Le souci de Calie

souci de calieCalie adore être Calie. jusqu’au jour où elle découvre un souci. Au début, ce n’est pas un gros souci, alors tout va bien. mais il commence peu à peu à grandir. Il grandit et grandit, et maintenant, Calie se sent triste. Comment la petite fille pourra-t-elle se débarrasser de son souci et commencer à se sentir de nouveau elle-même?

Le personnage principal, Calie, est une petite fille heureuse qui apprécie se balancer très, très haut, manger de la crème glacée les beaux jours d’été, explorer le jardin et lire (j’ai d’ailleurs souri au clin d’œil de l’auteur où on aperçoit Calie lire nul autre que Guerre de Paix et Léon Tolstoï).

Dans le livre, le soucis est un gribouillage jaune éclatant qui grossit de plus en plus, jusqu’à prendre beaucoup trop de place. J’ai aimé que l’auteur ait choisi une telle représentation d’une émotion habituellement associée à la négativité. Un jaune éclatant pour représenter une inquiétude ? Mais oui, pourquoi pas ? Surtout que ça me fatigue toujours à chaque fois qu’un auteur choisi le noir pour illustrer ce qui est négatif. Non pas que le noir soit un mauvais choix, c’est plutôt le fait qu’on ait choisi ce même mot, « Noir », pour qualifier les personnes racisées. Très jeune, vers 8 ou 9 ans, cela m’avait déjà marqué négativement: Pourquoi est-ce que tout ce qui est noir est négatif et mauvais ? me demandais-je. Je SUIS Noire ! Est-ce que ça veut dire que je suis mauvaise aussi ? Que je suis non désirable ? Qu’on se comprenne bien, si on utilisait le mot « Brun » pour désigner les personnes ayant ma couleur de peau, je n’aurais pas faire ce lien dans ma petite tête d’enfant.

souci de calie 2

Les illustrations de Le Souci de Calie  sont magnifiques et rassurantes d’une certaine manière. Les ombrages sont particulièrement réussies et la couleur est significative tout au long de l’histoire. En effet, au début du récit, le monde de Calie est assez coloré: le vert des feuilles du jardin, le turquoise des fleurs des plates-bandes, le orange de ses jouets. Le jaune, en fond, pourrait bien être le soleil qui éclaire le ciel. Mais au fur et à mesure qu’on avance dans notre lecture, on se rend compte que ce jaune ne veut pas dire ce qu’on pensait. Le monde autour de Calie devient lui aussi de plus en plus gris et terne alors que le soucis grossit de plus en plus. Lorsqu’elle rencontrera un garçon ayant lui aussi un soucis (bleu), elle lui demandera ce qui le préoccupe. C’est en discutant et partageant son soucis avec une autre personne que celui-ci finira par disparaître et que le monde retrouvera ses couleurs. Cette histoire touchante, qui a l’avantage de mettre les choses en perspective, est un incontournable pour garnir la bibliothèque des petits et les aider à gérer leurs émotions.  Une belle leçon de vie !

Coup de cœur ! 

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
Le souci de CalieBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Tom Percival
ÉDITIONSCHOLASTIC, 2019
ISBN: 9781443174237
PRIX: 11, 99$
À PARTIR DE 3 ANS

 

Ce livre vous a plu ?
Vous aimerez peut-être Disparais!, un album jeunesse amusant plein de magie publié à L’École des Loisirs. Essayez aussi J’en ai assez de la première année!, un livre qui aborde les inquiétudes des enfants.

disparais escoffier      J'en ai assez de la première année

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Pour quelques gouttes d’eau

Pour quelques gouttes d'eauChaque jour, Zahina accompagne son père chercher l’eau au puits, une eau précieuse et rare dans son pays chaud. Malheureusement, chaque jour, elle en renverse un peu, à peine quelques gouttes, mais suffisamment pour que cela la rende triste. Et pourtant…

Cet album jeunesse véhicule un message positif. On y apprend la valeur de la patience et du partage. Les jolies illustrations de couleur neutre sont embellies par l’éclat des habits colorés des personnages. Les prises de vue dynamisent également la mise en page, par exemple lorsqu’on ne voit que les pieds de Zahina, ou encore lorsqu’on voit en vol d’oiseau à travers les branches d’un arbre un petit bébé lové dans un berceau. Le texte doux et musical nous transporte avec facilité dans ce monde imaginé par Anne Jonas et Marie Desbons. Une audiodescription est disponible en ligne: c’est ici!

 

pour quelques gouttes d'eau 3

pour quelques gouttes d'eau 4

 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Anne Jonas & Marie Desbons
Maison d’édition: Le buveur d’encreBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782914686808
Public cible: 6 à 10 ans
Vous aimerez peut-être: Le lion et la galette de mil, un album jeunesse sous le thème de la patience.

lion et la galette de mil

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Lou-la i té vlé chanjé koulè a-y la (« Le loup qui voulait changer de couleur »)

Lou-la i té vlé chanjé koulè a-y la (Le loup qui voulait changer de couleur) créole guadeloupéenMonsieur Loup est de méchante humeur ce matin. Il n’aime pas du tout sa couleur d’origine et il a l’intention d’en essayer d’autres, histoire de se glisser dans la peau d’un autre. Un album sur l’acceptation de soi.

J’adooooooore les aventures de Loup signés Orianne Lallemand ! Quel plaisir de les lire aux tout-petits et d’animer ces albums pendant l’heure du conte à ma bibliothèque. Les éditions Auzou m’ont fait découvrir plusieurs de leurs livres en créole et voilà que mon histoire préférée de Loup est disponible en créole guadeloupéen ! Créolophones, vous devez absolument vous procurer ce livre pour vos tout-petits !

L’histoire se débute comme un conte avec le traditionnel « Tim tim ! – Bwa sèk ! » qui indique le début d’une nouvelle histoire à raconter et à écouter. Dans cette histoire, on rencontre un loup noir qui n’aimait pas sa couleur. Lundi, il essaie donc le vert. Mais en se regardant dans le miroir, il trouve qu’il ressemble à une grenouille, et bien entendu, ça ne va pas du tout. Alors, il essaiera le rouge le mardi, puis le rose, le bleu, l’orange, etc. Jusqu’à ce qu’il réalise qu’aucune autre couleur ne lui va aussi bien que le noir.

Ah ! Et saviez-vous que les aventures de Loup sont disponibles en plusieurs langues régionales françaises ? J’aimerais bien une version en créole haïtien, mais entre temps, je trouve cela fantastique que toutes ces traductions existent.

Coup de coeur !

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Orianne Lallemand & Éléonore Thuillier
Maison d’édition: Auzou
Année de publication: 2016
ISBN: 9782733841143
Public cible: 3 à 5 ans
Vous aimerez peut-être: Chez le même éditeur, il y a Mon premier imagier français, anglais, créole guadeloupéen.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Les couleurs de la pluie

les couleurs de la pluie winter«Depuis des siècles, en Afrique du Sud, les femmes du Lesotho peignent leurs maisons. Leurs dessins sont des prières adressées aux ancêtres afin qu’ils leur envoient la pluie.»
Dans son village souffrant de la sécheresse, la petite Elsina souhaite très fort pouvoir peindre les murs de la maison pour faire venir la pluie, comme le fait sa maman. Et voici que l’occasion lui en est donnée lorsque l’on ajoute une nouvelle pièce pour la venue d’un petit frère. Elsina peint de tout son cœur les motifs qu’elle voit en rêve : des nuages blancs, des nuages noirs chargés de pluie, le sorgho qui fleurit, les montagnes et le ciel. Si bien qu’un jour, les nuages arrivent et que la pluie finit par tomber. «Les ancêtres t’ont écoutée Elsina!»

Le texte est  parfois présenté dans des phylactères colorés, mais il n’y a pas de dialogues et ce n’est pas une bande dessinée. J’ai trouvé ce choix particulier car il n’ajoute pas grand chose au récit. Toutefois, les illustrations vives et colorées m’ont charmées. On dirait des tableaux aux couleurs claires et aux traits bien nets. L’auteure rend avec subtilité et poésie le temps qui passe, les saisons qui vont et viennent, le petit frère qui naît et grandit. Chaque pluie efface les dessins d’Elsina qui repeint chaque fois sa maison. Voilà donc un récit du quotidien qui ne rend pas exotique les personnages noirs. Plutôt, il rend compte d’une coutume sud-africaine avec respect et créativité. Couverture rigide.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire ou à la maison:

Vous pouvez, comme le personnage principal du livre, peindre la fondation extérieure de votre maison à la craie ou à la peinture lavable ou l’entrée de votre stationnement si vous n’en avez pas. N’hésitez pas à questionner vos enfants et à discuter avec eux de votre lecture de ce livre: De quelle couleur est la pluie ? A-t-elle une couleur ? Plusieurs ? Es-tu heureux-se lorsqu’il pleut? À ton avis, à quoi sert la pluie ? En classe, vous pouvez utiliser cet album pour enseigner aux élèves comment les plantes utilisent l’eau pour se nourrir et comment les humains cultivent la terre. Amusez-vous !

les couleurs de la pluie winter 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jeanette Winter
Maison d’édition: Gallimard Jeunesse
Année de publication: 2004
ISBN: 2070559955
Public cible: 4 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Il serait intéressant de lire ce livre en parallèle avec Pourquoi je dois économiser l’eau ? pour discuter de l’abondance de l’eau et de sa gratuité au Québec, puis de sa rareté en Afrique du Sud.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

Violette

violette Tania Duprey StehlikViolette, c’est le nom d’une fleur de couleur violette. C’est aussi le nom d’une petite fille. Violette va à l’école avec des enfants de toutes les couleurs. Certains sont rouges, d’autres sont jaunes et quelques-uns sont bleus. Mais Violette est la seule qui soit violette. Quand l’une de ses camarades fait une remarque sur la couleur de sa peau, elle comment à se demander… Pourquoi suis-je Violette ?

Cette histoire se déroule lors de la rentrée scolaire. Le personnage principal, Violette, est très nerveuse à l’idée d’aller à l’école et craint de ne pas pouvoir se faire des amis. Timide, elle fait tout pour passer inaperçue. Sa première journée d’école se passe plutôt bien. Ce n’est qu’au moment où son père vient la chercher à la fin de la journée que Violette est affectée par les commentaires des autres élèves sur la couleur de sa peau. Tous se demandent qui était cet homme bleu venue la chercher. Violette répond fièrement que c’est son père, mais les autres élèves n’en reviennent pas : « Ton père est BLEU? », « Pourquoi est-il bleu et pas toi ? » s’exclament-ils, décontenancés. Violette ne sait pas quoi répondre et s’inquiète à l’idée de retourner à l’école pour y subir de nouvelles moqueries. Et puis, elle ne comprend pas très bien pourquoi elle n’est ni rouge, ni bleue, comme ses parents.

Pour faire accepter son métissage à sa fille, la mère de Violette lui explique qu’en mélangeant du rouge et du bleu, on obtient une jolie couleur violette et que plusieurs personnes dans le monde sont violets, même s’il n’y en a peut-être pas dans la classe de sa fille. Elle conclut en disant à Violette qu’elle ne devrait pas se soucier de ressembler aux autres, qu’il faut être soi-même et que les gens devraient l’aimer pour ce qu’elle est, peu importe sa couleur. Ce message positif résonnera chez les enfants métissés qui eux aussi ont des parents de couleur différente qu’eux. Quelle bonne idée d’avoir fait cette analogie avec les couleurs: les couleurs primaires sont celles des personnes non métissées, alors que les couleurs secondaires sont celles des personnes métissées.

Les illustrations, naïves et aux traits nerveux, éclatent de couleur. On ne voit jamais entièrement les parents de Violette. On aperçoit un bout de bras par-ci, un pied par-là. Sur l’une des pages, une nouvelle amie de Violette partage son repas en lui offrant une pomme. L’enfant à qui j’ai lu ce livre a cru qu’il s’agissait une pomme pourrie et s’est demandé pourquoi on lui offrait des choses vilaines ! C’est fou ce qu’un petit coup de crayon en trop peut changer toute l’interprétation que l’on peu avoir d’une illustration. J’ai trouvé le texte un peu verbeux et long par moment. Certaines pages ont peu de texte alors que d’autres en ont énormément, ce qui mine l’équilibre global du livre dans sa mise en page. Un très bel album malgré tout, qui peut être utile pour entamer une conversation sur l’acceptation de soi.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Tania Duprey Stehlik & Vanja Vuleta Jovanovic
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2010
ISBN: 9781443101745
Public cible: 6 à 9 ans.
Vous aimerez peut-être: Fourchon, un livre pour enfants dont le personnage principal est mi-fourchette, mi-cuillère.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

Tout mélangé !

Tout mélangé Histoire de couleurs Arree ChungÀ l’origine, il y avait trois couleurs : les Rouges, les Jaunes et les Bleus. Tous uniques à leur propre façon, ils vivent en harmonie jusqu’au jour où l’un des Rouges déclare : « Les Rouges sont les meilleurs! ». Une dispute éclat alors entre les clans, et les couleurs décidèrent de vivre séparément… Qu’est-ce qui pourrait bien les réconcilier? 

Quel bel album pour la jeunesse ! Coloré, mignon, optimiste et pertinent. Mes plus jeunes adorent les livres colorés et celui-là leur a beaucoup plu ! Ils en redemandaient. 🙂 De plus, ils se sont identifiés aux personnages, ces petits bonhommes de toutes les couleurs sans aucun problème ! Je crois que toutes ces couleurs éclatantes sur fond blanc a accroché leur oeil.

Dans cette histoire, il n’y a au départ que trois couleurs: Les rouges étaient les plus bruyants, les jaunes les plus brillants et les bleus, les plus détendus. Jusqu’au jour où un Rouge s’écrie que les Rouges sont « les meilleurs ». Ainsi commença la zizanie et la séparation des couleurs: les Rouges vivent à Rougeville, les Jaunes au Mont Jaune et les bleus, à Cité Bleue. Les plus jeunes lecteurs y verront une histoire sur la dualité gentillesse/méchanceté, mais les lecteurs plus âgés seront aptes à comprendre des concepts plus complexes tels que la discrimination, le racisme et l’intolérance.

tout mélangé 2

Le récit aborde également la thématique de l’amour et de la mixité puisqu’un bleu et une jaune se rencontrent puis forment un couple heureux ensemble, qui se marie et duquel naîtra plusieurs enfants… verts ! Les couleurs découvriront alors de nouvelles possibilités (Rouge et Jaune forment Orange, Bleu et Rouge forment Violet) et se sont mélangées encore et encore jusqu’à former une véritable nation arc-en-ciel où toutes les couleurs et toutes les teintes sont permises. Puis, les Couleurs réaliseront que les vieux quartiers de Rougeville, de Cité Bleue et de Mont Jaune n’avaient plus de raison d’être. La ville sera donc reconstruite pour que toutes les couleurs puissent y vivre ensemble. Un album absolument magnifique, qui grandira avec les enfants. Un véritable baume pour le coeur. Un incontournable !!

Coup de cœur !

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Arree Chung
Maison d’édition: ScholasticBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9781443169677
Public cible:  3 à 8 ans
Vous aimerez peut-être: Un mouton au pays des cochon, un album jeunesse qui aborde la thématique du vivre ensemble. Fourchon, publié chez La Pastèque, aborde pour sa part la thématique de la mixité.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Peau noire peau blanche

peau noire blancheLe père d’Issam est noir et vient du Sénégal. Il est grutier et travaille sur les chantiers. Sa mère est blanche et française. Elle travaille à la maison. Issam, c’est le petit dernier. De chantier en chantier, on déménage souvent dans la famille. Être nouveau et black à l’école, ce n’est pas toujours facile et ça le rend triste, Issam. Sa maman n’a pas les réponses à toutes les questions mais ils aiment bien jouer ensemble à « pourquoi? parce que… parce que quoi? parce que que »… Parce que ça finit toujours par des rires ou des câlins. Quand toute la famille rentre au Sénégal, c’est souvent la mère qui est triste. Trop blanche là-bas, la maman d’Issam. Alors, quand elle demande pourquoi elle se sent étrangère, Issam est content de la consoler en lui disant : « parce que »…

L’histoire, racontée au « je » par Issam, est intéressante: un petit garçon Sénégalais trop noir pour la France, pour Paris, pour Marseille, et une maman française trop blanche pour le Sénégal. Issam est « tout noir » (p.1) et dans la cours de récré, on tente de lui voler son blouson, sa casquette, on ne veut pas jouer avec lui. Les autres enfants sont méchants à l’école, car ici, à Marseille, on « n’aime pas trop les beurs, ni les blacks. » Le Sénégal est présenté comme un terre salvatrice, où la famille pourra échapper aux discriminations vécues en France. Sauf qu’une fois arrivée là-bas, la maman pleure car les autres femmes la rejettent car elle est différente, blanche. Alors que le père trouve facilement du travail et qu’Issam peut enfin jouer librement, on réalise que d’autre difficultés les guettent.

Il y a beaucoup de non-dits dans cette histoire, ce qui est bien pour entamer une conversation sur les préjugés, les différences, l’injustice et le racisme. On s’attend d’un parent qu’il nous fournisse une réponse, surtout lorsqu’il s’agit de sujet délicats tels l’intimidation et le racisme, mais le petit jeu des pourquois entre la mère et le fils a quelque chose de rassurant pour chacun d’eux et renforce le lien qui les unit.

Colorées et naïves, les illustrations de Mireille Vautier pleines de couleurs primaires contrebalancent un récit assez dur sur le racisme. Même si place est laissée pour discutions, la morale du récit me semble un peu triste: notre monde est-il si clairement divisé en noir et blanc? N’existe-t-il pas de tons de gris? Ah! Déjà, voilà de quoi alimenter un débat avec des enfants d’âge scolaire. Un album jeunesse à explorer. Contexte français.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves Bichet & Mireille Vautier
Maison d’édition: Galimard Jeunesse
Année de publication: 2000
ISBN: 2070543358
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Même les mangues ont des papiers, un livre sur l’immigration.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Emma et ses amis

emma et ses amisC’est l’anniversaire d’Emma. Tous ces amis sont venus chez elle pour la fêter. Chaque ami a un couleur préférée, que l’auteure a magnifiquement fait resortir par des éclats d’une peinture vive sur fond beige. Le format à l’italienne de cet album fait d’autant plus ressortir les couleurs. Le mélange de feutre, crayon et peinture donne un visuel très intéressant. Le récit est tout simple et se termine par une question lancée au jeune lecteur : « Et toi? Quelle couleur préfères-tu? »

J’ai lu ce livre à une fillette de 5 ans qui n’a pas particulièrement aimé. Elle n’aime pas beaucoup avoir à choisir une couleur; ça l’agace. Oui, oui, elle aime bien le mauve et le rose, mais elle aime toutes les couleurs aussi!! Et puis en ce moment, elle a envie d’histoires plus longues, avec des rebondissements. Eh oui, une phrase par page, ça ne lui suffit plus! Bah, c’est la vie. Elle ne peut pas aimer TOUS les livres, si? 😉 En tout cas, moi j’ai bien aimé, même si le titre est un peu banal. C’est aussi ça, transmettre le goût de la lecture: accompagner l’enfant dans la découverte et l’évolution de ses goûts littéraires.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Sandra Desmazières
Maison d’édition: Casterman
Année de publication: 2005
ISBN: 2203553170
Public cible: 3 à 6 ans.