Baby-sitters Petite soeur : Karen et la sorcière

Dans cette série dérivée du célèbre Club des Baby-Sitters, les petites soeurs s’emparent de la scène! Karen Brewer aime ses deux familles. Cela veut dire deux Noëls, deux fois plus de jouets et deux maisons. À côté de chez son père et sa belle-mère vit Mme Porter, alias Morbida Destinée. Karen est convaincue que Mme Porter est une sorcière. Elle porte de longues robes noires, ses cheveux sont gris et ébouriffés, et elle a un chat noir. En plus, elle passe son temps dans son jardin à s’occuper de ses herbes aromatiques. Karen est sûre que son effrayante voisine prépare une réunion de sorcières. Comment va-t-elle persuader ses amis qu’elle a raison?

L’éditeur dit de cette BD qu’elle évoque les préjugés et célèbre les différences. Je n’ai pas du tout eu cette impression en lisant ce livre. Si Karen a beaucoup de préjugés envers sa voisine qu’elle pense être une sorcière, à aucun moment elle n’apprendra qu’il faut connaître une personne avant de la juger ni ce que sont les préjugés. On lui dit simplement d’arrêter d’espionner les gens. Et Karen ne se contente pas de vouloir découvrir si sa voisine est une sorcière ou pas, elle va jusqu’à lui prêter des fausses intentions, l’accuser de comploter pour faire du tort au voisinage, et ira même jusqu’à se pointer chez la voisine pour gâcher son club de jardinage en portant ses accusations devant tous les invités.

Heureusement, Hannie (une petite fille noire), sa meilleure amie quand elle est chez son père, sera là pour tenter de la raisonner un peu. Elle aura des appréhensions quant aux plans de Karen et essayera de la décourager de poser certaines actions répréhensibles. Hannie a un rôle tout de même assez mineur. On ne saura pas si elle a aussi été punie pour avoir été complice des agissement de son amie.

Disons que cette adaptation aurait bénéficié d’une mise à jour car l’histoire a assez mal vieilli. Les personnages principaux sont très jeunes (6 ans) et je doute que leurs aventures intéressent vraiment les enfants de 8, 9, 10 ans. Or, le texte est trop complexe pour qu’un enfant de 5-6 ans le lise de manière autonome. Je n’ai pas aimé.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Baby-sitters petite soeur: Karen et la sorcière
AUTEUR(S) : Katy Farina, d’après Ann M. Martin
ÉDITIONScholastic, 2020
ISBN: 9781443181266
PRIX: 16,99$
6 à 8 ANS

L’amie

amie sarah stewart david smallBelle est une petite fille sage et étonnante à la fois. Elle croit pouvoir tout faire toute seule comme si elle était déjà une grande personne. Heureusement, Béa, sa grande amie, veille sur elle…

D’un point de vue technique, le livre est super. Les illustrations aux traits ronds et aux tons doux et pâles m’ont beaucoup plu. La narration est fantastique aussi; comme il était intéressant de découvrir ce qui berce les semaines de Béatrice et d’Annabelle un jour à la fois. Et comme il était doux de constater à quel point elles semblaient s’aimer. Cela étant dit, toute la douceur des illustrations et tout le côté paisible de la relation amicale entre les deux personnages contraste avec la violence de leur situation. D’un côté, la petite Annabelle est négligée par ses parents qui sont trop occupés à travailler et à aller à des soirées mondaines plutôt que de s’occuper de leur fille. Annabelle ne semble pas non plus avoir d’amis de son âge. Même si la famille d’Annabelle vit dans le luxe et la richesse monétaire, Annabelle est affreusement seule. C’est donc sans surprise qu’elle développe une amitié avec sa gouvernante, qui se révèle être la seule figure parentale stable de son existence.

D’un autre côté, Béatrice effectue un travail exigeant, pour lequel elle est probablement sous-payée et ne reçoit pas de reconnaissance. On en connaît très peu sur elle. Qui est-elle? Quelle est son histoire? Comment s’est-elle retrouvée à travailler pour cette famille? Est-elle heureuse? Elle travaille 6 jours sur 7 et vit dans une maison qui n’abrite pas sa famille. Le dimanche, elle va à l’église et le soir, elle regarde deux photo-portaits posés sur sa table de chevet. Qui sont ces gens? Des amis? Une fille? Un frère? Un mari? Où sont-ils? Ou bien est-ce une photo d’elle même, diplômée, mais qui se retrouve quand même à travailler comme femme-à-tout-faire pour une famille de riche? Les auteurs ne nous donnent pas toutes les réponses, et c’est l’une des forces de cet album: quand tout n’est pas dit, le lecteur peut y aller de son interprétation personnelle.

the-friend-small

On ne peut ignorer les relations raciales présentes dans cette histoire dont le contexte semble être celui d’après-guerre. Béatrice est noire et gouvernante. Annabelle est blanche et riche. L’album n’aborde pas cet aspect, ni même l’auteur dans sa dédicace en fin de livre où l’on peut voir la véritable Annabelle (l’auteure – Sarah Stewart) et sa gouvernante. Beaucoup de non-dits, donc, dans cet album, qui célèbre davantage la relation entre Annabelle et Béatrice qu’il n’aborde la question de la race, du racisme d’après-guerre et du the-friend-illustration-david-smallprivilège racial.

La dernière scène du livre m’a touchée. Un jour ensoleillé, Béatrice sauve la vie de la petite Annabelle qui, voulant récupérer un ballon rouge tombé à l’eau, passe à deux doigts de se noyer. Le soulagement ressenti par Béatrice est indéniable, alors qu’elle prend la fillette dans ses bras, heureuse qu’un drame ait pu être évité. Elles s’aiment, oui. De manière naturelle ou par la force des choses. Ou peut-être un peu des deux. Car au final, chacune à leur manière, elles n’ont qu’elles au monde.

 

Je remercie les Éditions des éléphants de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Sarah Stewart & David Small
Maison d’édition: Les Éditions des éléphants
Année de publication: 2015 (2004 pour la version originale)
ISBN: 9782372730068
Public cible: 6 à 9 ans
Vous aimerez peut-être: Josephine, pour le contexte historique.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Enfants cherchent parents trop bien (pas sérieux s’abstenir!)

enfants cherchent parents trop bienIl y a bien longtemps, vivait une petite fille qui faisait la joie de ses parents. Hélas! le malheur, on le sait, arrive souvent sur la pointe des pieds… Et voilà Élise obligée de vivre avec une femme qui n’a vraiment rien d’une mère.

Les parents ne sont pas parfaits. Ils font des erreurs, ils blessent parfois, ils mettent la honte à leurs enfants, ils ont de ses idées farfelues, ils sont trop poules, trop laxistes, trop différents des autres, trop stressants, trop stressés, trop désinvoltes, trop sérieux, trop impliqués, trop curieux , trop cools ou pas assez… Ils sont parfois racistes, ont la gueule de bois, ils fument sans arrêt,  ils mentent, ils oublient de venir chercher leurs enfants, parfois ils ne les aiment pas (ou ils les aiment trop)… Tout ça, ce livre jeunesse l’aborde avec justesse par le biais de petites annonces placées par les enfants voulant changer de parents. Génialissime. Attention! Pour lecteurs avertis.

Fille haïtienne adoptée, 8 ans, cherche parents noirs pour passer inaperçue. Cède ses gentils parents adoptifs bien blancs à enfant russe ou roumain. Arrangement à l’amiable si langue française courante. (p. 31).

Auteur(s) / illustrateur(s) : Élisabeth Brami & Loïc Froissart
Maison d’édition: Seuil jeunesse
Année de publication: 2014
ISBN: 9791023501216
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: D’un monde à l’autre, un livre jeunesse qui explore ce qui définit être parent (surtout d’un point de vue de l’adoption).

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

Tickle Tickle

tickle tickle« Me papa tickle me feet, he call it ‘finger treat' ». Written with a distinctive rhythm and energy that perfectly captures the laughter of a child, Tickle Tickle recreates a game played in every family. A splendid celebration of playing, laughing and loving, this is a striking and accessible picture book with universal appeal.

A lovely story about the love between a father and his child. A strong bond connects them while they play and laugh together. The grammatically incorrect sentences did not bother me at all; they rather give the story a nice rhythm to the language and has cultural value to many african american families. Naive painted illustrations and rigid pages, perfect for babies and toddlers. A must read! Looking for more stories involving black fathers and their sons in children literature?

Author : Dakari Hru & Ken Wilson-Max
Publishing company: Lee & Low books
Publication date: 2002
ISBN: 0761319395
Target audience: Babies

You might like: Just the two of us, or Plus grand que papa.

Learn more about Zimbawean author Ken Wilson-Max

ken wilson-max

Did you read this book to a child? Share your experience in the comments!

La fête des morts

fête des mortsSur le chemin qui doit les mener à l’école, Frantz et Vieux Os croisent Vava. Dès lors, Vieux Os sait ce que signifie  » mourir d’amour « . Un cortège funèbre entraîne les deux garçons jusqu’au cimetière, où règne une joyeuse atmosphère. Au terme de cette journée initiatique, où il découvre le destin que les dieux lui ont tracé, Vieux Os est habité par de nouvelles certitudes.

Haïti dans un livre pour enfants, ça ressemble à un débordement de couleurs, de saveurs, d’odeurs. Ça ressemble à La fête des morts de Dany Laferrière. Et c’est pas mal du tout! J’ai quand même moins aimé que Je suis fou de Vava, mais cet album, magnifiquement illustré, est une belle occasion de découvrir ce pays, ses coutumes et, pourquoi pas, la vie d’un garçon de dix ans qui, cet été-là, commençait déjà à devenir un homme. Très bon.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Dany Laferrière & Frédéric Normandin
Maison d’édition: Les Éditions de la Bagnole Bouton acheter petit
Année de publication: 2009
ISBN: 9782923342276
Public cible: 5 à 11 ans.

∗ Finaliste du prix du livre jeunesse des bibliothèques de Montréal (2010) (Canada)

Découvrez Dany Laferrière, Immortel de l’Académie française.

 dany-laferriere

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Je suis fou de Vava

vava« Si je m’approche trop près d’elle, mon cœur se met à battre à toute vitesse. On dirait qu’il va sortir de ma bouche pour tomber par terre. Je le vois là, à mes pieds, sur le point de se faire dévorer par une colonie de fourmis. »

Quel plaisir de retrouver Vieux Os et sa grand-mère Da à Petit-Goâve dans un album jeunesse. J’ai bien sûr lu et relu et re-relu L’Odeur du café de Dany Laferrière étant enfant et même à l’âge adulte. L’album ici magnifiquement illustré par Frédéric Normandin retrace l’été des dix ans de Vieux Os et son amour secret pour la belle Vava, son rayon de soleil. La police de caractère utilisée pour le texte rappelle une calligraphie enfantine, comme si c’était bel et bien Vieux Os qui avait écrit ces mots. Les paysages d’Haïti, pleins de couleurs chaudes, sont superbes. Une récit pour découvrir Haïti à travers les yeux d’un enfant, et qui aborde le caractère universel de l’amour. Magnifique.

∗ Prix du Gouverneur Général (Canada)

Auteur(s) / illustrateur(s) : Dany Laferrière & Frédéric Normandin
Maison d’édition: Les Éditions de la Bagnole Bouton acheter
Année de publication: 2013
ISBN: 9782897141004
Public cible: À partir de 5 ans

Dany Laferrière est un auteur haïtien Immortel de l’Académie française.

 dany-laferriere

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook