Lulu et Nelson (tome 1): Cap sur l’Afrique

La vie ne prend pas toujours le chemin le plus court pour nous mener là où elle doit nous mener. Elle aime les détours. Et ceux-ci regorgent d émotions inconnues, d’expériences inédites et de rencontres magiques… Dans un pays en proie aux inégalités, Lulu – italienne intrépide – et Nelson – sud-africain, plein d’espoir -, que tout tend à séparer, se retrouvent unis autour d’un même combat : la quête de la liberté. Laissez-vous conter l’un des plus beaux détours de leur vie…

J’ai adoré la série La Balade de Yaya de Girard et Omont, ainsi que Les Carnets de Cerise. Alors quand j’ai su que ces deux auteurs collaboraient à nouveau pour une nouvelle série, j’ai tout de suite voulu la lire. Et je n’ai pas du tout été déçue!

Je vais débuter cette critique en soulignant la qualité des illustrations car c’est vraiment ce qui attire l’œil au premier abord. Avez-vous vu cette page couverture sublime? On retrouvera ce même mouvement, cette même profondeur et cette même luminosité tout au long de la bande dessinée. D’ailleurs, la luminosité des illustrations contraste avec le récit assez sombre qui aborde la thématique de la mort, du deuil, du racisme et de la famille. Car oui, dès les premières pages, on assiste à la mort de la mère de Lulu sous les griffes d’un lion en plein spectacle de cirque auquel sa propre fille assistait (heureusement, les auteurs nous ont épargné les détails… vive l’ellipse!). Puis, très rapidement, il y a la mort des lions du cirque dans un incendie. Lulu sera dévastée car malgré les circonstances entourant le décès de sa mère, elle est restée très attachée aux fauves et veut elle aussi devenir dompteuse de lions. C’est ainsi qu’elle s’est mis dans la tête d’aller en Afrique du sud pour y acheter de nouveaux lions et sauver le cirque familial dont le père ne veut plus s’occuper.

Elle se retrouvera donc à des kilomètres de son Italie natale, en pleine manifestation contre l’Apartheid avec son père, ne comprenant pas trop ce qui se passe. Sa vie, c’était le cirque et c’est tout (elle n’a d’ailleurs jamais vraiment aimé l’école, surtout depuis que sa mère ne peut plus lui faire réviser ses leçons). Témoin d’un acte de racisme contre un jeune garçon (Nelson), le père de Lulu tentera de le défendre et se retrouvera en prison pour voies de fait sur un officier de police. Seule, Lulu suivra Nelson qui l’aidera à retrouver son père et, elle l’espère, trouver des lions à ramener chez elle pour réaliser son rêve.

Lulu ne sait rien des inégalités raciales, mais se positionne très rapidement contre cette idée d’apartheid et refuse de traiter les Noirs différemment des Blancs. Dans un train en compagnie de Nelson, elle refusera même de changer de wagon lorsqu’un employé lui suggérera de s’installer dans un wagon pour Blancs. Elle était très bien là où elle était et enverrait promener l’employé qui ne manquera pas de l’insulter au passage.

Nelson est un personnage intéressant, mais assez peu développé dans ce premier tome. On en sait assez peu de lui, surtout parce qu’il arrive vers la fin de l’histoire. J’espère que les prochains tomes permettront aux auteurs de lui donner un peu plus de substance. Mais à première vue, c’est un garçon vif d’esprit qui ne s’apitoie pas sur son sort. Il comprend très bien que sa couleur de peau fait de lui un citoyen de seconde zone dans l’Afrique du sud des années 1950. Mais il ne se méfie pas non plus systématiquement des personnes blanches et se liera d’amitié assez rapidement avec Lulu.

Cette bande dessinée plaira tant aux 9-10 ans et plus qu’aux ados. Déjà parce que les personnages sont assez jeunes, mais aussi parce que le traitement des sujets comme les droits des animaux ou la ségrégation raciale est assez mature pour allumer les lecteurs plus âgés. Les personnages adultes sont également bien présents: Nelson et Lulu évoluent dans un monde au final assez loin de leur univers d’enfants, et la vie ne leur fait pas de cadeau. Je précise au passage que les adultes sont parfois assez durs avec nos deux héros, tels qu’ils le sont parfois dans la vraie vie: Par exemple, préfet de police ne démontrera aucune sympathie pour cette petite fille blanche venue voir et libérer son père de prison. Autre exemple: le père de Lulu, excédé par l’obsession de sa fille pour les lions du cirque et son refus d’aller au pensionnat, lui sortira un « Mais qu’est-ce que tu as dans la tête, bordel! » plein de colère. Rien de bien grave, mais je suggère quand même de lire en duo avec les plus jeunes de 9 ans pour pouvoir discuter de cette lecture.

Bref, on sent bien que ce premier tome sert surtout à mettre les bases du récit: on y rencontre les personnages, on apprend à les connaître, on se situe dans le temps et l’espace. Mais il ne s’y passe pas grand chose. C’est la petite fille de Lulu qui reçoit une lettre de sa grand-mère et nous dévoilera son histoire. Les mots de la lettres de Lulu livrent ainsi tout au long du livre son ressenti et offre un regard rétrospectif sur son voyage en Afrique du Sud. Cap sur l’Afrique se termine toutefois sur une note qui donne le goût de continuer la série. Je sens que les prochains mois d’attente vont être très long! J’ai trop hâte de retrouver Lulu et Nelson dans le tome 2! J’ai eu un coup de coeur pour ce premier tome, mais cela pourrait changer à la lecture des tomes à venir. J’ai quand même quelques attentes:

  • Le personnage de Nelson sera-t-il plus développé ? Après tout, le titre est « Lulu et Nelson », pas « Lulu (et un garçon qui s’appelle Nelson à côté) ». Croisons les doigts!
  • Le contexte dans lequel se déroule l’histoire est intéressant. J’espère qu’une plus grande place sera accordée à la situation politique d’Afrique du Sud durant les luttes pour mettre fin à l’apartheid. Je suis curieuse de voir comment le personnage de Lulu et de son père agiront face à ces luttes. J’espère que les Sud Africains seront maîtres de leur destin et que Nelson, en particulier, aura une certaine autonomie, qu’il pourra prendre en maturité de manière indépendante de Lulu. À suivre.
  • Les animaux au cirque, c’est aujourd’hui dépassé. Leur présence dans le livre ne m’a pas dérangée car je remets l’histoire dans son contexte historique. Ce serait injuste de dénoncer la maltraitance envers les animaux dans ce cas-ci. Mais justement, j’ai hâte de voir si les auteurs vont aborder ce sujet, et surtout, comment.

Bref, cette bande dessinée à été un coup de cœur pour moi, mais j’espère que la suite ne me décevra pas!

Coup de cœur!

Lulu et Nelson (tome 1): Cap sur l’Afrique
AUTEUR(S) : Charlotte Girard, Jean-Marie Omont & Aurélie Neyret
ÉDITIONSoleil, 2020
ISBN: 9782302078963
PRIX: 24,95$
9 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin, Les enfants du Bayou ou Un voyage sans retour, trois bandes dessinées dont les personnages principaux sont noirs.

Grand-père Mandela

Grand-père Mandela Sean Qualls Rue du mondeL’arrière-grand-père de Zazi et Ziwelene s’apple Nelson Mandela…Leur grand-mère, Zindzi Mandela, répond à toutes les questions des deux enfants. Ils apprennent ainsi que Nelson Mandela a été un infatigable combattant pour la liberté, un grand président pour l’Afrique du Sud et qu’il a reçu le prix Nobel de la paix. Au fil de cet échange, Zazi et Ziwelene comprennent aussi qu’ils peuvent poursuivre son oeuvre dès aujourd’hui… Pour que tous les enfants sachent qui était Nelson Mandela

La mémoire. Collective, familliale et individuelle. Comment aborder ce sujet avec les enfants ? Comment leur parler de l’Histoire du monde et du rôle qu’à jouer le racisme, l’esclavage et la ségrégation ? Cet album publié chez Rue du Monde offre une belle porte d’entrée pour répondre à ces questions. On y rencontre deux enfants qui découvrent une photo de leur grand-père, le très connu et admiré Nelson Mandela qui s’est battu pour mettre fin à la ségrégation dans son pays, l’Afrique du Sud. L’histoire se lit comme une conversation, par un jeu de questions posées par les enfants auxquelles leur grand-mère a toujours une réponse appropriée et juste. « Pourquoi [Nelson Mandela] a-t-il été emprisonné? », « Pourquois les Blancs ont-ils rendu si triste la vie de tout le monde? »,  « C’est quoi la justice? », « Pourquoi le gouvernement a laissé Grand-père en prison si longtemps? » sont quelques uns des questions posées par les enfants. Elle n’hésite pas à dire les choses telles quelles sont, sans détour, même si la réalité est laide parfois. Par le biais de leur histoire familiale, on découvre non seulement Mandela, l’homme politique, le militant, le leader, mais aussi Mandela le mari, le père et le grand-père.

Les illustrations texturées de Sean Qualls donnent du relief au récit. Ses cadrages sont bien choisis et participent autant que le texte à la construction de cet album. J’apprécie beaucoup son travail d’artiste et la manière dont il fait usage de techniques mixtes pour illustrer les textes d’auteurs avec qui il collabore. Ce livre se lit dès l’âge de 10 ans, mais je recommande vivement un accompagnement avec un adulte qui saura soutenir le jeune lecteur dans la découverte de l’Histoire sud-africaine, et dans la construction de son identité. Prenez le temps de parler à votre enfant du racisme dont il a été témoin ou victime dans son quotidien afin qu’il puisse faire des liens avec ce qu’il lit. Vous pouvez aussi fouiller dans vos albums photos de famille et parler de vos ancêtres. N’oubliez pas; lire ouvre toutes sortes de portes qui ne se referment pas une fois le livre lu.

Un livre pour souligner le mois de l’histoire des Noirs.

Sean Qualls est un illustrateur américain.

Sean-Qualls

Auteur(s) / illustrateur(s) : Zindzi Mandela , Zazi Mandela , Ziwelene Mandela , Sean Qualls
Maison d’édition: Rue du MondeBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782355045288
Public cible: 10 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Du même illustrateur, il y a Un heureux événement, un album magnifique sur la naissance et les liens familiaux.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Les couleurs de la pluie

les couleurs de la pluie winter«Depuis des siècles, en Afrique du Sud, les femmes du Lesotho peignent leurs maisons. Leurs dessins sont des prières adressées aux ancêtres afin qu’ils leur envoient la pluie.»
Dans son village souffrant de la sécheresse, la petite Elsina souhaite très fort pouvoir peindre les murs de la maison pour faire venir la pluie, comme le fait sa maman. Et voici que l’occasion lui en est donnée lorsque l’on ajoute une nouvelle pièce pour la venue d’un petit frère. Elsina peint de tout son cœur les motifs qu’elle voit en rêve : des nuages blancs, des nuages noirs chargés de pluie, le sorgho qui fleurit, les montagnes et le ciel. Si bien qu’un jour, les nuages arrivent et que la pluie finit par tomber. «Les ancêtres t’ont écoutée Elsina!»

Le texte est  parfois présenté dans des phylactères colorés, mais il n’y a pas de dialogues et ce n’est pas une bande dessinée. J’ai trouvé ce choix particulier car il n’ajoute pas grand chose au récit. Toutefois, les illustrations vives et colorées m’ont charmées. On dirait des tableaux aux couleurs claires et aux traits bien nets. L’auteure rend avec subtilité et poésie le temps qui passe, les saisons qui vont et viennent, le petit frère qui naît et grandit. Chaque pluie efface les dessins d’Elsina qui repeint chaque fois sa maison. Voilà donc un récit du quotidien qui ne rend pas exotique les personnages noirs. Plutôt, il rend compte d’une coutume sud-africaine avec respect et créativité. Couverture rigide.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire ou à la maison:

Vous pouvez, comme le personnage principal du livre, peindre la fondation extérieure de votre maison à la craie ou à la peinture lavable ou l’entrée de votre stationnement si vous n’en avez pas. N’hésitez pas à questionner vos enfants et à discuter avec eux de votre lecture de ce livre: De quelle couleur est la pluie ? A-t-elle une couleur ? Plusieurs ? Es-tu heureux-se lorsqu’il pleut? À ton avis, à quoi sert la pluie ? En classe, vous pouvez utiliser cet album pour enseigner aux élèves comment les plantes utilisent l’eau pour se nourrir et comment les humains cultivent la terre. Amusez-vous !

les couleurs de la pluie winter 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jeanette Winter
Maison d’édition: Gallimard Jeunesse
Année de publication: 2004
ISBN: 2070559955
Public cible: 4 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Il serait intéressant de lire ce livre en parallèle avec Pourquoi je dois économiser l’eau ? pour discuter de l’abondance de l’eau et de sa gratuité au Québec, puis de sa rareté en Afrique du Sud.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

Rolihlahla Mandela

Rolihlahla MandelaDe sa prison sur Robben Island aux rues de Johannesburg qu’il a fréquentées, de ses origines dans les régions tribales de son Afrique du Sud tant aimée à ses moments de triomphe, Rolihlahla Mandela fait revivre un des personnages marquants de la fin du vingtième siècle. En effet, nul plus que lui n’a incarné les idéaux universels de courage, de fraternité et d’engagement. Mandela a représenté et représente toujours un cri de ralliement pour tous ceux dans son pays et ailleurs qui refusent l’injustice et les préjugés. Son cheminement fait l’objet de cette pièce.

J’ai été agréablement surprise par cette pièce où découvre la complexité de ce héros qui a marqué tant de vies. Cette pièce en deux actes nous transporte dans une Afrique du Sud en pleine évolution. Les scènes savamment écrites sont basées sur l’autobiographie de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté. Une quinzaine de personnages s’échangent des répliquent qui mettent en lumière des événements importants dans la vie de Mandela. Rolihlahla Mandela a été présentée pour la première fois en juin 2014 dans la salle Martial-Caron de l’Université de Saint-Boniface à Winnipeg (Manitoba) Canada. Dembélé a écrit cette histoire car il souhait partager l’histoire de Mandela avec les jeunes en faisant usage de la musique, des chants et un style dramaturgique susceptible de leur plaire. Une pièce de théâtre sur la vie de Nelson Mandela ? Je dis oui !

Daouda Dembélé est un comédien et dramaturge canadien d’origine ivoirienne.

Daouda Dembélé

Je remercie les Éditions du Blé de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) :  Daouda Dembélé
Maison d’édition : Éditions du Blé
Année de publication : 2016
ISBN : 9782924378489
Public cible : Ados, Adultes

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Joujou Turenne raconte Mandela

Joujou Terenne raconte MandelaC’est l’histoire d’un homme fascinant et inspirant. Un homme aux mille et un parcours. Chaque page de sa vie est un enseignement. Né libre… mort libre ! Grand sage rempli d’humilité dont les célèbrescitations traversent les frontières, le temps… les coeurs. Fier combattant de justice et de liberté. Défenseur des droits des Noirs dans un pays dirigé par un gouvernement qui impose un régime raciste nommé apartheid et qui fixe des lois inégales selon la couleur de la peau de ses citoyens.

J’aime Joujou Turenne pour son incroyable capacité à raconter des histoires. Conteuse, elle me fait voyager à chaque fois que je la vois sur scène ou que j’écoute l’un de ses livres. Quelle déception, alors, de ne pas avoir d’accompagnement audio avec Joujou Turenne Raconte Mandela. D’ailleurs, ce livre s’apparente davantage à un documentaire qu’à un roman. On y lit des faits, puis des moments clés de la vie de l’ex-président sud-africain Nelson Mandela. Mi-roman, ni-documentaire, le livre ne présente pas l’information de manière indexée: bien que des chapitres sont présents, il n’y a pas de tables de matières.

La mise en page ne m’a pas particulièrement plu non plus, certains pages sont noircies de texte alors que d’autres semblent vides. L’illustration de couverture est très belle; celles à accompagnement le récit aussi. Toutefois, les deux artistes n’ayant pas le même style, il manque de continuité entre les deux; j’aurais aimé retrouver quelques illustrations de Bug Rogers à l’intérieur du livre et des illustrations de Patrick Noze en quatrième de couverture ou dans les pages de garde.

J’ai adoré le passage sur le discours de Nelson Mandela à Montréal peu de temps après sa libération de prison et qu’on parle de la politique canadienne en lien avec la lutte de l’Afrique du Sud.

Joujou Turenne est une auteure et conteuse canadienne d’origine haïtienne.

joujou

Auteur(s) / illustrateur(s) : Joujou Turenne
Maison d’édition: Planète Rebelle Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9872924797099
Public cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: Nelson Mandela, un album magnifique illustré par Kadir Nelson.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Bon appétit, Jamela!

bon appétit jamelaC’est bientôt Noël. Maman a acheté un poulet pour préparer un repas de fête. Mais Jamela et le poulet sont devenus d’excellents amis…

Une histoire de Noël sans père Noël, c’est possible! Et Bon appétit, Jamela! est particulièrement géniale. Ce que je déplore dans les histoires de Noël en littérature jeunesse, c’est que la majorité d’entre elles ne racontent que le voyage du vieux barbu habillé en rouge et des cadeaux qu’il faut espérer. Le livre de Niki Daly met plutôt l’accent sur la famille, sur l’être-ensemble, sur l’entraide et l’attachement. Car Noël, c’est aussi passer de bons moments avec les personnes qui nous sont chères. La mère, la grand-mère, les voisines, les copines croisent le chemin de la petite fille comme autant de femmes fortes et colorées qui rythment la vie de quartier et le quotidien de Jamela. Noël, c’est aussi une célébration religieuse. À l’école, Jamela participe à une pièce de théâtre sur la naissance de Jésus.

Le texte comprend quelques mots en langues étrangères (xhosa, zulu, afrikaaner, nguni, swahili), mais ceux-ci sont toujours bien intégrés au récit et leur présence ne mine pas la compréhension. Un glossaire en fin de livre donne la définition de ces mots.

Jamela est une petite fille à laquelle de nombreux enfants pourront s’identifier. Elle joue, découvre le monde, suit bien les règles, même si parfois, les grandes personnes ont des opinions étranges (notamment cette idée saugrenue que de manger un poulet si sympathique et amical!). Je recommande vivement cette histoire, idéale pour attendre Noël.

Auteur(s) : Niki Daly
Maison d’édition: Gautier-Languereau
Année de publication: 2001
ISBN: 2013908725
Public cible: À partir de 5 ans

Vous aimerez peut-être: Du même auteur, il y a Pas si vite, Songololo.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Kwela Kwela, Jamela!

kwela kwela jamelaMaman est très contente. Elle a acheté un beau tissu pour se coudre une nouvelle robe. Elle la portera pour le mariage de Thelma. Jamela en rêve déjà…

Jamela est une petite fille espiègle, pleine de vie, d’idées et de rêves. Elle me fait penser à Jamaica, une petite fille noire qui elle aussi a sa série de livres jeunesse. J’ai déjà lu quelques livres sur les aventures de Jamela et je la retrouve ici avec beaucoup de plaisir. Les paysages urbains sud-africains sont magnifiques, et les illustrations donnent vie au quotidien rempli d’amour de Jamela et sa mère.

Les enfants se reconnaîtront dans cette histoire car tous les enfants font des bêtises, souvent bien malgré eux. Ici, Jamela trouve le tissu qui servira à la confection de la robe de sa mère et l’abîme par accident. L’histoire m’a fait penser à Martine se déguise, que j’aimais beaucoup étant enfant. J’aurais sans doute adoré Kwela Kwela, Jamela! car contrairement à Martine, Jamela me ressemble physiquement et il est plus facile pour moi d’imaginer que nous avons une expérience commune en tant que personnes noires.

Niki Daly ne déçoit pas, comme toujours!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Niki Daly
Maison d’édition: Gautier-Languereau
Année de publication: 1999
ISBN: 2013907664
Public cible: 5 à 8 ans

Vous aimerez peut-être: Si cette histoire vous a plu, vous aimerez peut-être Madame Zia, qui raconte l’histoire d’une petite fille qui prend plaisir à se déguiser comme sa mère.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

À toi de lire, Sarie !

a toi de lire sarieSarie n’aime pas l’école : chaque fois qu’elle doit lire à voix haute, sa gorge se serre et ses camarades se moquent d’elle. Une seule personne la comprend, Mme Helen, elle lui lit de merveilleuses histoires pour la consoler. Un jour Sarie trouve un vieux livre et les deux amies commencent à lire ensemble… Un livre pour aider les enfants à surmonter leur blocage face à la lecture.

Mon avis

J’ai toujours aimé l’école, surtout pour apprendre à écrire et à lire, et pour connaître la grammaire. Toutefois, je n’aimais pas lire à voix haute devant mes camarades. Je crois que plusieurs enfants redoutent le moment où leur enseignant(e) leur demandera de lire en classe un passage d’un livre. Cette histoire est parfaite pour les enfants qui appréhendent ces moments de lecture à voix haute. Ils se reconnaîtront dans le personnage principal, dans ses peurs et ses appréhensions.

Le texte m’a beaucoup touché. L’école, ce n’est pas facile! Et apprendre alors que les camarades de classe se moquent de toi, encore moins! Heureusement que Sarie a un professeur compréhensif et une amie d’un certain âge, Mme Helen, qui la supporte. Et, bientôt, un nouvel ami de classe qui verra en elle tout le potentiel caché derrière ses peurs. Chaque dimanche, Sarie rencontre sa grande amie, Mme Helen, dans une voiture abandonnée et elles jouent à s’imaginer faire de la grande route, les cheveux au vent. Mme Helen est pleine de sagesse et leur relation est merveilleuse. Elle lui parle de Cendrillon, de son enfance, de l’époque où la voiture pouvait encore rouler, d’histoires…

L’histoire se déroule en Afrique du Sud. Pour se rendre à l’école, Sarie enfile un uniforme bleu marine et doit effectuer une longue marche, très tôt le matin, jusqu’à Hopefield. C’est l’occasion d’aborder avec les enfants ce que l’école représente pour eux et d’explorer les diverses formes que prend l’école autour du monde. Tous les enfants ne vont pas à l’école, savent-ils pourquoi? Certains enfants consacrent des heures et des heures au trajet pour aller à l’école chaque jour, peuvent-ils imaginer vivre ainsi? Certains écoliers doivent porter un uniforme scolaire, qu’en pensent-ils? etc.

Je recommande vivement ce livre, que je conseille aux enfants de 7 ans et plus. Pourquoi ne pas lire une page sur deux avec votre enfant? Il se sentira valorisé et appréciera pouvoir continuer à se faire lire des histoires même s’il commence à apprendre à lire tout seul. Tentez l’exercice et dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Niki Daly
Maison d’édition: Gautier-Languereau
Année de publication: 2003
ISBN: 201390975
Public cible: 6 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Du même auteur sud-africain, il y a Bon appétit, Jamela!

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Nelson Mandela

nelson mandela kadirÀ l’âge de neuf ans, Nelson Mandela quitte son village pour aller à l’école en ville. Là, il découvre des Africains pauvres et impuissants. Il décide alors qu’il fera tout pour les aider. Plus tard, alors qu’il est devenu avocat, le gouvernement impose la stricte séparation des gens en fonction de la couleur de leur peau. Mettre fin à cette loi sera le combat de sa vie.

Dans un texte simple et poignant, Kadir Nelson retrace la vie d’un homme qui a changé l’avenir de son pays et qui s’est battu pour l’égalité. Magnifiques illustrations réalistes. Parfait pour apprendre un peu d’histoire à de jeunes enfants sans que ce soit dans un contexte scolaire. À lire pour connaître le combat de Nelson Mandela, oui, mais aussi la vie qu’il a menée depuis l’enfance. Le livre, à couverture rigide et de large format, est de qualité.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kadir Nelson
Maison d’édition: Steinkis Éditions
Année de publication: 2013
ISBN: 9791090090187
Public cible: 5 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Libre: le long voyage d’Henri ou encore Anna, Kevin et Nomzipo vivent en Afrique du Sud.

En savoir plus sur l’auteur américain Kadir Nelson

kadir nelson

Un livre jeunesse pour souligner le Mois de l’Histoire des Noirs.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Pas si vite, Songololo

songololo pas viteSongolo n’aime pas se presser. Ni pour s’habiller, ni pour se chausser, ni pour marcher. Sa vielle Mamie est comme lui. Il aime bien aller en ville avec elle. Un jour, elle lui fait un très beau cadeau…

Le récit raconte donc l’histoire d’une famille nombreuse dont le benjamin reçoit toujours les vieux souliers de ses grands frères, usés à la corde, devenus trop petits pour eux. La grand-mère est bien orgeuilleuse et marche lentement, mais est tout aussi généreuse. Une virée en ville et un beau cadeau pour son petit-fils. Le lieu où se déroule l’histoire n’est jamais mentionné, mais je devienne qu’il s’agit de l’Afrique du Sud (l’auteur-illustrateur est également sud-africain). J’ai bien aimé.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Niki Daly
Maison d’édition: Gautier-Languereau (Hachette Livre)
Année de publication: 2001
ISBN: 9782013909112
Public cible: À partir de 4 ans

Vous aimerez peut-être: La grande fleur, une histoire pour enfants se déroulant aussi en Afrique du Sud.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook