Mes tout premiers docs: La lune

Il fait nuit, c’est l’heure de se coucher : la lune fait son apparition dans la collection « Mes tout premiers docs ». Retrouvez, expliquées avec simplicité, les notions qui entourent la thématique de la lune : les phases, sa position dans le ciel, l’absence d’atmosphère…

Ce petit livre carré aux pages glacées constitue une belle transition entre les livres cartonnés et les livres pour les enfants de maternelle. Les couleurs vives plairont aux enfants! Dans le livre, on retrouve une famille noire ordinaire. Le texte est simple et au présent de l’indicatif, faisant de ce livre un documentaire accessible à hauteur d’enfant. Des comparaisons permettent aux petits de mieux comprendre des notions complexes comme la distance entre soi et la lune, ou comment cela se fait-il que la lune n’est plus là le matin, ou encore pourquoi la lune change de forme. Très bon!

Mes tout premiers docs: La lune
AUTEUR(S) : Carine Panis & Didier Balicevic 
ÉDITION: Milan, 2020
ISBN: 9782408008222
PRIX: 8,95$
2-4 ans

Ce livre vous a plus?
Vous aimerez peut-être Les Couleurs, publié dans la même collection, et mettant aussi en scène une famille noire en filigrane. Essayez aussi Mes p’tits pourquoi: L’alimentation, un documentaire dont les personnages sont noirs à lire dès l’âge de 6 ans. Le livre La science est dans… l’oeuf pourrait aussi vous intéresser.

Le club des licornes: La licorne noire

C’est la rentrée. Après les vacances d’été, le club des Licornes reprend ses activités. Les retrouvailles sont joyeuses. À la première récré, le club fait le point sur les profs et les nouveaux : dans l’une des classe, il y a une nouvelle très spéciale : une licorne noire. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle noire ? Est-elle sympa ou pas ? Autant de questions qui alimentent les conversation et les fantasmes au sein du club. Petit à petit, les licornes du club apprendront à connaitre la nouvelle et à accepter sa différence. Mais de là à l’accueillir au sein du club… c’est une autre affaire ! 

Edna, la licorne noire, se présente assez tard dans le récit. C’est d’abord l’annonce de sa venue qui inquiète les autres licornes: elles auraient voulu savoir qui allait être la nouvelle élève et choisir elles-mêmes de l’accepter ou pas. Elles n’ont jamais entendu parler de licornes noires… est-ce que ça existe vraiment? C’est bizarre! Si ça se trouve, elle a des pouvoirs maléfiques! Lorsqu’Edna arrive enfin, au chapitre 4, la direction du club des licornes l’accueille en grandes pompes. Il est temps de mettre fin aux rumeurs. La directrice affirme dans un discours solennel:

« Edna vient d’un pays où une race de chevaux belliqueux a pris le pouvoir et accuse les licornes de sorcellerie. Ces cheveux brutaux ont décidé que toutes les activités sont désormais interdites aux licornes. Les licornes sont pourchassées et enfermées dans des enclos. Il leur est interdit de galoper, de trotter et de se regrouper. […] Par chance, Edna et sa mère ont réussi à s’échapper. Elles ont traversé deux fleuves, une chaîne de montagnes, quelques plateaux, de nombreuses prairies et sont arrivées ici, dans la plaine, où elles se sont installées. […] Edna ne s’exprime pas encore très bien dans notre langue mais elle apprend et elle progresse. Elle parlera bientôt comme nous. Je compte sur vous pour l’aider chaque jour dans cet apprentissage difficile: vous comprendre et se faire comprendre. » (p.43-44)

Même si les personnages ne sont pas humains, on fait clairement un parallèle avec les nouveaux arrivants et les réfugiés en occident. Edna a le pelage noir et la crinière tressée alors que les autres licornes sont pâles et leur crinière, raide ou légèrement ondulée. Le roman véhicule un message de tolérance, car même Émile, un Shetland souhaitant intégrer le club des licornes, finira par y être accueilli (un garçon dans un club de licorne… ce n’est pas commun! Mais Cerise, une licorne sympathique, lui fera sentir comme un membre à part entière du club). Car le club des licornes est un lieu qui « rassemble autour de l’amitié, du partage, de l’Entraide, de l’écoute… Je ne vois pas pourquoi ces choses-là doivent être réservées aux licornes. Le Club des licornes, c’est notre nom. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas partager, aider ou écouter d’autres races équines. Au contraire. » (p. 64-65).

Si certaines licornes se méfient beaucoup d’Edna à cause de sa différence, plusieurs licornes ne comprennent pas pourquoi l’arrivée d’Edna pose un quelconque problème, n’y voyant que des bienfaits: un nouveau groupe, de nouveaux projets… c’est réjouissant! Suzanne, la présidente du club, se montre assez raciste et fait tout pour éviter d’inclure Edna dans le groupe. C’est Ninon qui prendra sa défense et ira même jusqu’à remettre Suzanne à sa place: Non, elle ne gère pas bien le club. Oui, elle fait de la discrimination. Non, Edna ne s’appelle pas simplement « La nouvelle », elle a un prénom et il est temps de l’utiliser! Non, on ne peut pas juger une personne avant de la connaître.

La majeure partie de l’histoire se concentre sur la manière dont les licornes perçoivent l’arrivée d’Edna. Edna est en fait absente de presque toutes les discussions. Le club se réunit pour savoir si oui ou non Edna a le droit d’en faire partie, si oui ou non elle est maléfique, si oui ou non Suzanne est une mauvaise présidente, etc. J’étais en train de me dire que ça ressemble de plus en plus au stéréotype du sauveur blanc quand Edna s’interpose en page 83 pour signifier qu’elle est capable de faire une demande d’adhésion au club en bonne et du forme et que s’il y a des questions la concernant, c’est à elle qui faut le demander plutôt que de faire des supposition et partir des rumeurs. Et elle ajoute, comme une tonne de roche sur les licornes honteuse de leur étroitesse d’esprit: « Dans mon pays, nous sommes persécutées parce que nous sommes des licornes. ce serait un comble d’être rejetée ici parce que vous considérez que je n’en suis pas une! » (p.84).

Je regrette que les personnages ne soient pas davantage développés. Edna se résume à sa différence: On ne sait pas ce qu’elle aime, on ne connait pas sa famille, on ignore ses forces et ses aspirations. On mentionne que dans son pays il n’y a pas d’hiver, mais pas, par exemple, quels sont talents ou ses défauts. On mentionne que pour le concours de beauté, elle sera « apprêtée selon des techniques traditionnelles de brossage et de tressage de son pays » (p.110), la plaçant de nouveau comme étant une Autre, différente des autres. Ceci ne s’accompagne pas de passage où la personnalité d’Edna se dévoile, ou encore de passage où on souligne les ressemblances avec les licornes pâles. Et donc, Edna est assez unidimensionnelle: C’est la « Nouvelle », la « Différente ». Le récit se termine sur le point de vue des licornes pâles: ce qu’elles ont appris avec l’arrivée d’Edna (il faut s’ouvrir pour découvrir plutôt que se méfier et résister), et ce qu’elles vont changer au sein du club (changement de présidence et ouverture aux différences). Décevant.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Le club des licornes, 1: La licorne noire
AUTEUR(S): Maxime Poisot & Emmanuelle Teyras Victoria Robado
ÉDITION: Fleurus, 2020
ISBN: 9782215174295
PRIX: 15,95$
8 à 10 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être L’école des licornes: Ariana et murmure, un roman que j’ai préféré à La licorne noire. Vous aimerez peut-être Ça va faire des histoires et Léonie: Vétérinaire pour vrai, deux romans pour les préadolescent.e.s.

Ollie

J’ai un chien qui court dans ma tête. Il s’appelle Ollie. Parfois, mon chien est tranquille, curieux ou effrayé. Et parfois, il est excité… un peu trop, même! Quand ça arrive, c’est difficile à supporter. Alors, qu’est-ce qu’un chien – ou un enfant anxieux – peut faire dans ce cas? Et toi, as-tu un chien dans la tête? Dans son plus récent album illustré, l’auteure québécoise Elise Gravel aide les enfants à identifier et à calmer leur anxiété de manière consciente et apaisante.

La talentueuse Élise Gravel ne déçoit pas avec ce nouvel album sur la pleine conscience qui fait une analogie entre un chien excité et la difficulté à se concentrer. Ollie est le chien dans la tête du personnage principal, un garçon au teint brun, qui tente de le contrôler. Mais ça ne marche pas toujours, car Ollie est un chiot et ce n’est pas facile pour un chiot de se calmer! À la lecture de ce livre, les petits lecteurs apprendront à se concentrer sur leur respiration, à parler à un adulte quand cela ne va pas et à être attentif à leurs émotions. Recommandé! 

Ollie: Un livre sur la pleine conscience
AUTEUR(S) : Élise Gravel 
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443186407
PRIX: 19,99$
5 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Toi! un album pour amener les enfants à se découvrir. Essayez aussi La bulle de Miro, un album jeunesse sur les barrières interpersonnelles, ainsi que Rien du tout!, un livre qui invite les enfants à ne rien faire… et à en profiter pleinement!

Grandes roues et petits pois

Émilie vérifie autour d’elle. Personne à l’horizon pour lui prêter main-forte. Elle hésite. Elle rêve d’être championne… Aujourd’hui sera-t-il le grand jour où elle enfourchera son vélo et partira à la conquête de ses grandes roues? Mais elle est petite, les cailloux sont gros, et elle a un peu peur… Maman, qui n’est pas loin dans le jardin avec sa récolte de petits pois, n’est pas consciente des hésitations d’Émilie. Allons! Une grande respiration et… c’est parti!

Un magnifique texte poétique et des illustrations soignées, que demander de plus? Cette histoire croque un moment du quotidien par une belle journée d’été. Émilie est seule. Son papa est parti au travail: il construit des éoliennes. Son grand frère n’est pas là: il joue avec le chien du voisin. Mais ça y est, elle se décide enfin à essayer de monter à vélo toute seule. Coquette, elle n’oubliera pas placer quelques fleurs sauvages dans son panier, de rempli sa gourde de princesse et de mettre son casque parsemé de coccinelles. La détermination se voit dans ses yeux. Et, à la lecture de son histoire, on ne peut s’empêcher de l’encourager et de lui souhaiter qu’elle réussisse. Chaque instant, chaque souvenir est décuplé, pour faire de ce livre un véritable régal. À travers ces premiers instants d’Émilie sur son vélo qui a su braver les cailloux sur la route, on comprend qu’avoir confiance en soi, c’est avancer.

Coup de cœur!

Je remercie les éditions Bouton d’or Acadie de m’avoir offert ce livre.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Grandes roues et petits pois
AUTEUR(S)
: Christine Arbour & Réjean Roy
ÉDITION: Bouton d’or Acadie, 2018
ISBN: 9782897501211
PRIX: 14,95$
3 à 6 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Africville, publié chez le même éditeur. Essayez aussi Rien du tout! et Jabari plonge.

Sulwe

Sulwe a la peau noire comme le ciel de minuit. Elle est plus foncée que tous les autres membres de sa famille. Elle est aussi plus foncée que tout le monde à son école. Tout ce que Sulwe souhaite, c’est être belle et avoir le teint aussi clair que celui de ses parents. Mais un soir, une aventure magique dans le ciel lui ouvrira les yeux et changera tout…

Qu’il est rare de trouver des livres jeunesse abordant de front la thématique de la couleur de peau noire. Sulwe parle sans détour du mal-être que peut surgir chez les enfants noirs face à leur couleur de peau, en plus de rendre visible le concept de colorisme. Le colorisme, c’est une discrimination basée sur le teint de la peau qui sous-entend que les peaux claires et brunes sont plus jolies et plus désirables que les peaux foncées et marrons. Le colorisme existe dans les communautés racisées, et pas seulement noires!

Les enfants noirs retrouveront dans ce magnifique album un miroir d’eux-mêmes. Les enfants blancs y trouveront une sensibilité à développer envers les différences. Je le dis souvent et je le redis: les livres avec des personnages noirs ne sont pas que pour les enfants noirs! Développer son empathie, c’est important et cela doit faire partie du développement global de l’enfant. Un enfant qui n’a pas la peau noire (ou même: un enfant qui a la peau noire, mais pas foncée) peut lire ce livre et être capable de se mettre à la place de la petite Sulwe.

En milieu scolaire, vous pouvez prendre le temps de discuter de l’intimidation et des moqueries avec vos élèves en lisant ce livre:

  • Comment penses-tu que Sulwe s’est senti en se faisant traité de charbon?
  • Qu’aurais-tu fait si tu avais été témoin d’une telle scène d’intimidation?
  • Pourquoi penses-tu que Sulwe voudrait avoir une peau plus pâle?
  • Sulwe signifie étoile. Et toi, que signifie ton prénom?
  • Trouve trois choses que tu as en commun avec Sulwe.
  • Pourquoi avons-nous autant besoin de la lumière et de la noirceur?
  • Nomme deux choses que tu aimes faire la nuit et deux choses que tu aimes faire le jour.
  • Trouve la définition du mot racisme dans le dictionnaire.
  • Et toi? As-tu le même teint ou la même couleur de cheveux que tes parents, que tes frères et sœurs?

Le récit est assez triste: cela fait mal de voir une si jolie petite fille se dévaloriser autant. Herueusement, à la fin de l’histoire, Sulwe découvre que la beauté est aussi à l’intérieur, et qu’il ne faut pas attendre que les autres nous trouvent jolie pour savoir qu’on l’est. Elle apprendra qu’elle est belle car elle choisi de l’être, et que sa beauté est quelque chose de précieux à chérir. Les illustrations de Vashti Harrison sont magnifiques. Bref, Sulwe est un très très bon livre que j’ai beaucoup aimé! Fortement recommandé!

Coup de cœur!

Lupita Nyong’o est une autrice kényane.

Vashti Harrison est une illustratrice américaine.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Sulwe
AUTEUR(S)
: Lupita Nyong’o & Vashti Harrison
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443181884
PRIX: 14,99$
5 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Gros Chagrin ou Pain doré, deux albums qui abordent la thématique de la couleur de la peau. Essayez aussi Lili Rose veut être gentille, un livre jeunesse avec pour personnage principal, une petite fille noire.

Et si on se parlait?

Coucou  ! Nous nous appelons Thomas, Noémie, Jade et Sam… Nous avons à peu près ton âge et nous aimerions partager avec toi des petites expériences de vie. Cela te permettra d’en parler avec les adultes qui s’occupent de toi, d’exprimer tes émotions, de raconter à ton tour ce que tu vis à l’école ou à la maison…

Ces trois petits livres sont super pour amener les enfants à parler de tout, sans tabou. Le ton est adapté au lectorat, puisque le premier livre s’adresse aux 3-6 ans, le deuxième, aux 7-10 ans, et le troisième, aux 11 ans et plus. Si vos enfants se questionnent sur des sujets délicats, ces livres les aideront à exprimer leurs émotions, à trouver les mots pour discuter de toutes sortes de sujets et aussi constater qu’ils ne sont pas seuls à vivre certaines expériences de la vie.

Les réponses données aux questionnements des enfants sont réfléchies et accessibles pour leur âge. Par exemple, dans le tome deux (pour les 7-10 ans), on rencontre Hakim, 10 ans (presque 11!) qui parle de ce qui lui est arrivé à l’école avec son copain David: ils ont été harcelés et été victimes de racisme. Ils ont été traités de moches parce qu’ils ont la peau foncée et se sont fait traiter de tous les noms. Hakim et son ami n’aiment pas la violence et ils ne comprennent pas pourquoi certaines personnes (même des adultes!) les insultent. 


J’ai aussi bien aimé qu’on invite les lecteurs à prendre un dictionnaire pour chercher la définition des mots qu’il pourraient ne pas comprendre totalement, comme « Racisme » ou « Harcèlement ».

Dans le troisième livre (celui pour les 11 ans et plus), on parle d’homosexualité avec Julia, de consentement avec Fatou, de cyberharcèlement avec Tony, de puberté avec Sarah et de violence sur Internet avec Cyril.

Malheureusement, le contexte est français: on parle de SMS, de collège, de maître d’école ou on suggère de composer le 3020 pour faire un signalement. À ce niveau-là, ils sont donc peu adaptés au lectorat québécois. Malgré tout, ils peuvent être intéressant pour amener les enfants à aborder certains sujets tabou ou difficiles.

Ces livres vous ont plu?
Vous aimerez peut-être Les races, ça existe ou pas?, Les mots indispensables pour parler du racisme, ou encore C’est ta vie! L’encyclopédie qui parle d’amitié, d’amour et de sexe aux enfants, trois livres documentaires pour la jeunesse.

Tous différents, tous pareils!

Une histoire pour découvrir ce qui unit tous les enfants, malgré leurs différences de goûts et de caractères : lire des histoires, faire la fête ou encore s’amuser avec leurs amis.

Ce qui étonne dans ce livre jeunesse, ce sont les rabats en pleine page qui dévoilent une autre façon de voir les choses. Ce format sied parfaitement le propos du livre qui véhicule le message que même si tous ne sont pas pareils, il y a toujours un élément qui nous rend similaires. Un bel album pour aborder les différences avec les enfants: pas seulement la différence physique, mais aussi les différences de goûts, d’envies ou de personnalité. Les enfants n’auront aucun mal à s’identifier aux personnages du livre, des animaux anthropomorphisés qui jouent, lisent, rient, blaguent, font du sport et s’amusent. Fortement recommandé! 

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Tous différents, tous pareils!
AUTEUR(S): Arnaud Alméras & Robin
ÉDITION: Gallimard Jeunesse Giboulées, 2020
ISBN: 9782075134460
PRIX: 26,95$
4 à 6 an
s

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Charlie et ses drôles d’habits, un album sur la différence. Essayez aussi La star du rock et ses camarades de classe et Puis-je rejoindre votre club?, deux albums sur le vivre-ensemble.

Maman-dlo

Cécette, sur son île, attend. Elle attend sa mère partie en métropole. Soudain, l’horizon semble bouger en un point minuscule. Cécette se lève. Son coeur bat très fort. Le point se rapproche…

Quel beau texte! Dès les premières lignes, on comprend qu’on s’apprête à lire une histoire unique. Il faut aussi le lire à voix haute, car il y a beaucoup de musicalité et de rythme au style d’Alex Godard. Le livre fait voyager dans les îles, en Haïti, et on sent presque le soleil brûlant sur sa peau en lisant l’histoire de Cécette. Je recommande ce livre pour une exploitation en classe, plusieurs possibilités s’offrent aux enseignants de français ou d’univers social.

Pour ceux et celles qui sont familiers avec Mami-wata, cette divinité aquatique d’origine africaine, c’est bien d’elle dont il s’agit dans ce récit. Ces croyances ont été répandues dans la diaspora africaine et les caraïbes. Dans plusieurs pays francophones, on l’appelle Maman-dlo ou Manman-dlo la « mère de l’eau ».

Les illustrations très réalistes sont magnifiques. Ce livre, malheureusement épuisé, peut être commandé dans certaines libraires, dépendamment de la disponibilité chez le fournisseur. Autrement, direction bibliothèque publique! Espérons qu’il sera rééditer prochainement. Ne passez pas à côté de ce livre!

Alex Godard est un auteur et illustrateur marie-galantais.

Maman-dLo
AUTEUR(S):  Alex Godard 
ÉDITION: Albin Michel, 2014
ISBN: 9782226255402
PRIX: 8,95$
8 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Mbéla et la perle de Mamiwater, Vodou, et À l’eau Mariétou, trios livres dont il est question de Mamiwata ou Maman-dlo.

Tiguidanké

Tiguidanké ne veut pas finir son assiette. Ah, ça non ! Alors papa menace d’appeler le loup, mais quand le loup arrive, les choses ne se passent pas exactement comme prévu…

Une histoire loufoque, qui crée un suspense autour d’un banal repas de légumes qu’une petite fille refuse de manger. Un loup, un chasseur, un ogre, un dragon se dévorent comme des poupées russes jusqu’à l’arrivée d’un personnage inattendu! Ce livre, de grand format et à la trame répétitive, est un excellent candidat pour l’heure du conte en bibliothèque. Les personnages principaux sont noirs, sans que cela ne change quoi que ce soit au récit. J’ai aimé voir les cheveux crépus de ceux-ci, rendant visible les personnes afro-descendante dans un livre merveilleux. Si vous avez lui Devine où je suis? (un autre album sous le principe de la poupée russe avec des personnages de conte), vous allez adorer cet album!

Coup de cœur! 

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Tiguidanké
AUTEUR(S) : Vanessa Simon Catelin & François Soutif 
ÉDITION: Kaléidoscope, 2020
ISBN: 9782378880255
PRIX: 24,95$
3 à 6 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être
Ogre Noir, Le lion et le singe, ou encore Tibouchina: Conte créole bilingue, trois albums qui sont un plaisir à lire à voix haute.

Frogolo et Marcello

COUV MARCELLO DEF.psdQue ce passe-t-il quand un crapaud se projette dans le monde des hommes et quand un petit garçon de vient chasseur…  Maman s’en mêle ! Tendre conte jubilatoire servi par l’aquarelle et l’écriture de Danielle Monsoro inspirée par la chanson populaire de Sam Castendet  » Ha Marcello pa lévélanmen si Krapo ».

Ce conte nous plonge en Guadeloupe et nous invite à suivre une petite grenouille qui a plus d’un tour dans son sac. Le texte est bilingue: français et créole guadeloupéen. La mise en page est équilibrée, mais la police de caractère utilisée ne m’a pas plu. La figure du crapaud est présente dans plusieurs contes et chansons créoles. Elle n’est pas représenté comme le compagnon de vilaines sorcières, mais plutôt comme un être inoffensif qu’il faut laisser vivre tranquillement. On retrouve en fin d’album la chansons de Marcello écrite par Sam castendet.

Danielle Monsoro est une auteure guadeloupéenne. 

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Frogolo et MarcelloBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Danielle Monsoro & Romuald
ÉDITIONPLB Éditions, 2012
ISBN: 9782353650651
4 à 7 ANS

Ce livre vous a plu ?
Vous aimerez peut-être Graine de patience, un album jeunesse sur un garçon noir et sa mèreUn heureux événement pourrait aussi vous plaire.

graine    heureux évènement

 

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook