La science est dans… l’œuf

La science est dans l'oeuf NathanPourquoi l’œuf flotte-t-il quand il est vieux ? La mayonnaise est-elle une émulsion ? Quel principe permet de faire des œufs en neige ? Comment faire rebondir un œuf sans le casser ?… 10 expériences faciles et étonnantes pour découvrir de grands principes scientifiques grâce à… un œuf !

Plusieurs personnages racisés sont illustrés dans ce livre documentaire pour la jeunesse. Déjà en page couverture, mais aussi régulièrement au fil des pages. En fait, sur les 29 pages, une seul ne contient aucun personnage racisé. C’est très bien!

Dès les première pages, le lecteur fait la connaissance avec son œuf, notamment en tentant de le décrire par sa forme, sa couleur, sa texture et son poids. Il y a une foule d’information à découvrir dans le livre, notamment que la couleur des œufs varie selon les races des poules et ce qu’elles mangent. Les explications sont très claires: les auteurs réussissent à simplifier la poussée d’Archimède, la force d’inertie, les états de la matière ou la dissolution du calcaire par un acide afin que ces concepts soient compréhensibles pour les petits d’âge pré-scolaire. Ainsi, chaque double page aborde un concept scientifique à expérimenter à la maison. J’ai adoré! Points bonus pour les pages de garde avec les petits œufs qui sourient! Très mignon!

 

La science est dans l'oeuf nathan 2

 

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR LE BOUTON CI-DESSOUS:
La science est dans l’œufBouton acheter petit
AUTEUR(S) : Cécile Jugla & Jack Guichard
ÉDITION: Nathan, 2019
ISBN: 9782092587942
Prix: 12,95$
4 ANS ET PLUS

Ce livre vous a plu ?
Vous aimerez peut-être Le chocolat un documentaire pour tout savoir sur cet aliment. Essayez aussi La cuisine créole et africaine des p’tits cuistots.

le chocolat ricochet    La cuisine créole et africaine des p'tits cuistots

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Wagenia : Les pêcheurs intrépides du Congo

Wagenia - Les pêcheurs intrépides du CongoSa mère, qui est veuve et l’élève seule, a confié Mopeta à son frère , pour qu’il vive la vie des pêcheurs wagenia, en amour du fleuve. Mopeta est heureux d’apprendre le métier, mais il a le mal du pays. Le soir, souvent, il s’en va rêver seul en pirogue, près des rapides. Une nuit, des malfaiteurs dérobent du poisson. C’est Mopeta qui est accusé de ce vol, et il va lui être difficile de prouver son innocence…

J’ai tout aimé de cet album. Déjà le titre: remarquez qu’on n’y mentionne pas l’Afrique. On parle du Congo. C’est bon signe, avant même d’avoir lu le livre, car trop souvent on parle de l’Afrique en littérature jeunesse comme s’il s’agissait d’un pays alors qu’il s’agit d’un continent. Les différents villages où se déroule l’action sont aussi clairement nommés: Wagenia et Kisangani. Encore un bon point car les livres jeunesse parlant de l’Afrique on la fâcheuse tendance à taire le nom des villes, des villages et des pays africains, comme si l’un équivalait bien l’autre. Dans cet album signé Dominique Mwankumi, on nomme aussi clairement les différents groupes ethniques qui peuplent le Congo. J’aime bien lorsque les lieux, les choses et les gens sont nommés ; cela les rend réels, vrais, et cela nous rappelle qu’ils existent. C’est important, surtout lorsqu’on fait référence à la représentation des personnes noires dans les médias et les produits culturels.

Ensuite, les thèmes abordés: on y parle pas d’exotisme, de sorcellerie, de pauvreté ou de racisme (comme c’est souvent le cas en littérature jeunesse lorsqu’il est question de l’Afrique) mais de pêche, de vie de famille, de débrouillardise, d’apprentissage et de bien-être. Pour toutes ces raisons, je recommande vivement cet album.

Les illustrations utilisent les tons de jaune, ocre et orangé, évoquant la chaleur du pays du Congo. Des vignettes superposées aux illustrations principales marquent l’action, les péripéties, le suspense, la vitesse ou l’effervescence.

Le récit en lui seul m’a charmé. Quelle n’a pas été ma surprise de retrouver à la fin de l’album un dossier documentaire extrêmement bien fait sur le Congo, ses habitants, son climat, son histoire, ses productions artistiques, sa géographie, sa gastronomie, sa faune et son économie. Dominique Mwankumi nous offre ici un album merveilleux à mettre entre toutes les mains.

