnage noir n’est présent dans cet album jeunesse, même si un deuxième ou troisième niveau de lecture permet d’y voir des personnes métissées. À la toute fin, on découvre que la chose « malpropre » est un bébé blanc. Voilà donc un album au sujet intéressant et traité d’une manière intelligente et inventive, mais dont les illustrations, bien que magnifiques, semblent déplaire à certains enfants.

* Prix jeunesse des libraires du Québec

fourchon 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kyo Maclear & Isabelle Arsenault
Maison d’édition: La pastèque éditeur Bouton acheter petit
Année de publication: 2011
ISBN: 9782923841038
Public cible: 4 à 6 ans
Vous aimerez peut-être: Vous êtes à la recherche d’albums parlant de la différence avec des personnes non humains ? Essayez donc À la ferme… Le mouton un peu différent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook