Les quatre soeurs March

Les quatre soeurs march ray terciero bre indigoLes quatre soeurs March Meg, Jo, Beth et Amy passent une année difficile. Non seulement leur père est parti à l’autre bout du monde et leur mère se tue à la tâche pour boucler les fins de mois, mais en plus chaque sœur doit affronter ses propres problèmes. Histoires à l’école, soucis de santé, ennuis avec les garçons ou sentiment d’être perdue, les filles March ont toutes besoin de la même chose : se soutenir les unes les autres. En restant unies, ces quatre jeunes femmes trouvent le courage d’être elles-mêmes…

Alerte coup de cœur!!! Je vous le dis d’emblée, ma critique contient de nombreux SPOILERS. Vous êtes averti.e.s! 😉 Ce roman graphique est tout simplement sublime. Les personnages sont bien développés et l’histoire bien ficelée. Chacune des soeurs March a sa propre personnalité, sa passion, ses intérêts et fait face à ses propres difficultés. Meg est l’aînée et la fille biologique de Mr. March. Si elle s’intéresse à l’univers de la mode au début du récit (elle voudra même épouser un riche garçon afin que l’argent ne soit plus jamais un soucis pour elle), elle restera longtemps gênée par la pauvreté de sa famille. Son origine modeste et le fait d’avoir grandi à Brooklyn finira par devenir une fierté et, à la fin du récit, elle annoncera vouloir entamer des études de droit pour pouvoir aider les familles démunies. Tout au long de l’histoire, on voit Meg porter diverses coupes de cheveux: des tresses avec des rallonges, des perruques, un afro, des twists (vanilles), des tresses courtes, un brushing, des fauxlocs, des updos, un TWA, etc. Cela représente bien la manière dont les femmes noires portent leurs cheveux dans la vraie vie.

Jo est la fille biologique de Mme March. Elle a été adopté par Mr. March à son grand bonheur. Passionnée de littérature, elle lit du Toni Morrison, du Jennifer Egan, du Alice Walker ou du Michael Cunningham. Même si elle est blanche, elle est très au fait des problématiques touchant les communautés noires et n’hésite pas à manifester pour défendre leurs droits ou celui des femmes. Elle se découvrira lesbienne et apprendra à s’accepter telle qu’elle est. On découvrira aussi que sa tante célibataire l’est aussi et n’a jamais eu de relation amoureuse par évitement car elle n’accepte pas son homosexualité. Les deux femmes, malgré des débuts rocailleux, finiront par être très proches.

quatre soeurs march 3

Beth et Amy sont les deux filles biologiques de Mr. et Mme March. Beth s’intéresse à la musique et sa chanteuse préférée est Nina Simone. D’abord timide, elle surmontera sa peur et trouvera le courage de chanter en public après avoir vaincu le cancer. Elle ne s’entend pas toujours avec sa petite sœur qui n’apprécie pas devoir partager sa chambre avec elle. Beth est très studieuse et travaillante. Son diagnostic de cancer tombera comme une tonne de pierres sur la famille. Par solidarité, ses trois sœurs se raseront les cheveux lorsque la chimiothérapie lui fera perdre les siens.

Amy est la petite dernière, mais elle ne manque pas de personnalité. Même si elle adore se chamailler, ses dehors un peu brusques cachent un cœur vulnérable qui se fait du souci pour sa famille. D’abord égoïste, elle apprendra à développer son empathie et à relativiser les choses. Elle est une pure geek: elle apprécie les super-héros, les jeux vidéo, le dessin, les couleurs pastels et les arcs-en-ciel. Et même si on se moque d’elle, elle demeurera persuadée d’être la plus cool. Bravo pour elle! Cela dit, elle sera tout de même très blessée par l’intimidation qu’elle subit à l’école. À un moment du récit, son enseignante la surprendra en train de dessiner durant son cours d’histoire. Elle sera grondée et l’enseignante dira que les « gens comme elle » doivent travailler encore plus. Amy sera dévastée et humiliée par ce qu’elle pense être du racisme. Par « les gens comme elle », faisait-elle référence aux personnes noires?? Elle découvrira plutôt que son enseignante, impressionnée par son talent en dessins, voulait plutôt dire que si Amy veut travailler dans le domaine des arts, il faudra travailler très dur, et ça commence par être attentive en classe. Par « les gens comme elle », elle voulait plutôt dire « les artistes ». L’enseignante l’encouragera à poursuivre ses rêves de devenir bédéiste.