Coup de cœur !

Dominique Mwankumi est un auteur congolais.

dominique mwankumi

Auteur(s) / illustrateur(s) : Dominique Mwankumi
Maison d’édition: École des loisirs
Année de publication: 2007
ISBN: 9782211094542
Public cible: À partir de 8 ans
Vous aimerez peut-être: Du même auteur, il y a Fruits du soleilLa pêche à la marmite et  Le petit monde merveilleux.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

La cuisine créole et africaine des p’tits cuistots

La cuisine créole et africaine des p'tits cuistotsÀ vos ustensiles, les p’tits cuistots. Découvrez plus de 100 recettes originales à réaliser pour épater vos parents et vos amis. Devenez un chef et apprenez à manger sain et équilibré.

Ce livre de recette spiralé est parfait pour les petites mains ! On y retrouve une photo de la recette terminée, la description de la recette étape par étape, avec des illustrations, le temps de préparation et des petits conseils supplémentaires pour réaliser la recette. Une fois ouvert, le livre prend la forme d’une pyramide ; il peut ainsi se tenir debout pendant la préparation de la nourriture ! Les pages en papier glacé sont aussi faciles à nettoyer. Une table des matières nous présente les six sections du livre: Les entrées, les plats, les desserts, les recettes plus consistantes (« Une faim de lion »), les recettes à base de fruits (« Un voyage fruité »), et les réactions chimiques en cuisine (« Le p’tit cuistot chimiste »). On peut aussi retrouver une recette en particulier à partir de l’index en fin d’ouvrage.

On indique sur chaque page de la région d’où provient la recette présentée. Il y a des recettes du Maghreb (par exemple le taboulé, le méchouia, le houmous libanais, le khiar bi laban ou la pizza turque lahmacun), de l’Afrique noire (par exemple l’ananas farci au cabri ou les bonbons du Gabon) et des îles françaises (par exemple les croquettes de crabe à la créole, les avocats farcis au thon, les sandwiches au cabillaud ou le jambalaya au poulet). Certaines recettes m’ont toutefois laissée perplexe: les pancakes en forme de serpent, les sablés en forme de singe ou les crêpes en forme de girafe ne sont pas à proprement parler des recettes africaines ou antillaises …

Le livre étant français, les recettes sont en gramme, on utilise la cuillère à café et à soupe, et les ingrédients n’ont pas la même appellation qu’au Québec (à titre d’exemple: les fraises Tagada, le sucre glace, la pâte à tartiner, la glace, ou les cacahouètes). Qu’à cela ne tienne, il est aisé de trouver l’équivalent québécois à tous ces termes ! Un petit tour sur le web, et hop ! les enfants seront prêts à cuisiner ! 🙂 À noter qu’il n’y a pas de mise en garde sur l’utilisation du four, l’utilisation d’un couteau ou les gestes sécuritaires à adopter dans une cuisine. On ne suggère pas non plus la présence d’un adulte pour soutenir à la réalisation des recettes. Je recommande donc à un lectorat mature et autonome en cuisine.

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) :  Nadine Picheny-Franck, Édith Fargnier & Sandrine Lamour
Maison d’édition : Auzou
Année de publication : 2015
ISBN : 9782733833919
Pubilc cible : À partir de 10 ans

Vous aimerez peut-être : Ti Sweety à la Barbade, un livre dans lequel on retrouve une recette antillaise.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Fourchon

fourchonSa maman est une cuillère. Son papa est une fourchette. Lui, il est un peu des deux. Voici Fourchon ! Il a beau tenter de passer pour une cuillère, puis pour une fourchette, Fourchon n’est jamais choisi lorsque vient le temps de se mettre à table…

Publié dans la collection « Pamplemousse » aux éditions La Pastèque, cet album de Kyo Maclear et Isabelle Arsenault se démarque par son originalité. Il traite de la différence, quelle qu’elle soit, et chaque lecteur pourrait y voir quelque chose de différent. C’est d’ailleurs ce qui m’a plu dans ce livre car j’y vois une analogie avec la mixité raciale. Une maman cuillère et un papa couteau, c’est un peu comme une maman noire et un papa blanc ou vice-versa; c’est pareil et différent à la fois. Fourchon, quant à lui, a hérité des caractéristiques physiques de ses deux géniteurs: la rondeur de sa mère et les pointes de son père. Les enfants métisses pourront s’y identifier facilement.

L’album traite aussi du sentiment d’appartenance et du rejet. Fourchon est bien embêté de n’être pas « une seule chose » et les autres ustensiles le lui font bien sentir. Autrement dit, il détonne, comme les enfants noirs grandissant dans des environnements où il n’y a que des blancs, ou comme les personnes chrétiennes qui vivent dans des pays à majorité musulmane, ou comme des hispanophones discutant dans un café où la clientèle est presque exclusivement francophone… Bref, tous ces moments où certaines personnes ne sont pas tout à fait comme les autres. Malheureux, Fourchon se dit qu’il faut choisir: soit être une cuillère, soit être une fourchette, mais pas les deux en même temps. Il fera preuve d’inventivité en portant un chapeau melon pour se donner un air de cuillère, mais les fourchettes le jugent trop rond. Il tentera alors de porter une couronne de papier pour avoir l’air d’une fourchette, mais les cuillères le jugèrent trop pointu. À la lecture de ce passage, on peut se demander pourquoi Fourchon n’a pas choisi de porter le chapeau melon auprès des cuillères et la couronne de papier auprès des fourchettes. Je pense que là n’est pas vraiment la question; être accepté au sein d’un groupe parce qu’on porte un masque n’est pas ce que veut Fourchon. Il veut plutôt être accepté tel qu’il est. Ce passage démontre tout de même comment le rejet s’articule dans la société: être trop noir(e) pour les blancs ou trop blanc(he) pour les noirs, cela c’est bien sûr déjà vu, encore aujourd’hui ! La solution que propose les auteures n’est pas de trouver un groupe d’ustensiles qui ressemblent à Fourchon (car des instruments de cuisine qui ne ressemblent ni à cuillère, ni à des fourchettes, bien sûr qu’il y en a: les couteaux, les baguettes chinoises, le presse-ail, le rouleau à pâtisserie, la théière, le malaxeur, les verres à vins, etc.) Fourchon finira plutôt par trouver sa place dans la cuisine (c’est-à-dire le monde) en réalisant que parfois, on a besoin justement de quelque chose d’un peu plus rond qu’une cuillère, mais d’une peu plus pointu qu’une cuillère…

Les illustrations d’Isabelle Arsenault sont très belles, mais les couleurs choisies sont un peu fades et n’ont pas plu aux enfants à qui j’ai lu ce livre. Aussi, les pages 17-18 où l’on voit une éclaboussure de ce qu’on devine être de la sauce tomate accompagnée de fruits coupés et d’une moitié de poisson ont suscité des réactions négatives auprès d’eux: dégoût, peur, incompréhension. Les plus jeunes ont décroché à partir de ce moment-là, ne comprenant pas que « la chose malpropre » était un bébé, et encore moins pourquoi on le qualifiait de « chose » comme si c’était un objet. Les pages suivantes où la panique s’installe auprès des ustensiles tâchées de sauce rouge évoquent une scène de guerre ensanglantée. Ensuite, la scène où l’on aperçoit l’ombre de « la chose malpropre » effraie, certains enfants ont même pensé que Fourchon était en grave danger et ne comprenaient pas pourquoi il souriait à la fin. La morale de l’histoire est que Fourchon est en réalité parfait tel qu’il est. Bref, la force de l’album est un peu perdue dans la deuxième moitié un peu violente où les illustrations ne parvient pas à toucher le lectorat cible: les enfants.

Bref, aucun personnage noir n’est présent dans cet album jeunesse, même si un deuxième ou troisième niveau de lecture permet d’y voir des personnes métissées. À la toute fin, on découvre que la chose « malpropre » est un bébé blanc. Voilà donc un album au sujet intéressant et traité d’une manière intelligente et inventive, mais dont les illustrations, bien que magnifiques, semblent déplaire à certains enfants.

* Prix jeunesse des libraires du Québec

fourchon 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kyo Maclear & Isabelle Arsenault
Maison d’édition: La pastèque éditeur Bouton acheter petit
Année de publication: 2011
ISBN: 9782923841038
Public cible: 4 à 6 ans
Vous aimerez peut-être: Vous êtes à la recherche d’albums parlant de la différence avec des personnes non humains ? Essayez donc À la ferme… Le mouton un peu différent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook