Libre! Harriet Tubman, une héroïne américaine

Harriet Tubman (1820-1913) est née esclave en Amérique. Elle a lutté pour conquérir sa liberté, puis après l’avoir obtenue, elle a poursuivi son combat contre l’esclavage et la ségrégation raciale.

Pendant plus de deux siècles, l’esclavage américain a brisé les vies de centaines de millions de personnes. Des origines de la traite négrière aux chasseurs d’esclaves, en passant par le fonctionnement du Chemin de Fer Clandestin, cet album documentaire retrace l’histoire de l’institution esclavagiste aux Etats-Unis, dans laquelle s’imbrique celle, héroïque, d’Harriet Tubman.

Elle a bravé tous les périls de sa condition pour saisir elle-même sa liberté, a aidé des dizaines d’esclaves à s’échapper, s’est engagée dans la guerre de Sécession et représente aujourd’hui encore une icône de la lutte anti-esclavagiste.

Harriet Tubman, quelle héroïne! Ce livre est un bijou d’album. Il est parvenu avec beaucoup de doigté à lier l’histoire personnelle d’Harriet avec la grande Histoire des États-Unis. Le livre se divise en plusieurs parties: Les débuts de l’esclavage, Le mariage d’esclaves, Le marché aux esclaves, Fuir, Chasseurs d’esclaves, L’indomptable Frederick Douglas, etc. Chaque section documentaire est richement détaillée et permet de contextualiser la traite négrière et d’illustrer les conditions de vie terribles des personnes prises en esclavage. De plus, l’autrice Fleur Daugey se glisse dans la peau d’Harriet Tubman pour raconter les différentes étapes de sa vie en lien avec chacune des sections. La petite histoire éclaire donc la grande Histoire.

Les illustrations accompagnent le texte à merveille et amène une profondeur au récit. Les couleurs, sobres, sont savamment choisies. À la lecture de cet album, on comprend qu’Harriet Tubman était une femme comme les autres, mais qui avait le courage de ses convictions. Combien d’entre nous aujourd’hui avons le même courage?

Parce qu’il met bien en contexte et prend le temps d’expliquer ce qui a mener les États-Unis à adopter l’esclavage comme système économique pendant des siècles, ce livre peut être lu à un enfant qui n’a pas encore les connaissances historiques nécessaires à la compréhension de l’histoire d’Harriet Tubman. Plaira aussi aux adolescents et aux adultes! À lire absolument!

Coup de cœur!

Libre! Harriet Tubman, une héroïne américaine
AUTEUR(S): Fleur Daugey & Olivier Charpentier
ÉDITION: Actes Sud Junior, 2020
ISBN: 9782330136901
PRIX: 28.95$
1
0 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Harriet et la terre promise, Invaincus et Catfish: le voyage d’un esclave vers la liberté, trois albums sur la lutte à la liberté et la dignité des afro-américains.

Pas moi

L’autrice adorée des enfants, Elise Gravel, pose l’éternelle question : Qui a fait tout ce désordre? Quand leur papa demande qui a laissé traîner des chaussettes partout, Nico et sa sœur répondent tous les deux : « Pas moi! » Leur père est sûr qu’ils ne disent pas la vérité, jusqu’à ce que ceux-ci lui présentent Pas Moi, qui accuse Pas Vrai, qui dévoile le vrai coupable : Pas Juste. Les monstres, qui personnifient les réponses typiques des enfants, permettent à l’auteure d’aborder brillamment et avec humour le fait de blâmer les autres et d’inventer des excuses. Les parents et les éducateurs vont adorer cette histoire dans laquelle ils se reconnaîtront autant que les enfants.

La talentueuse Élise Gravel nous offre avec Pas moi un autre livre jeunesse rempli d’humour et de ses dessins naïfs. Je l’admet: je préfère quand Élise Gravel raconte des histoires de monstres. Elle parvient toujours à inventer de nouveaux monstres drôles que jamais je n’aurais pu imaginer. Pas moi, Pas vrai et Pas juste sont trois bonhommes malicieux (surtout Pas Juste!) aux expressions faciales cartoonesques. J’aime beaucoup la manière dont l’auteur parvient à raconter des histoires toutes simples avec beaucoup de fraîcheur et d’humour. J’aime aussi sa manière de rendre le Québec visible avec des petits détails si savamment choisis. Dans Pas Moi, par exemple, le papa porte un chandail rouge de Radio-Canada. 🙂 


L’autrice a choisi d’illustrer une famille noire sans que cela ne change quoi que ce soit au récit, rendant du même coup visible les afro-descendants dans leur quotidien. Si vous aimez Mickaël Escoffier, et que vous ne connaissez pas Élise Gravel, il y a de fortes chances que son style vous plaise! À noter qu’Élise Gravel n’hésite pas à utiliser sa notoriété pour parler de l’importance de la représentation, du féminisme et de la célébration des différences individuelles. Chapeau!

Coup de cœur!

Pas moi!
AUTEUR(S): Élise Gravel
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443181730
PRIX: 19,99$
3 à 6 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Ollie, de la même autrice. Essayez aussi
Au beau débarras: La mitaine perdue et Albertine Petit-Brindamour déteste les choux de Bruxelles, deux livres jeunesse québécois.

Alana et l’enfant vampire

Alana en a assez que ses parents et sa soeur partent gérer les conflits vampiriques sans elle. Alors quand sa meilleure amie Oli lui annonce que Joaô, le nouvel élève de leur classe, est probablement un vampire, elle cherche à en savoir plus. Pour la jeune fille, c’est l’occasion de prouver à sa famille qu’elle est capable de mener une mission à bien malgré ses déficiences physiques.

Que de bon points pour ce roman que j’ai A-DO-RÉ! Déjà, le sujet m’intéressait à la base: j’adore les histoires de vampires (#GenerationBuffy) et celle-ci est particulièrement intéressante. L’autrice offre le bon dosage entre histoire jeunesse et éléments fantastiques. Car oui, Alana et ses ami.e.s vont à l’école et suivent leurs cours, mais entre intérêts pour le monde des vampires, histoire familière particulière et un nouvel élève mystérieux, le surnaturel n’est jamais bien loin.

J’ai lu ce roman durant le mois de Mai qui, pour ceux qui ne le savent pas, est le mois dédié au mouvement #MaiPoils. Je me demandais justement s’il existait des livres ou autres produits culturels où le poil féminin est normalisé. Et BAM!, je tombe sur ce passage d’Alana et l’enfant vampire dans lequel le personnage principal se réfugie dans le vestiaire des filles pour pleurer et est rejointe par Olympe, sont amie:

« Mon amie vient s’asseoir à côté de moi, je baisse les yeux sur nos pieds. Elle porte des chaussettes blanches montantes avec ses baskets de sport. Je remarque que ses mollets sont couverts de fins et longs poils bruns. Je ne sais pas comment elle fait pour ne pas les raser, moi, je supporte par les regards et les remarques des autres. » (p. 55)

Sans jugement de valeur, sans en faire tout un plat, sans remettre en question le fait que oui, les filles pubères ont des poils aux pattes. D’ailleurs, le personnage d’Olympe est intéressant car dès le début, on mentionne qu’elle est souvent prise pour un garçon et que cela ne les dérange pas du tout, ni la principale concernée, ni Alana. C’est comme ça, c’est tout, c’est pas plus grave que ça. Un peu plus loin dans le récit, Olympe discutera de son identité de genre à ses amis (hors texte) et, sans chichis, le « iel » (pronom neutre, contraction du « il » et du « elle ») sera adopté pour faire référence à Olympe. L’autrice adoptera d’ailleurs une écriture neutre à partir de ce moment là, en faisant notamment usage du point médian (ex.: « Oli s’est levé.e de son matelas pour ouvrir doucement la porte » (p.150)) L’identité de genre d’Olympe n’est pas du tout au centre du récit, c’est simplement mentionné, puis les personnages et l’autrice se sont adaptés. C’est tout. J’ai trouvé cette manière d’inclure la diversité de genre dans un récit tout à fait fabuleuse. Je n’ai d’ailleurs encore jamais lu d’autres romans comme celui-là. En connaissez-vous d’autres?

Niveau représentation raciale, on a Joâo, 13 ans, nouvel élève de l’école. Un garçon timide, qui ne parle pas beaucoup et qui ne semble pas très motivé à se faire des amis. On apprendra très rapidement dans l’histoire que son comportement distant s’explique par le fait qu’il est un vampire. Beau garçon, plusieurs filles de la classe tombent sous son charme. On a une bonne compréhension de qui est Joâo et de sa personnalité avant que l’autrice nous le décrive physiquement. J’ai aimé cette approche. Ce n’est qu’en page 38 qu’on peut lire ceci: « Sa peau est marron très foncé, ses yeux sont noirs aux reflets dorés e ses cheveux presque rasés. » Sans tout vous révéler, Joâo aura un rôle important dans l’histoire et fera preuve de courage, de confiance et de bonté.

L’autrice Cordélia mentionne en postface qu’elle avait « à cœur de proposer des personnages diversifiées, qui sortent de la norme qu’on trouve trop souvent en littérature jeunesse ». À mon sens, c’est un pari plus que réussi car non seulement on retrouve beaucoup de diversité dans le livre, mais il déconstruit plusieurs clichés et il normalise les corps ordinaires. Le tout, sans que cela soit forcé! On peut penser par exemple à ce passage où Alana mentionne tout naturellement qu’elle ressent une grande fatigue malgré le fait d’avoir dormi jusqu’à midi la veille, notamment parce qu’elle a ses règles:

Aujourd’hui, c’est samedi. J’ai dormi jusqu’à midi et je suis encore fatiguée. Et puis, j’ai mes règles depuis hier. Les deux premiers jours, ça me met toujours le ventre en vrac, en plus de m’obliger à changer de serviette hygiénique cinq fois par jour. J’erre dans l’appartement en pyjama, à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent, en plus du paracétamol qui calme un peu mes douleurs au bas-ventre. Mamie est sortie, tout est calme. (p. 63-64)

On peut également lire en page 91 où Alana change de serviette et se demande si les vampires sentent le sang des règles. Ce doit être l’enfer pour Joâo car dans tout le collège, il doit y avoir au moins une fille par jour qui a ses règles! Dans le romans, on parle également des douleurs chroniques d’Alana et du handicap. L’autrice Cordélia amène tous ces éléments de manière naturelle et fluide. On en veut plus, des romans comme celui-là! Je prend le temps de mentionner que l’autrice a une très belle plume, limpide et accessible. Un gros, gros coup de cœur pour moi. 🙂 J’espère sincèrement que vous aimerez ce roman autant que moi! Il vaut absolument la peine d’être lu.

Coup de cœur!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Alana et l’enfant vampire
AUTRICE : Cordélia
ÉDITION: Scrinéo, 2020
ISBN: 9782367408651
PRIX: 29,95$
11 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Magic Charly, Les Omniscients, ou La Promesse du fleuve, trois livres jeunesse fantastiques.

Je marche avec Vanessa

Inspiré par des événements réels, Je marche avec Vanessa raconte le sentiment d’impuissance et de colère qui se manifestent suite à l’intimidation d’un camarade de classe et montre comment un seul acte de gentillesse peut amener toute une communauté à s’entre-aider. Avec des thèmes d’acceptation et de gentillesse, cette histoire de bien-être intemporel et profond résonnera avec les lecteurs, jeunes et moins jeunes.

Gros coup de cœur pour cet album sans texte aux illustrations douces qui croque une tranche de vie enfantine. Je marche avec Vanessa est le récit tout simple d’une bonne action. Je suis toujours impressionnée par le talent des illustrateurs et illustratrices qui parviennent à raconter seules des histoires touchantes et émouvantes. Particularité de cet album: la grande place accordée au blanc et à la mise en page épurée. Il aurait été aisé d’ajouter du texte, car ce n’est pas la place qui manque. Mais au contraire, le texte aurait été superflu. Les illustrations puissantes parlent d’elles-mêmes. 

La petite Vanessa est une enfant ordinaire, mais timide, qui a un peu de mal à trouver ses repères après le déménagement de sa famille. Nouveau quartier, nouvelle école, nouvelle maison… et un camarade de classe qui lui crie des méchancetés au visage. Vanesse se repliera davantage sur elle-même. Heureusement, une autre camarade de classe aura la bonne et gentille idée de l’accompagner à l’école et d’ignorer totalement l’intimidateur.

Un album incontournable qui trouvera facilement sa place dans une mise en réseau sur l’amitié, l’adaptation au changement, l’intimidation ou la gentillesse. Enseignant.e.s, vous pourriez exploiter cet album au premier, deuxième voir troisième cycle du primaire avec vos élèves. En fin d’album, on retrouve des conseils destinés aux enfants pour aider une victime d’intimidation, ainsi que des mots utiles pour parler du livre avec les enfants à l’attention des adultes. 

Coup de cœur!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Je marche avec Vanessa
AUTEUR(S): Kerascoët
ÉDITION: La Pastèque, 2018
ISBN: 9782897770419
PRIX: 19,95$
5 à 9 ANS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Lili Rose veut être gentille, Un petit geste ou Sulwe, trois albums jeunesse qui abordent le sujet de l’intimidation.

Les plus belles berceuses Jazz

Sélectionnées par Misja Fitzgerald Michel, voici 15 berceuses à la beauté intemporelle, interprétées par les plus belles voix de l’âge d’or du jazz : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Sarah Vaughan, Nat King Cole, Chet Baker… Des standards incontournables, mais aussi des titres moins connus à découvrir, immortalisés par des voix chaudes et sensuelles, qui font de chaque chanson un moment d’une infinie douceur. Les traductions de Valérie Rouzeau nous révèlent des textes d’une rare poésie.

Ce livre est comme un cocon. Il enveloppe, rassure, réchauffe. Les ballades choisies sont sublimes! Dans l’album, on retrouve un extrait des paroles des chansons, histoire de connaître le sujet de celles-ci, ainsi qu’une traduction vers le français. Il y a aussi un court paragraphe qui présente l’interprète. Ainsi, on y apprend qu’Ella Fitzgerald avait un rare talent pour l’improvisation, particulièrement en scat, que Blosson Dearie excellait dans le style be-bop, ou encore que Judy Garland qui chante sur Over the Rainbow a remporté l’Oscar de la meilleure actrice en 1940. Les illustrations utilisent les techniques mixtes avec du collage et du crayon de bois. Elles amènent un aspect de féerie à l’album. Ce livre est incontournable!

Coup de cœur!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Les plus belles berceuses Jazz
AUTEUR(S) : Ilya Green 
ÉDITION: Didier JEUNESSE, 2013
ISBN: 9782278068340
PRIX: 42,95$
6 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être la collection « À la découverte des musiciens », dont les titres Louis Armstrong et Ray Charles. Essayez aussi le livre-CD La voix d’Ella.

Sulwe

Sulwe a la peau noire comme le ciel de minuit. Elle est plus foncée que tous les autres membres de sa famille. Elle est aussi plus foncée que tout le monde à son école. Tout ce que Sulwe souhaite, c’est être belle et avoir le teint aussi clair que celui de ses parents. Mais un soir, une aventure magique dans le ciel lui ouvrira les yeux et changera tout…

Qu’il est rare de trouver des livres jeunesse abordant de front la thématique de la couleur de peau noire. Sulwe parle sans détour du mal-être que peut surgir chez les enfants noirs face à leur couleur de peau, en plus de rendre visible le concept de colorisme. Le colorisme, c’est une discrimination basée sur le teint de la peau qui sous-entend que les peaux claires et brunes sont plus jolies et plus désirables que les peaux foncées et marrons. Le colorisme existe dans les communautés racisées, et pas seulement noires!

Les enfants noirs retrouveront dans ce magnifique album un miroir d’eux-mêmes. Les enfants blancs y trouveront une sensibilité à développer envers les différences. Je le dis souvent et je le redis: les livres avec des personnages noirs ne sont pas que pour les enfants noirs! Développer son empathie, c’est important et cela doit faire partie du développement global de l’enfant. Un enfant qui n’a pas la peau noire (ou même: un enfant qui a la peau noire, mais pas foncée) peut lire ce livre et être capable de se mettre à la place de la petite Sulwe.

En milieu scolaire, vous pouvez prendre le temps de discuter de l’intimidation et des moqueries avec vos élèves en lisant ce livre:

  • Comment penses-tu que Sulwe s’est senti en se faisant traité de charbon?
  • Qu’aurais-tu fait si tu avais été témoin d’une telle scène d’intimidation?
  • Pourquoi penses-tu que Sulwe voudrait avoir une peau plus pâle?
  • Sulwe signifie étoile. Et toi, que signifie ton prénom?
  • Trouve trois choses que tu as en commun avec Sulwe.
  • Pourquoi avons-nous autant besoin de la lumière et de la noirceur?
  • Nomme deux choses que tu aimes faire la nuit et deux choses que tu aimes faire le jour.
  • Trouve la définition du mot racisme dans le dictionnaire.
  • Et toi? As-tu le même teint ou la même couleur de cheveux que tes parents, que tes frères et sœurs?

Le récit est assez triste: cela fait mal de voir une si jolie petite fille se dévaloriser autant. Herueusement, à la fin de l’histoire, Sulwe découvre que la beauté est aussi à l’intérieur, et qu’il ne faut pas attendre que les autres nous trouvent jolie pour savoir qu’on l’est. Elle apprendra qu’elle est belle car elle choisi de l’être, et que sa beauté est quelque chose de précieux à chérir. Les illustrations de Vashti Harrison sont magnifiques. Bref, Sulwe est un très très bon livre que j’ai beaucoup aimé! Fortement recommandé!

Coup de cœur!

Lupita Nyong’o est une autrice kényane.

Vashti Harrison est une illustratrice américaine.

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Sulwe
AUTEUR(S)
: Lupita Nyong’o & Vashti Harrison
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443181884
PRIX: 14,99$
5 ans et plus

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Gros Chagrin ou Pain doré, deux albums qui abordent la thématique de la couleur de la peau. Essayez aussi Lili Rose veut être gentille, un livre jeunesse avec pour personnage principal, une petite fille noire.

Tiguidanké

Tiguidanké ne veut pas finir son assiette. Ah, ça non ! Alors papa menace d’appeler le loup, mais quand le loup arrive, les choses ne se passent pas exactement comme prévu…

Une histoire loufoque, qui crée un suspense autour d’un banal repas de légumes qu’une petite fille refuse de manger. Un loup, un chasseur, un ogre, un dragon se dévorent comme des poupées russes jusqu’à l’arrivée d’un personnage inattendu! Ce livre, de grand format et à la trame répétitive, est un excellent candidat pour l’heure du conte en bibliothèque. Les personnages principaux sont noirs, sans que cela ne change quoi que ce soit au récit. J’ai aimé voir les cheveux crépus de ceux-ci, rendant visible les personnes afro-descendante dans un livre merveilleux. Si vous avez lui Devine où je suis? (un autre album sous le principe de la poupée russe avec des personnages de conte), vous allez adorer cet album!

Coup de cœur! 

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Tiguidanké
AUTEUR(S) : Vanessa Simon Catelin & François Soutif 
ÉDITION: Kaléidoscope, 2020
ISBN: 9782378880255
PRIX: 24,95$
3 à 6 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être
Ogre Noir, Le lion et le singe, ou encore Tibouchina: Conte créole bilingue, trois albums qui sont un plaisir à lire à voix haute.

Notre super école

C’est le premier jour d’école, et les élèves de la classe de Mme Farfelue font une chasse au trésor. Mais il y a un petit problème : Andrew ne connaît pas encore bien l’école. Avec l’aide de ses camarades, sera-t-il capable de finir la chasse au trésor? Les enfants adoreront cette histoire qui parle de nouvelles amitiés et de nouveaux départs.

Ce petit roman de type premières lectures est abondamment illustré. La typographie est large et aérée pour faciliter la lecture et le déchiffrage des mots. Le texte, très simple et au présent de l’indicatif, utilise un vocabulaire accessible. On retrouve dans le texte des phrases affirmatives et des phrases interrogatives, excellent pour pratiquer l’intonation descendante dans les premières et l’intonation montante dans les deuxièmes. Il y a aussi de courts dialogues, encore une fois très simples, et de l’information textuelle dans les illustrations. Les enfants qui apprennent à lire seront très fiers d’avoir lu ce livre tout.e seul.e!

Le personnage principal, Alex, est un garçon noir au teint foncé, nouveau dans son école, et qui craint beaucoup la nouveauté. Et si l’enseignante était un robot? Et s’il se perdait dans l’école? Et si…? Et si…? Heureusement, ses camarades de classes sont là pour l’aider! Au final, cette première journée à l’école se déroule bien et Alex est fier de lui. Notre super école est un très bon livre qui donne à voir un personnage noir dans le quotidien sans que sa couleur de peau ne change quoi que se soit au récit. Recommandé!

Point boni pour la bibliothécaire de l’école qui est une femme noire. Yay! 😉

Coup de cœur!

Mes amis de classe: Notre super école
AUTEUR(S) : Judy Katschke & Clare Elsom
ÉDITION: Scholastic, 2020
ISBN: 9781443185769
8,99$
6 à 8 ans

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Notre maison est sens dessus dessous, Fatou la petite sirène ou Christophe change de nom, trois petits livres pour les enfants qui apprennent à lire dont les personnages principaux sont noirs.

Invaincus

C’est pour les inoubliables. Ceux qui n’ont pas peur. Ceux qui sont invaincus. Dans ce livre à la fois touchant et puissant, l’auteur à succès Kwame Alexander et l’illustrateur Kadir Nelson, récipiendaire de la médaille Caldecott, nous livrent une lettre d’amour mettant à l’honneur l’Amérique noire. Dédié aux invaincus, aux rêveurs et aux survivants, ce poème nous ramène à une époque pas si lointaine de la nôtre, tout en soulignant la force et la bravoure de ceux qui continuent à affronter l’adversité jusqu’à aujourd’hui. Grâce aux illustrations frappantes ainsi qu’au style d’écriture captivant de ce livre, les lecteurs découvriront le cran, la passion et la détermination des plus grands artistes, athlètes et activistes de l’histoire des Noirs. Une oeuvre inspirante, émouvante et tout simplement incontournable!

Ce magnifique album est une poésie qui doit être lue. Le texte est fort et beau. Les illustrations sont puissantes. À la lecture, il y a beaucoup de non-dits, de choses passées sous silence, des choses à découvrir. Par exemple, le livre s’ouvre sur une illustration de Jesse Owens, mais ont ne mentionne pas de qui il s’agit. Les plus jeunes lecteurs auront besoin d’accompagnement pour les aider à faire des inférences, pour les aider à bien saisir toute la portée du texte. Pour apprécier à sa juste valeur cet album, il faut une base de connaissance sur l’histoire des Noirs américains, et l’histoire des mouvements de la diaspora noire. Il faut connaître la guerre de sécession, par exemple, ou encore les origines du mouvement Black Lives Matter.

Quand je parle de silence, c’est aussi des pages blanches qui veulent dire beaucoup. Ce sont des phrases courtes et percutantes sans illustrations. C’est une illustration de corps entassée dans le fond d’un bateau négrier, sans texte pour expliquer car parfois les images parlent d’elles-mêmes. J’ai été émue par ma lecture, et j’ai encore une fois été impressionnée par le talent de l’illustrateur Kadir Nelson. Kwame Alexander a mis 10 ans a écrire ce poème. De 2008 à 2018, il s’en est passé, des choses aux États-Unis! La naissance de sa fille, oui, mais aussi la présidence de Barack Obama, des vies de jeunes Noirs volées aux mains de policiers, le mouvement Black Lives Matter… Invaincus dresse, tout en poésie et en retenue, un portrait de plusieurs personnalités ayant marqué l’histoire américaine: notamment le boxeur Jack Johnson, l’autrice Zora Neale Hurston, le peintre Jacob Lawrence et l’auteur Langston Hughes.

Le seul petit défaut de ce livre, c’est qu’il a une couverture souple. Un si beau livre aurait mérité une jolie couverture rigide! On retrouve en fin d’album une explication de toutes les références qu’on peut trouver dans le livre. Un incontournable.

Coup de cœur!

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre.

Kwame Alexander est un auteur américain.

Kadir Nelson est un auteur américain.

Invaincus
AUTEUR(S) : Kwame Alexander & Khadir Nelson 
ÉDITION: Scholastic, 2021
SBN: 9781443186254
PRIX: 14,99$
6 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être, des mêmes auteurs, Frères ou Abraham Lincoln: L’homme qui abolit l’esclavage aux États-Unis.
Essayez aussi Harriet et la terre promise, du peintre Jacob Lawrence dont on fait référence dans Invaincus.

Fechamos (On ferme)

Le musée ferme ses portes. Il n’a plus d’argent, il n’intéresse plus personne.

Pour la dernière fois, le gardien Edson Arantes fait tinter sa cloche. On ferme, « Fechamos ! « .

Qui sauvera de l’oubli la grande météorite, la collection de papillons, le crâne du premier Homme, les masques ticunas ?

Il y a de ces albums qu’on lit juste au bon moment. Cela a été le cas pour moi et Fechamos (on ferme). Ce livre m’a ému par sa beauté, sa simplicité et son message. Même si le point de départ de l’histoire, l’incendie du musée national de Rio de Janeiro en 2018, est réel, c’est une une fable universelle sur le sauvetage de l’art, du patrimoine et de la culture qui nous est racontée.

Ce gardien désespéré, généreux, inquiet du sort de la mémoire culturelle collective de son pays, parvient a sauver une partie du patrimoine et à le rendre aux mains du peuple, dans la rue, sans distinction de classe sociale.

Les illustrations, découpées en planches et séquences rappelant la bande dessinée, allient profondeur et raffinement. Fechamos (on ferme) est un livre qui permet d’entamer une discussion sur la transmission, sur la culture, sur l’identité. Son format géant en fait un bon candidat pour une exploitation auprès d’un groupe d’enfants. J’ai adoré. Ne passez pas à côté!

Coup de coeur!

Pour commander ce livre, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Fechamos (on ferme)
AUTEUR(S) : Gilles Baum & Régis Lejonc 
ÉDITION: Éditions des éléphants, 2020
ISBN: 9782372730914
29,95$
5 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu?
Vous aimerez peut-être Vodou, un documentaire sur cette croyance dont on retrouve plusieurs adeptes au Brésil. Essayez aussi Veux-tu lire avec moi?, un album dont l’histoire se déroule au Brésil, ou encore Le libraire de la Favela, un roman dont l’histoire se déroule aussi dans ce pays.