quatre soeur march 4

Mr. March est un militaire déployé au Moyen-Orient. C’est un père aimant et aimé qui sera blessé à la guerre. Il manque beaucoup à toutes les filles et femmes de sa famille, et elles lui écrivent souvent des courriels et des lettres. La bande dessinée est d’ailleurs entrecoupée de ces messages retranscrits tels qu’on les voit sur un écran d’ordinateur ou sur une feuille de papier. Il y a aussi le journal intime de Jo dans lequel elle se confie, et le carnet de pensées de Meg. Le récit garde un bon rythme tout au long de l’histoire qui se déroule sur plusieurs années. J’ai aussi aimé que la bande dessinée de Rey Terciero aborde la thématique queer, ce qui ne se fait pas souvent en littérature jeunesse. Points boni pour la présence d’une belle diversité corporelle parmi les personnages du livre: on y voit des corps grands et élancés, petits et trapus, maigres ou gros. Vous devez absolument lire cette bande dessinée. Elle plaira aux préados, aux ados et aux jeunes adultes. Un tour de force. Sublime!

Coup de cœur!

Bre Indigo est une illustratrice noire américaine et queer.

Bre indigo

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Les quatre soeurs MarchBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Rey Terciero & Bre Indigo
ÉDITION: Jungle, 2019
ISBN: 9782822228060
28,95$
10 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu ?
Vous aimerez peut-être Roller Girl, ou encore Le Garçon sorcière, deux bandes dessinées jeunesse avec des personnages queer. Essayez aussi La grande aventure de Concombre.

rollergirl    Garçon sorcière    grande aventure de concombre royaume du donut

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Mes plus beaux chants de gospel

Mes plus beaux chants de gospel

Écoute les plus beaux chants de gospel : Amazing Grace ; Down by the riverside ; Go down Moses ; Oh Happy Day ; When The Saints Go Marchin’In. Des puces faciles à voir pour les petits !

Ce livre sonore est constitué de 10 pages cartonnées. Chaque double page croque un moment de la vie de personnes noires, accompagnée d’une chanson à découvrir. L’éditeur, Larousse, aurait pu s’intéresser au gospel contemporain, celui que l’on entend résonner aujourd’hui dans les églises baptistes et évangéliques nord-américaines. Il a plutôt choisi d’éditer un livre sur le gospel traditionnel, apparu au XXe siècle durant la période esclavagiste au États-Unis. C’est du moins ce que laissent supposer les illustrations qui mettent en image des scènes clairement associées à cette période: Diverses familles dans des chaloupes tentant de fuir pendant la nuit, des personnes regroupées dans un champ, une famille préparant le souper à la marmite dans ce qui ressemble à une case en briques, ou encore des personnes traversant une rivière avec des drapeaux blancs de fortune. Je veux bien laisser le bénéfice du doute à l’illustratrice, mais à mon sens, il y a clairement une tentative d’illustrer l’Amérique du XIX siècle. J’ai donc été dérangée par le fait que tous les personnages du livre sourient et semblent heureux. Pourquoi donc avoir choisi d’illustrer des personnes prises en esclavage ou victimes de ses répercussions de manière heureuse?? 😬 Surtout lorsque les chants gospel chantés sont particulièrement tristes??? Lorsqu’on s’attarde à la signification des chansons, l’amalgame devient encore plus « malaisant »:

Mes plus beaux chants gospel 3

  • Down by the riverside fait référence à la rivière de l’Ohio qui séparait les états esclavagistes de ceux qui ne l’étaient pas. La rivière à traverser est donc celle qui menait vers la liberté pour de nombreux esclaves.
  • « Go Down Moses », par le biais d’une analogie avec le pharaon d’Égypte et Israël, évoque le désir d’émancipation des afro-américains de leurs maîtres esclavagistes. « Let my people go », entend-on dans la chanson. Ça ne peut être plus clair. Aussi, il est intéressant de savoir que cette chanson était chantée par les esclaves américains pour signifier qu’Harriet Tubman était dans les parages et que les possibilités d’évasion étaient meilleures.
  • Amazing Grace a été écrit par un négrier converti et louange la grâce de Dieu. Dans le texte du livre, on dit d’ailleurs que cette mélodie nous invite à « lever les yeux vers le ciel et à garder espoir ». On suppose donc que, par la grâce de Dieu, les esclaves en fuite illustrés à la première page parviendront à échapper à leur condition.
  • « When the Saints Go Marchin’ in » est un chant funèbre. Sur l’illustration accompagnant la chanson dans le livre, on aperçoit des personnes sortant d’une église, instruments à la main et le sourire aux lèvres. 🙄

Bref, ce livre manque clairement de sensibilité. Et, oui, ce sont des chansons gospel, mais pas toujours chantées en version gospel (c’est-à-dire des mélodies simples généralement en ton majeur et au rythme répétitif). Les versions de « Go Down Moses » et « When the Saints go Marchin’ in » choisies sont celles jazzées de Louis Armstrong. Seules « Amazing Grace » (Mahalia Jakson), « Down by the riverside » (The Golden Gate Quartet) et « Oh happy day » (The Famous Davis Sisters) sont effectivement chantées de manière gospel. Le seul point positif que j’ai pu trouver à ce livre sonore est que les extraits musicaux sont assez généreux (aux alentours d’une vingtaine de seconde chacun). Ugh. Non recommandé.

Mes plus beaux chants gospel 2

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Mes plus beaux chants de gospelBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Marie Paruit
ÉDITION: Larousse, 2019
ISBN: 9782035977755
17,95$
2 ans ET PLUS

Ce livre vous a plu ?
Vous aimerez peut-être L’âne au crottin d’or, ou encore Épaminondas, deux livres accompagné d’un CD audio.

crottin      épaminondas

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

My life matters

my life matters

Marvin et Tyler Johnson sont des jumeaux noirs américains de 17 ans. Tyler se rend à une fête organisée par un gang et Marvin l’accompagne pour veiller sur lui. Une descente de police soudaine durant la fête sépare les deux frères. Au matin, Marvin apprend la mort de Tyler mais une vidéo sur Internet montre qu’il a été abattu par la police alors qu’il rentrait chez lui. Premier roman.

Avant même de donner mon appréciation de ce roman, il faut absolument que je dise que son titre m’a beaucoup agacé. Le roman original a été publié sous le titre « Tyler Johnson was here » : il me semble qu’il s’agit d’un titre beaucoup plus approprié qu’on aurait pu simplement traduire par « Tyler Johnson était ici ». Pourquoi donc se casser la tête ? J’imagine que l’éditeur voulait faire un clin d’oeil au mouvement Black Lives Matter dont il est question dans le roman. Le résultat se révèle assez maladroit puisque « My life matters » (et ses variations telles que « All Lives Matter » ou « White Lives Matter ») est une phrase souvent répétée et un hashtag utilisé par des personnes blanches pour décrédibiliser le mouvement ou pour souligner qu’ils ne « voient pas la couleur », une manière insidieuse de nier les inégalités raciales. Après tout, on ne peut pas régler un problème (i.e. le racisme) si on décide de ne pas reconnaître son existence. De plus, une personne noire utiliserait simplement « Black Lives Matter », même pour parler de sa propre existence, et non « My Life Matters » puisqu’elle se sent naturellement comme faisant partie d’un mouvement plus large qui touche des personnes partageant le même héritage qu’elle. D’ailleurs, le titre français m’a agacé au point qu’il est la raison première pour laquelle ce roman a attiré mon attention sur l’étagère de ma bibliothèque municipale. Niveau marketing, l’éditeur a plutôt bien fait ! 🤷🏿

 

my life matters tyler johnson was here
Version originale américaine du roman de Jay Coles.

 

Voilà, c’est dit. Il fallait que ça sorte. Bon, après, j’ai bien aimé ce roman ! Qui de mieux pour raconter l’histoire d’un jeune américain noir qu’un jeune américain noir ? En effet, l’auteur Jay Coles a écrit ce roman avant d’atteindre l’âge de 25 ans. Les personnages parlent et se racontent d’une manière toute naturelle. #OwnVoices. Je me suis beaucoup attachée à Marvin et à son histoire. Son désir de réussite, de vivre une vie normale et sa capacité à faire face aux difficultés m’ont beaucoup touchée. J’ai ressenti toute sa frustration face au racisme ordinaire, aux micro-agressions et aux inégalités raciales. Je n’ai pas lu énormément de romans pour ados ayant un personnage principal baptiste, noir et geek. De plus, les meilleurs amis de Marvin sont une métisse ouvertement lesbienne et un latino originaire de la Colombie, ce qui n’est pas sans ajouter un mirroir intéressant pour les personnes racisées et issues de la diversité sexuelle qui elles aussi peinent à trouver des livres qui leur offrent une représentation positive d’elles-mêmes. Bravo !

Au ton de sa voix, je sais déjà de quoi il s’agit. Pas de roses et des choux-fleurs, non. Ce soir, on aura droit au sermon, LE sermon. Celui qu’on a déjà entendu si souvent mais jamais assez. Le sermon que toutes les mères et les pères noirs dispensent à leur progéniture au moins une fois par mois. Le sermon « tu-vis-dans-un-monde-de-Blancs-alors-sois-prudent ». Mama le veut encore plus après ce qui s’est passé hier soir. (p.29)

Dans le roman, on retrouve plusieurs allusions à la culture noire américaine comme le rappeur Tupac, l’autrice Toni Morrison et l’auteur Langston Hughes. J’aurais aimé une traduction canadienne car la traductrice de chez Hachette a opté pour un langage familier que j’imagine parisien, qui parfois clashait avec le contexte américain lorsqu’il était trop appuyé. Un « mec » ou « barge », ça passe, mais les « relou » et « ouf » m’ont fait décrocher à quelques reprises. L’histoire se lit sans difficultés, et m’a fait vivre toute une gamme d’émotions : la colère face à l’assassinat par des policiers de gamins noirs pour avoir « joué de la musique trop fort et perturbé la tranquilité » (p.91), l’exaspération face à l’absence du père condamné pour un crime qu’il n’a pas commis, la tristesse à la suite de la disparition de Tyler, la douleur d’une mère monoparentale ayant perdu un de ses fils, l’espoir lorsque Marvin sera enfin accepté à l’université de son choix. Même si l’histoire n’est pas très originale (il existe plusieurs romans sur la brutalité policière envers les afro-américains sur le marché qui suivent la même trame narrative), et que j’avais une vague impression de déjà-lu en lisant ce roman, j’ai tout de même bien apprécié ma lecture!

Y a aussi tellement de #AllLivesMatter débiles que ça me fout la tremblote. Tous ces gens qui ignorent que les Noirs n’ont jamais été inclus dans le All. All-American veut dire Blanc. All-inclusive veut dire Blanc. All lives veut dire vies de Blancs. Du pipeau tout ça. Les Blancs ne se soucient que d’eux-mêmes, ça me rend dingue qu’ils camouflent leur haine derrière ces posts. (…) Le venin anonyme des réseaux sociaux. (p.147).

Jay Coles est un auteur américain.

Jay Coles

 

Pour vous procurer ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:
My life matters
Auteur(s)
: Jay Coles Bouton acheter petit
Édition: Hachette, 2018
ISBN: 9782016270158
Prix: 22,95$
À partir de 13 ans

 

Ce livre vous a plus ?
Vous aimerez peut-être La Haine Qu’on Donne, un roman sur la brutalité policière et le mouvement Black Life Matters. Frères, un roman pour ados dont les deux personnages principaux sont des jumeaux passionnés de basketball, pourrait aussi vous plaire.

La haine qu'on donne         Frères Kwame Alexander

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Le zébu né d’un œuf d’oiseau de Paradis

Le zébu né d'un oeuf d'oiseau de ParadisC’est l’histoire d’une petite fille, Faravavy, qui trouve dans la forêt un œuf extraordinaire : un œuf de Tsiketriky, un œuf d’oiseau de paradis. Chaque jour, en cachette de sa famille, elle le regarde grossir, grossir. Un jour enfin, l’œuf éclôt. Quelle surprise quand elle voit en sortir un drôle d’animal. Un gros, très gros même, et sans aucune plume! La petite, dans le plus grand secret, soigne son beau zébu. Mais sa mère s’étonne des disparitions de Faravavy et envoie les deux aînées surveiller leur benjamine. Après avoir découvert l’existence du zébu, les parents éloignent la fillette, attrapent la bête et la traînent au village où elle est tuée et mangée…

Un beau livre pour découvrir un conte de Madagascar. Le livre est accompagné d’un CD où on peut entendre quelques uns des instruments traditionnels malgaches, comme le valiha, le xylophone-sur-jambes, la sodina et le jejivoatavo. On retrouvera également une courte présentation des principaux instruments que nous entendons sur le CD à la fin du conte. Le CD d’accompagnement est agréable à écouter. Intéressant !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Écrit et raconté par Muriel Bloch ; illustré par Zaü
Maison d’édition: Gallimard
Année de publication: 2006
ISBN: 9782070574254
Public cible: 7 à 12 ans
Vous aimerez peut-être: Contes et musiques d’Afrique, un livre audio.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Little Lou

Little louLittle Lou a la musique dans la peau. Il a la chance d’habiter au-dessus du Bird Nest, le petit bar où joue Slim, le pianiste. Lou y descend tous les jours prendre sa leçon. À la mort du vieux Slim, Lou hérite de son piano. Le Bird nest est transformé en boîte de nuit. Un soir, des gangsters font irruption dans le bar. Mais Lou est là…

Magnifiquement raconté, ce roman intelligent au format agréable restitue l’ambiance des années folles du jazz du sud des États-Unis. L’histoire nous est racontée tant par le texte que par les illustrations qu’il faut bien analyser et comprendre afin de ne rien manquer, car ces dernières font autant avancer le récite que les mots. La douceur des traits et les couleurs sépia, presque timides, accompagne à merveille le texte, tantôt succinct, tantôt plus long, dynamisant ainsi la lecture. Le passage où des criminels s’introduisent dans Bird Nest nous est raconté par des bandes dessinées, donnant à l’auteur le loisir de s’attarder plus longuement sur ce moment clé du récit et d’enchaîner rapidement les péripéties. Lorsque ceux-ci sont arrêtés, le livre reprend le format d’un roman.

Il existe une version de ce livre avec CD et une version sans CD. Dans la version accompagnée d’un CD audio, on retrouve de magnifiques improvisations de Memphis Slim, du jazz, du blues, de la musique classique au piano et une narration juste et rieuse de Jean Claverie, petit accent américain en plus ! En dix-sept minutes, le roman complet est lu. Pour le passage en bandes dessinées, le lecteur narre ce que l’on vlittle lou 2oit comme un roman. J’ai adoré le CD d’accompagnement, je l’aurais relu quatre ou cinq fois, sans problèmes !

Parents, vous avez essayé de faire lire et écouter ce roman à un enfant d’âge scolaire ? Parfait pour partager un moment de lecture parent-enfant. N’oubliez pas : si votre enfant sait déjà lire, continuez tout de même à lire avec lui. Il se sentira valorisé, important et progressera très vite dans ses apprentissages. Enseignants, pourquoi ne pas offrir une activité spéciale à vos élèves en les faisant écouter ce livre en fin d’étape ? Ne prévoyez pas nécessairement d’évaluation pour ce livre; il est bien parfois de lire simplement pour le plaisir !

 

* Ce livre est recommandé par l’Éducation Nationale de France.

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean Claverie
Maison d’édition: Gallimard jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 1994
ISBN: 9782070659562 ou 9782070537167 (avec CD audio)
Public cible: 8 ans et plus.

Vous aimerez peut-être: Dans la même série, il y a Little Lou: la route du sud.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La batterie de Théophile

TBatterie de Théophilehéophile s’est bricolé une contrebasse avec un bâton, un bout de ficelle et une vieille bassine. Il s’installe au bord du lac, mais il a oublié que c’est précisément l’heure de la sieste des animaux. Trois d’entre eux viennent lui chercher noise, mais il les transforme en élément de batterie et entame un superbe blues.

J’ai adoré ce livre ! Parfait pour les lecteurs débutants, on retrouve un CD d’accompagnement où l’auteur raconte l’histoire avec de nombreux morceaux de musique jazz. Un délice ! De plus, la narration de l’histoire est suivi d’un atelier pour fabriquer une « batterie de cuisine » de manière autonome. Les enfants sont ainsi invités à trouver certains objets dans la maison (bassine en plastique, cuillère en bois, boîte, feuille de papier d’aluminium, couvercle de casserole, etc.) afin de créer eux aussi de la musique à la manière de Théophile.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire

La trame narrative répétitive de ce livre se prête bien à un exercice de compréhension écrite auprès des élèves de 2ème ou 3ème année du primaire. Voici quelques idées de questions à leur poser à la suite de la lecture (seul ou en groupe), du livre de Jean Claverie:

  • Quel animal Théophile rencontre-t-il en premier ?
  • Où se déroule l’histoire ?
  • Associe l’animal avec l’instrument inventé de Théophile, ainsi que le bruit qu’il produit:
    • Crocodile
    • Toub!
    • Ksisss!
    • Symbale
    • Grosse caisse
    • Serpent
    • Hippopotamme
    • Contrebasse
    • Klek !

Batterie de Théophile 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean Claverie
Maison d’édition: Gallimard JeunesseBouton acheter petit
Année de publication: 2003, 2018
ISBN: 9782075101820
Lectorat cible: 5 à 9 ans.
Vous aimerez peut-être: Bien fait pour le diable !, un livre avec un CD d’accompagnement.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Little Lou : La route du sud

Little Lou 2 Route Sud couv.inddLittle Lou parcourt le Sud des États-Unis avec ses amis musiciens. Le succès les accompagne, mais un cyclone met brusquement fin à leur tournée. Little Lou continue seul sa route. Arrivée à destination, il découvre la vie à la plantation. Il retrouve Sonny qui va lui livrer un à un les secrets de sa musique.

J’ai lu le premier roman de Little Lou avec beaucoup d’intérêt. Dans ce deuxième tome, on constate que Lou grandit, qu’il réalise de plus en plus le racisme ambiant des États-Unis du XXème siècle, et que la musique peut servir à autre chose qu’à faire danser; elle peut apaiser, faire du bien et émouvoir. Ce tome se lit très bien de manière indépendante, sans avoir lu Little Lou. Par contre, c’est avec énormément de plaisir qu’on retrouve des personnages et un contexte familiers. Le récit se déroule à une époque où, bien que l’esclavage ait été aboli aux États-Unis, de nombreux afro-américains travaillent toujours dans les champs de coton et de canne à sucre comme des esclaves.

Le texte nous est raconté par Lou, un petit garçon haut comme trois pommes, très intelligent et vif d’esprit, mais qui ne comprend pas toujours tout au monde des adultes. Dans sa narration, le narrateur brise fréquemment le quatrième mur et s’adresse directement au lecteur. Cela donne vraiment l’impression de s’adresser à un ami ou à un lointain membre de la famille, comme si Lou existait réellement.

Les images n’illustrent pas simplement ce qui est décrit ou raconté dans le texte, elles participent activement à la narration en donnant au lecteur de l’information additionnelle et en faisant elles aussi avancer le récit. Il existe dans ce petit roman de 60 pages un bel équilibre entre le texte en prose, les planches de bandes dessinées et les illustrations. À noter que les illustrations contiennent des mots en anglais. La route du sud est un roman fantastique que l’on prend plaisir à lire plusieurs fois.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean Claverie
Maison d’édition: Gallimard jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2003
ISBN: 9782070659159
Public cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: Ti Pinge, un roman accompagné un document audio.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Des blanches et des noires: Pas de pause pour la ségrégation

Des blanches et des noires pas de pause pour la ségrégation Isabelle WlodarczykDans les années 40, une fillette noire donne son premier concert de piano. Ses parents sont fiers de venir la voir jouer. Mais un couple de Blancs arrive et leur demande de céder leurs places…Une histoire émouvante sur la ségrégation, inspirée d’un moment de la vie de Nina Simone.Suivi d’un dossier documentaire faisant écho au récit : la ségrégation et ses liens avec la musique des Noirs américains. Les chants que les esclaves entonnaient pour se donner du coeur à l’ouvrage puis ceux des militants des droits civiques criant leur désir de liberté.

Économe en mots, mais puissant, cet album s’inspire de ce moment où la chanteuse afro-américaine Nina Simone, encore enfant, a été témoin de l’humiliation de voir ses parents devoir céder leur place à un couple de Blancs lors d’un de ses récitals de piano. La moitié de l’album est consacré à ce récit, court et efficace, qui nous touche droit au coeur. Les illustrations aux couleurs froides évoquent la solitude, la mélancolie et la tristesse. Dans une deuxième partie de l’album, on retrouve un dossier très complet la ségrégation aux États-Unis: on y parle du rôle qu’a joué la musique dans l’émancipation des noirs américains, des lois Jim Crow, du Black Face, du KKK, et des leaders de la liberté tels que Martin Luther King et les Black Panthers. On n’oublie pas de souligner qu’aujourd’hui encore, et malgré l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, le pays de vit pas dans une ère post-raciale et la couleur de la peau demeure un élément central de la culture américaine. Un livre excellent.

Coup de coeur !

Un livre pour souligner le mois de l’histoire des Noirs.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Isabelle Wlodarczyk & Hajnalka Cserhati
Maison d’édition: Oskar éditeur
Année de publication: 2016Bouton acheter petit
ISBN: 9791021404502
Public cible: 11 ans et plus
Vous aimerez peut-être: De la même auteure, il y a L’Arbre aux fruits amers. Si vous cherchez un livre qui parle aussi de Nina Simone, essayez l’album Nina.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Un air de liberté à Congo Square

air de liberté congo square

Tous les jours à la Nouvelle-Orléans, les esclaves doivent obéir à leurs maîtres. Tous les jours sauf le dimanche, où ils peuvent aller chanter et danser à Congo Square, le seul endroit où rêver leur est permis.

Le livre débute par une note de l’auteur expliquant l’origine historique du parc Louis Armstrong, autrefois nommé Congo Square, où les esclaves se réunissaient le dimanche pour danser, jouer de la musique et renouer avec leurs diverses origines africaines. Le texte se lit comme un poème rimé qui décompte les jours de la semaine, idéal pour la lecture à voix haute. Présence de repères historiques à la fin du livre. Un album tout simplement magnifique.

un-air-de-libertc3a9-congo-square-2.jpg

Coup de cœur !

* Prix de l’illustration catégorie album par le New York Times en 2016.

R. Gregory Christie est un illustrateur américain.

R. Gregory Christie

Carole Boston Weatherford est une écrivaine et critique littéraire américaine.

Carole Boston Weatherford

Auteur(s) / illustrateur(s) : R. Gregory Christie & Carole Boston Weatherford
Maison d’édition: Éditions Piccolia Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782753044234
Public cible: 5 ans et plus
Vous aimerez peut-être : Harriet et la terre promise, un album sur la vie de Harriet Tubman, née esclave, qui s’est enfuie jusqu’au nord des États-Unis et au risque de sa vie, elle est revenue au sud dix-neuf fois pour mener plus de trois cents des siens jusqu’à la « Terre promise ».

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Bien fait pour le diable !

Bien fait pour le diableIl était une fois un homme qui portait un nom bizarre. On l’appelait El Bizarron. Le chapeau de paille vissé sur la tête, ce gars-là avait une carrure impressionnante et n’avait peur de rien ni de personne. Quand le diable lui-même lui proposa de travailler pour lui, en enfer, il accepta sans sourciller. Dans cette histoire, le plus effrayant n’est peut-être pas celui qu’on croit…

J’ai grandement apprécié la lecture et l’écoute de ce livre audio. J’y ai découvert la musique cubaine avec délectation. Étrangement, j’ai mieux aimé la narration de Bloch que dans La dernière colère de Sarabuga, de la même auteure. Le bruitage et la musique rend vivant le récit sur le CD d’accompagnement. Chaque plage du CD est indiquée en bas de page de l’album. On retrouve une carte de la région cubaine ainsi qu’un dossier très complet sur la musique de ce pays à la fin du livre, notamment afro-cubaine. À découvrir !

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Muriel Bloch & Bertran Bataille
Maison d’édition: Gallimard Jeunesse
Année de publication: 2007
ISBN: 9782070611355
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: La dernière colère de Sarabuga, un livre audio aussi signé et raconté par Muriel Bloch.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook